•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loi antidopage Rodchenkov : le Kremlin fait part de son « inquiétude »

Gros plan d'éprouvettes en laboratoire

Des éprouvettes en laboratoire

Photo : Radio-Canada

Agence France-Presse

Le Kremlin a exprimé mardi son « inquiétude » après l'adoption aux États-Unis de la loi antidopage Rodchenkov, une loi controversée permettant à la justice américaine de poursuivre hors de ses frontières toute personne impliquée dans une affaire de dopage à l'échelle internationale.

Cela ne peut que provoquer de l'inquiétude, a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, se disant extrêmement critique à l'égard de toute tentative des États-Unis d'étendre leur juridiction à d'autres pays.

La loi Rodchenkov, du nom de l'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou à l'origine des révélations sur le dopage organisé en Russie, et réfugié aux États-Unis, permet à la justice américaine de poursuivre et d'infliger des peines de prison à toute personne, quelle que soit sa nationalité, impliquée dans un système international de dopage.

Adoptée lundi par le Sénat américain, cette loi n'attend plus que la signature du président Donald Trump pour entrer en vigueur.

Elle est présentée aux États-Unis comme une réponse aux réactions jugées insuffisantes de l'Agence mondiale antidopage (AMA) et du Comité international olympique (CIO) envers la Russie, accusée d'avoir mis en place un système de dopage institutionnel entre 2011 et 2015.

Le projet de loi a toutefois été accueilli avec scepticisme par de nombreux acteurs internationaux, dont l'AMA, qui a tenté de s'y opposer, craignant qu'il ne sape sa capacité à accomplir sa mission de régulateur global de l'antidopage.

L'AMA, ainsi qu'un certain nombre de gouvernements et d'organisations sportives, a des préoccupations légitimes au sujet du Rodchenkov Act, a d'ailleurs dit un porte-parole de l'instance à l'AFP.

Le gendarme mondial du dopage craint notamment que la loi n'encourage d'autres pays à créer leur propre juridiction extraterritoriale pour des raisons politiques, et il se demande pourquoi de vastes domaines du sport américain, en particulier les ligues professionnelles, comme la NBA, ne sont pas concernés par la loi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !