•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Les Américains lavent plus blanc

Sur une table, quatre ampoules avec du liquide à l'intérieur, une seringue et des pilules.

Le Sénat américain a adopté le Rodchenkov Act pour poursuivre, outre-frontière, des auteurs ou complices de dopage.

Photo : getty images/istockphoto / destillat

En ces temps de bulles sportives, le Sénat américain a résolu de passer un savon aux responsables des systèmes de dopage. La lessive est ambitieuse, surtout dans un pays où on frotte beaucoup moins fort quand on lave son linge sale en famille.

Le Sénat américain a adopté lundi le Rodchenkov Act, du nom du lanceur d’alerte russe Gregory Rodchenkov, ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou qui a sonné l’alarme au sujet des malversations de son gouvernement en matière de dopage systémique.

En résumé, le Rodchenkov Act permet aux tribunaux américains de poursuivre, outre-frontière s’il le faut, les auteurs et les complices d’actions organisées dans le but de favoriser un ou des athlètes avec le dopage. La loi prévoit des peines de prison pouvant aller jusqu'à 10 ans et des amendes de 1 million de dollars.

Et autant de vertu ne fait pas nécessairement le bonheur de l’Agence mondiale antidopage (AMA).

Commence chez toi!

L’AMA émet bien des réserves au sujet de la loi américaine.

D’abord, elle pourrait inciter d’autres nations à l’imiter, et la juridiction en matière de sanctions deviendrait un capharnaüm ingérable.

L’AMA va plus loin. Voici ce qu’un porte-parole confiait à l’AFP en début de semaine :

L'AMA souhaite comprendre pourquoi cette loi exclut de vastes domaines du sport américain, en particulier les ligues professionnelles et tous les sports universitaires. Si ce n'est pas assez bon pour les sports américains, pourquoi est-ce bien pour le reste du monde?

L'Agence mondiale antidopage

Oups!

Cette loi vient en effet du pays de Barry Bonds, le pays natal de Mark McGwire et le pays d’adoption de Robinson Cano.

Du pays où les champions de football espionnent leurs rivaux à la caméra et dégonflent les ballons si ça leur convient.

Du pays où les champions du baseball volent les signaux des receveurs adverses et se les transmettent au son des couvercles de poubelle.

Du pays où Lance Armstrong tient boutique (il vend des vélos au Texas) après avoir semé des fioles et des seringues sur toutes les routes de France.

Et cette loi, d’abord validée par la Chambre des représentants, a été adoptée à l’unanimité par le Sénat, pas seulement par les vilains républicains, mais aussi par les gentils démocrates.

Les Russes

Le projet a pris naissance avec Sotchi, avec les révélations de Rodchenkov. Il a grandi quand l’AMA et le Comité international olympique (CIO) se sont montrés trop cléments envers la Russie, aux yeux des Américains. Les États-Unis ont donc choisi de nommer eux-mêmes le shérif… ou la lavandière, pour rester dans le savon.

Oh! J’allais oublier.

Le Rodchenkov Act n’est pas encore officiel. Il manque encore un détail pour qu’il entre en vigueur : la signature du président américain. Aux dernières nouvelles, il joue au golf quelque part. Avec ses pieds quand c’est nécessaire.

Plus noir aussi?

Autre sujet, en terminant. Les mêmes Américains vont faire un geste lundi. Tous les arbitres qui seront à l’œuvre dans le match qui opposera les Rams de Los Angeles aux Buccaneers de Tampa Bay seront afro-américains.

C’est le vétéran Jerome Boger, arbitre en chef du Super Bowl en 2012, qui dirigera le groupe de sept arbitres.

Le match aura lieu à Los Angeles où les Rams ont été les premiers à faire place aux joueurs noirs. C’était en 1946, un an avant que Jackie Robinson fasse son entrée au baseball majeur. Les deux héros s’appelaient Woody Strode et Kenny Washington.

Voyez? Les voisins, ça peut être très bien aussi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !