•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les congés de maternité, un outil pour changer la culture du soccer

Une femme tient son jeune enfant dans ses bras.

Alex Morgan, joueuse des Spurs de Tottenham, est aperçue en compagnie de sa fille.

Photo : Getty Images / Linnea Rheborg

Christine Roger

Si l’annonce de la FIFA d’imposer un congé de maternité pour les joueuses enceintes est un pas dans la bonne direction, il reste encore beaucoup de travail à faire afin qu’un changement de culture s’opère réellement dans le milieu du soccer.

Jessica Silva, une Québécoise qui travaille comme directrice technique du FC Metz, en deuxième division française, peut témoigner de l’impact positif que la décision de la FIFA aura.

Je suis vraiment contente. Il y a trop de femmes, et je m'inclus, qui se sentent obligées de ne pas avoir des familles ou d'arrêter le foot pour avoir une famille. C'est une pression que j'ai vécue personnellement dans le début de ma carrière. Je ne savais pas ce que je voulais. M'embarquer dans le foot en sachant que je ne pourrais pas avoir une famille?

Aujourd'hui, ces règlements sont une première étape pour protéger la femme dans sa profession. Il ne faut pas oublier que le football, peut-être pas au Canada malheureusement, mais partout dans le monde, c'est un métier. C'est notre métier.

Jessica Silva, directrice technique du FC Metz

Les équipes devront trouver un moyen de combler l’absence d’une joueuse qui prendrait un congé de maternité, mais Jessica Silva n’est pas inquiète. Les équipes sauront s’ajuster. Remplacer une joueuse parce qu’elle est blessée ou parce qu’elle est enceinte, la difficulté reste la même.

C'est une réalité qu'il faut prendre en compte. Tout se fait de manière respectueuse entre la joueuse et par exemple moi, l'entraîneuse. Je sais que si une fille voulait avoir des enfants, elle va m'en parler un peu avant pour que déjà, je me prépare et que j'aille un effectif assez lourd pour la remplacer. Est-ce que c'est compliqué de remplacer une joueuse comme Alex Morgan? Bien sûr, mais c'est aussi la manière de la garder impliquée dans le sport, affirme-t-elle.

Malheureusement, ce ne sont pas tous les dirigeants qui démontrent cette ouverture d’esprit et Jessica Silva en est bien consciente. C'est pourquoi elle siège dans différents comités en France.

Le règlement nous aide à changer une culture et ouvrir les esprits. Chaque changement prend du temps et il y a des choses qui sont culturelles, surtout en Europe. Il y a des choses qui sont peut-être plus faciles à passer en Amérique. Ça va prendre du temps, mais c'est bien que ça vienne de la FIFA. Ça oblige les dirigeants à penser autrement, soutient-elle.

Trois femmes devant un stade

La directrice des communications du FC Metz, Julie Decker, la directrice générale, Helene Schrub, et Jessica Silva, directrice technique

Photo : afp via getty images / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Soccer, France et COVID-19

La France est particulièrement touchée par cette deuxième vague de COVID-19 et plusieurs ligues sportives professionnelles voient leurs activités être amputées, en plus de devoir gérer des éclosions. C’est le cas du FC Metz.

C'est une saison assez compliquée avec la situation COVID qui nous empêche d'enchaîner nos matchs chaque week-end. On a joué cinq matchs à ce jour. Et là, on a pris une pause, on est en confinement entre guillemets pendant un mois. On n'a pas le droit de se déplacer partout en France, explique Jessica Silva.

Seules les première et deuxième divisions masculines ainsi que la première division féminine peuvent poursuivre la compétition, à condition que des tests de dépistage soient faits toutes les semaines.

Les autres divisions, parce qu'on n'a pas de droits télés, on a seulement le droit de s'entraîner. On a le droit de pratiquer notre métier, mais tout le reste est arrêté. Tout le sport amateur est complètement arrêté. Ce n'est pas idéal parce que ça va avoir un impact sur la saison et nous serons dans l'obligation de jouer beaucoup plus fréquemment, potentiellement deux fois par semaine.

Après avoir terminé au dernier rang de la première division française, le FC Metz a été relégué en seconde. Jessica Silva était bien consciente du projet de reconstruction qui l’attendait à son arrivée avec le club, mais la situation vient compliquer son plan de match initial.

Si tout se passe comme prévu, le FC Metz devrait renouer avec l'action le 6 décembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !