•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après une année difficile, Mikaela Shiffrin renoue avec la compétition

Elle tient le globe de cristal du super-G pour la saison 2018-2019 de la Coupe du monde.

Mikaela Shiffrin

Photo : The Associated Press / Alessandro Trovati

Agence France-Presse

L'Américaine Mikaela Shiffrin, triple lauréate du grand globe de cristal, renoue avec la compétition samedi et dimanche à Levi, en Finlande, près de 10 mois après son dernier départ en Coupe du monde de ski alpin.

Drame personnel, coronavirus, blessure. L'année 2020 est pour l'instant catastrophique pour la meilleure skieuse du monde.

On se demandait il y a un an ce qui pourrait arrêter l'Américaine, intraitable machine à gagner sur toutes les pistes.

Puis, alors qu'elle est en tête du général, son père Jeff décède dans un accident début février. Après avoir manqué huit courses, la pandémie de coronavirus empêche Shiffrin de faire son retour en mars et de défendre ses chances face à l'Italienne Federica Brignone, passée devant au classement en son absence.

Enfin, pour l'ouverture de la saison à Sölden, en Autriche, à la mi-octobre, une blessure au dos la pousse à déclarer forfait.

Après près de 10 mois sans compétition depuis sa victoire au super-G de Bansko, le 26 janvier en Bulgarie, les deux slaloms de Levi marquent son grand retour.

Ces derniers temps ont été épuisants. J'ai comme l'impression que la course va être une sorte de pause, comme partir en vacances. Je suis reconnaissante d'être ici et heureuse de retrouver le portillon de départ, a-t-elle dit, réjouie, jeudi, lors d'un point de presse en ligne.

Dans quel état d'esprit revient la skieuse de 25 ans, déjà auréolée de trois grands globes, de deux titres olympiques, de cinq aux mondiaux et de 66 victoires en Coupe du monde, proche du record absolu du Suédois Ingemar Stenmark (86)?

Arrêter, ça m'a traversé l'esprit, avait-elle expliqué en plaisantant seulement à moitié à plusieurs médias, dont le site Ski Chrono en octobre.

Jeudi, la spécialiste du slalom aux 48 victoires dans la discipline en Coupe du monde a souhaité atténuer la pression. Je n'attends rien de particulier. Avec tout ce qui nous est arrivé, à nous athlètes (la crise sanitaire), et ce qui m'est arrivé personnellement, je ne peux pas avoir d'attentes particulières. Je veux skier bien, ce qui veut dire skier vite et je sais que j'en suis capable, a-t-elle ajouté.

Attention à ne pas oublier la concurrence, qui se résume entre les piquets serrés à la Slovaque Petra Vlhova, lauréate du petit globe de cristal, les deux skieuses ayant remporté les 26 derniers slaloms de Coupe du monde.

Vlhova, née en 1995 comme Shiffrin, a remporté les trois derniers, dont deux face à sa rivale américaine à Zagreb et à Flachau en janvier.

Sur les dernières courses, Petra était loin devant. Mais je me suis bien entraînée ces dernières semaines, je ne suis pas là seulement pour faire acte de présence.

La native du Colorado a également expliqué qu'elle devrait vivre avec ses problèmes de dos, déjà réels depuis quelques années, pour le reste de ma carrière.

Pour le général, dont elle est malgré tout favorite, Shiffrin tempère là aussi les attentes. Je ne pense pas m'aligner à chaque course. Le général sera moins présent dans mon esprit que les dernières années, on verra bien, a-t-elle conclu.

La pandémie pourrait jouer un rôle important dans les classements entre les annulations de courses et le protocole sanitaire. Les Suédoises, dont la no 5 mondiale en slalom Anna Swenn-Larsson, ont par exemple été placées en quarantaine jeudi après le test positif de leur entraîneur et manqueront les deux courses finlandaises.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !