•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

JO de Tokyo : encore beaucoup de questions sans réponses

Il est assis à une table en conférence de presse.

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach

Photo : Getty Images / FABRICE COFFRINI

La Presse canadienne

Nous en sommes à mi-chemin. Les Jeux olympiques de Tokyo ont été reportés il y a huit mois, et ils devraient se mettre en branle dans huit mois : le 23 juillet 2021. Des décisions devront bientôt être prises.

Le comité organisateur des JO de Tokyo et le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, ont discuté vaguement du plan pour présenter le plus grand événement sportif de la planète en pleine pandémie de coronavirus.

Des dizaines de scénarios ont été élaborés pour contenir la COVID-19 : la quarantaine obligatoire, le vaccin, la distanciation physique et transformer le village des athlètes en véritable bulle sécuritaire.

Ces idées devront être converties en solutions concrètes d'ici le mois prochain, ou à tout le moins les premiers mois de 2021.

Ces décisions auront un impact sur 11 000 athlètes olympiques et sur 4400 autres paralympiques. Le CIO a besoin de présenter des JO, puisque 91 % de ses revenus sont puisés de la vente des droits de télédiffusion et des commanditaires.

Voici certaines questions et réponses sur l'état de la situation à l'approche de 2021.


Q. - Thomas Bach a visité Tokyo cette semaine et a déclaré que le vaccin et les tests de dépistage rapides seront bientôt disponibles, ce qui rendra la présentation des JO beaucoup plus facile. Est-ce que les athlètes devront être vaccinés pour y participer?

R. Bach assure que non. Mais les athlètes, les dirigeants et les spectateurs qui entreront au Japon seront encouragés à le faire. Les dirigeants ont aussi suggéré que les athlètes soient soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours après être entrés au Japon.

Le vice-président du CIO, John Coates, a ajouté que le CIO et les comités olympiques nationaux tenteront de trouver des modèles parmi les athlètes qui encourageront la vaccination. Bach a précisé que les travailleurs de la santé doivent être les premiers à être vaccinés, avant les athlètes.

Les dirigeants du CIO ont aussi suggéré timidement que l'organisation, installée en Suisse, éponge une partie de la facture de vaccination.


Q. - Est-ce que les spectateurs pourront assister aux épreuves?

R. On ne sait toujours pas. Bach a déclaré qu'il s'attend à voir un nombre raisonnable de spectateurs dans les gradins. On ignore toujours si des milliers de spectateurs en provenance de l'étranger pourront le faire. Il y a un enjeu sanitaire.

Mais des enjeux financiers forcent le comité organisateur à militer pour le plus de spectateurs possible. Le budget d'exploitation estime à 800 millions de dollars les revenus puisés de la vente de billets, la troisième source de revenus en importance.

Le Japon est parvenu à présenter des événements sportifs devant une poignée de spectateurs, et parfois même avec des gradins remplis à 70 ou 80 % de leur capacité.


Q. - Combien d'athlètes sont déjà qualifiés pour les JO?

R. Les dirigeants estiment qu'environ 57 % des laissez-passer ont été octroyés. Ça signifie que plusieurs tentent encore de le faire, et plusieurs épreuves de qualifications ont été annulées en raison de la pandémie. De toute évidence, certains athlètes sont avantagés par les assouplissements sanitaires qui sont en vigueur dans certains pays, par rapport à d'autres.

Ça pourrait favoriser certains d'entre eux, et ça pourrait signifier que certains athlètes recevront des laissez-passer sans s'être qualifiés. Ça fait partie des dommages collatéraux de la pandémie.


Q. - Quelle est la situation sanitaire au Japon?

R. Mieux qu'ailleurs dans le monde, mais les cas de coronavirus sont à la hausse. Environ 2000 personnes sont décédées de la COVID-19 au Japon, pour une population totale de 125 millions. Les nouveaux cas ont franchi la barre des 500 pour la première fois, à Tokyo, jeudi.

Le premier ministre Yoshihide Suga a dit que le pays est en état d'alerte maximale. La hausse du nombre de cas risque d'influencer davantage la population japonaise, qui est déjà sceptique quant à la possibilité de présenter des Jeux sécuritaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !