•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'optimisme des entraîneurs de la LCF

Il donne ses directives à ses joueurs sur le terrain.

Khari Jones

Photo : The Canadian Press / Peter Power

Bien discrète depuis l’annulation de sa saison, la Ligue canadienne de football (LCF) effectue un blitz de communications en cette semaine où l'on aurait dû couronner les champions de la 108e Coupe Grey.

Mercredi, avant de tenir une conférence sur la diversité en soirée, la LCF a tenu des mêlées de presse virtuelles avec les neuf entraîneurs-chefs du circuit Ambrosie.

Le meneur des Alouettes de Montréal, Khari Jones, a partagé l’écran avec Paul LaPolice, du Rouge et Noir d’Ottawa, et Ryan Dinwiddie, des Argonauts de Toronto, deux entraîneurs dont la première saison s’est terminée avant même de commencer.

Les trois hommes ont bon espoir de sauter sur le terrain en 2021 et parlent déjà de la saison 2020 comme étant l’an dernier.

Je suis très confiant, a dit l’entraîneur-chef des Alouettes.

Khari Jones croit que les gouverneurs et le commissaire ont des plans en place et qu’il y aura du football en 2021, qu’un vaccin soit largement distribué ou non.

Tout le monde est sur la même page. Tout le monde veut qu’il y ait du football. Il y a du football qui se joue actuellement aux États-Unis. Il y a d’autres sports qui ont joué. On reçoit donc beaucoup d’informations sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, a-t-il expliqué.

Jones a souligné que, même si une saison écourtée avait été tenue dans une bulle à Winnipeg, elle ne se serait peut-être jamais terminée en raison de la deuxième vague qui frappe le Manitoba.

Les portes tournantes de la LCF

Les mouvements de personnel sont toujours nombreux dans la Ligue canadienne. Cela pourrait être exponentiel cette année avec une augmentation du nombre de joueurs autonomes, de retraités, tandis que des joueurs américains pourraient décider que ça ne vaut pas le coût de poursuivre leur carrière dans l’incertitude après avoir perdu un an de salaire.

À Ottawa, Paul LaPolice estime que la grande majorité des joueurs veulent être de retour. Il dit qu’un seul des joueurs avait émis l’hypothèse de réorienter sa carrière.

Les joueurs ont envie de jouer. C’est tellement une ligue où l'on a du plaisir, a indiqué le pilote du Rouge et Noir.

Khari Jones croit que des vétérans pourraient ne pas revenir, notamment ceux qui avaient déjà commencé à penser que 2020 serait leur dernière saison et qui avaient déjà un œil sur une seconde carrière.

Du côté des Alouettes, le porteur de ballon James Wilder fils, qui devait disputer une première saison à Montréal, a plutôt choisi de prendre sa retraite en juin dernier, dès que la ligue a suspendu sa saison, avant même l’annulation.

À 28 ans seulement, il a plutôt choisi de lancer son entreprise en conditionnement physique et de se joindre au personnel d’entraîneurs d’une équipe de football d’école secondaire dans sa région de Tampa, en Floride.

Comme plusieurs, Wilder garde la porte entrouverte.

Mardi, sur son compte Twitter, il se demandait si la LCF allait vraiment jouer en 2021. Et ça s'est poursuivi dans un échange avec un ex-futur coéquipier, Tony Washington.

Si jamais il décidait de revenir au jeu, Wilder se retrouverait donc dans la même situation que tous ses coéquipiers, soit de recommencer à jouer au football après une interruption de plus de 18 mois.

Selon Khari Jones, la condition physique des joueurs sera la priorité au prochain camp d’entraînement.

Je crois qu’on devra en faire un peu plus dans cet aspect pour s’assurer que les gars soient dans une forme de football en vue des premiers matchs.

Le retraité Wilder se dit déjà prêt.

À suivre…

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !