•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dominic Thiem et Rafael Nadal victorieux pour lancer les finales de l'ATP

Il serre le poing après avoir gagné un échange.

Dominic Thiem

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Agence France-Presse

L'Autrichien Dominic Thiem (no 3) a réalisé un bon départ aux finales de l’ATP, dimanche, à Londres. Dans une reprise de la finale de l’an dernier, il a battu le champion en titre, le Grec Stefanos Tsitsipas (no 6), en trois manches de 7-6 (7/5), 4-6 et 6-3.

Ce match d'ouverture de l'édition 2020, la dernière à Londres et disputée à huis clos, n'aura évidemment pas atteint l'intensité dramatique de la finale de 2019 qui avait vu le Grec l'emporter 6-7 (6/8), 6-2 et 7-6 (7/4), il y a un an presque jour pour jour.

Si on compare ce match à la finale, le niveau était meilleur l'an dernier. On était tous les deux dans une grande forme et on voulait tous les deux le titre à 100 %, l'ambiance était incroyable. Aujourd'hui, c'était différent. Il y a eu seulement deux bris dans tout le match, a admis l'Autrichien.

Je ne suis pas forcément très bon pour rentrer dans les tournois, donc Tsitsipas, qui a eu quelques pépins physiques cette année, c'était peut-être le meilleur adversaire pour moi. Mais je suis content d'avoir enregistré cette victoire, a-t-il ajouté.

Les deux joueurs sont allés en crescendo dans un match déjà capital en vue de la qualification pour les demi-finales.

Avec son expérience – il dispute ses cinquièmes finales de l’ATP de suite, un record pour un Autrichien, et a remporté à Flushing Meadows son premier tournoi du grand chelem il y a quelques semaines –, Thiem a fait respecter la hiérarchie.

Il a pourtant bien failli laisser filer le premier acte, ne concrétisant aucune de ses trois balles de bris, sans en donner une seule, et se retrouvant mené 5-3 avec le service à suivre pour Tsitsipas dans le jeu décisif.

Thiem a gardé la tête froide et a infligé un 4-0 à son adversaire pour virer en tête au bout de 56 minutes de jeu.

Loin de baisser la tête, le Grec a profité d'un relâchement de son adversaire dans le troisième jeu de la deuxième manche pour s'emparer de son service.

Les joueurs se sont ensuite rendus coups pour coups, assurant chacun leur mise en jeu pour se retrouver à une manche partout après 40 minutes de lutte dans la deuxième.

Dans la troisième, Thiem a élevé d'un cran son niveau de jeu, réalisant notamment six de ses neuf as et affichant enfin une balance coups gagnants/fautes directes nettement favorable (17 contre 11), alors qu'elle s'équilibrait tout juste chez son adversaire (4 contre 4).

Il a aussi eu la bonne idée de s'emparer du service de son adversaire dès sa première occasion pour s'envoler à 3-0.

À 3-1, il a repoussé la seule balle de bris du Grec pour conclure le match en 2 h 18 min.

Je pense que ce sont les services qui ont changé la donne. Il a mieux lu mes services. Il était un peu plus loin (de la ligne de fond) et m'a mis davantage de pression sur mes deuxièmes balles, notamment en troisième manche, et ç’a payé pour lui, a admis le Grec après le match.

Nadal sans encombre face à Rublev

À la recherche de son premier sacre dans ce tournoi où il arrive bien plus frais que lors de ses 10 participations précédentes, l'Espagnol Rafael Nadal, 2e mondial, a fait preuve de beaucoup d'autorité au service contre le Russe Andrey Rublev, novice à ce niveau.

Mon service a été solide, je n'ai pas trop souffert et ça aide à jouer plus détendu quand on est au retour, a souligné Nadal, qui s'est imposé 6-3, 6-4 dans le deuxième match de la journée.

Bien sûr, c'est un départ positif, mais je dois encore jouer contre Dominic (Thiem) et Stefanos (Tsitsipas), deux des adversaires parmi les plus durs à affronter, a-t-il ajouté.

Rublev avait beau disputer ses premières finales de l'ATP, il était le joueur qui avait gagné le plus de matchs sur le circuit cette saison (40) et le plus de titres (5).

Il a pourtant semblé dans ses petits souliers, incapable de régler sa première balle (25 % lors de ses deux premiers jeux de service, remportés malgré tout).

Il a craqué à sa troisième mise en jeu pour voir l'Espagnol se détacher à 4-2, et ne plus lâcher jusqu'au gain de la première manche.

Les chances de Rublev se sont envolées avec la perte de son service à l'entame de la manche suivante, remporté par Nadal sans avoir accordé la moindre balle de bris de tout le match.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !