•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kim Clavel et Marie-Pier Houle au Mexique : rien n’est moins sûr

Elles prennent la pose en conférence de presse.

Kim Clavel et Marie-Pier Houle

Photo : Courtoisie Marie-Pier Houle - Facebook

Jean-François Chabot

Les boxeuses québécoises Kim Clavel et Marie-Pier Houle espèrent s’envoler pour Mexico, mercredi, afin d’y livrer leur prochain combat respectif, le 28 novembre. Mais tout pourrait tomber à l’eau d’ici là.

C’est du moins ce que le promoteur Yvon Michel a confié vendredi matin à Radio-Canada Sports.

Ainsi, de nombreux détails restent à ficeler, allant de l’identité des adversaires au site où serait présentée cette soirée de boxe pour laquelle Michel a confié la négociation et l’aspect logistique à l’entraîneur Stéphan Larouche.

Si les billets d’avion ont déjà été réservés, le patron de GYM a pris soin de souscrire à une assurance annulation tellement l’événement semble incertain à ce moment-ci.

Il y a encore beaucoup de choses à réaliser avant que ça marche. Si en fin de semaine on n’a pas tous les détails confirmés, on n’y va pas, a-t-il indiqué. Ce dernier reconnaît que le degré d’incertitude repose sur une situation qu’il n’a jamais vue auparavant.

On est, comme toute la société, dans une situation exceptionnelle [en raison de la pandémie, NDLR]. Il faut réagir en fonction de ça. Il ne m’est jamais arrivé de négocier autant à la dernière minute. Je suis dans la boxe professionnelle depuis 1991 et ce n’est jamais arrivé de connaître une période de huit mois sans que je fasse un événement.

Yvon Michel, président de GYM

Pas de titre en jeu

Selon ce que Radio-Canada Sports a appris d’une autre source, Clavel remonterait dans le ring pour se battre à 110 lb. Ainsi, comme cela a été le cas à Las Vegas en juillet, la ceinture de la NABF des super-mouches (106 lb ou 48 kg) ne sera pas à l’enjeu.

Pour sa part, Houle (2-0-1, 1 K.-O.) ne s’est pas battue depuis un an. Son dernier combat remonte au 23 novembre 2019. Elle avait livré un verdict nul face à la Tchèque Linda Dostalkova.

Étant donné que le projet est en discussion depuis déjà plusieurs semaines, Clavel et Houle sont en préparations. Et elles ne sont pas les seules qui piaffent d’impatience.

L’interminable attente de Dicaire

La championne des super-moyennes de l'IBF Marie-Eve Dicaire (17-0) a vu son rendez-vous attendu avec l’Américaine Claressa Shields (10-0, 2 K.-O.), championne du WBC et de la WBO, être reporté à maintes reprises.

La dernière tentative en date avec les maîtres d'oeuvre de l'UFC n’a pas reçu la sanction des autorités en raison de la recrudescence de la COVID-19 en sol américain. Il appert aussi que l'UFC aurait voulu garder pour elle les revenus de la télé à la carte, tant aux États-Unis qu'au Canada.

À ce propos, Yvon Michel a réitéré que les deux clans sont toujours d’accord pour que le prochain combat des deux championnes soit l’une contre l’autre.

On a eu un long meeting avec Marie-Eve, son entraîneur Stéphane Harnois, mon équipe et moi, et par Facetime, l’équipe de Claressa Shields. On a réaffirmé l’intention commune que ce combat ait lieu. On a une détermination à ce que ça fonctionne, a indiqué le promoteur. Michel a ajouté que des discussions ont repris avec le diffuseur Showtime.

Deux boxeuses sur une affiche promotionnelle

L'affiche promotionnelle du combat à venir entre Claressa Shields et Marie-Eve Dicaire

Photo : Courtoisie Salita Promotions

L’agent de Shields, Mark Taffett, songerait aussi à offrir l’événement à la télé à la carte aux États-Unis, ce qui permettrait à GYM de récupérer sa part des revenus pour le Canada.

La ville de Flint, au Michigan, point d’origine de Shields, serait de nouveau considérée pour y tenir le combat d’unification.

On n’a pas déterminé d’endroit. S’il y avait une ouverture pour que l’on fasse ça au Québec, ils (Showtime) n’auraient pas de problème à venir au Québec. On va aller là où l'on pense ramasser le plus de revenus.

Yvon Michel

Les parties tentent d’arrimer une date quelque part en janvier. Quant au moral de Dicaire, Yvon Michel a insisté pour dire que la boxeuse de Saint-Eustache avait une attitude positive contagieuse.

En apprenant le dernier report de son combat, sur le coup, elle était vraiment assommée. Le lendemain matin, elle est venue au bureau et j’ai pu réaliser, encore une fois, à quel point Marie-Eve Dicaire a du caractère, a raconté Michel.

Finalement, dans le meeting, on était tous down et c’est elle qui nous a remontés. Elle est tellement convaincue d’avoir ce qu’il faut pour battre Claressa Shields que, finalement, elle nous a boostés, tout le monde, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !