•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des critiques se font entendre au Japon sur la tenue des Jeux de Tokyo

Il accueillera le tournoi olympique de baseball.

Stade à Fukushima

Photo : The Associated Press / Jae C. Hong

La Presse canadienne

Le gymnaste Kohei Uchimura souhaite que les Jeux d'été de Tokyo se déroulent bel et bien dans son pays en 2021, une année après avoir été reportés en raison du coronavirus. Son avis est loin d'être partagé par tous les Japonais. Quelle est la place que doivent occuper les Olympiques au cœur d'une pandémie?

Le détenteur de sept médailles olympiques, dont trois d'or, considère que l'enthousiasme pour les Jeux de Tokyo est assombri notamment par les risques pour la santé et les milliards de dollars en factures aux contribuables.

Des sondages effectués lors des derniers mois ont montré que les Japonais, ainsi que les entreprises du pays, sont partagés sur la tenue des JO ou doutent qu'ils doivent avoir lieu.

Malheureusement, 80 % des Japonais ne croient pas que les Jeux olympiques de Tokyo peuvent avoir lieu en raison de la pandémie de COVID-19, a déclaré Uchimura après une compétition de gymnastique d'une journée le week-end dernier.

J'aimerais que les gens changent d'avis, qu'ils passent de "nous ne pouvons pas organiser les Jeux olympiques" à "comment pouvons-nous le faire?", a ajouté l'athlète de 31 ans.

Malgré l'ambivalence du public, le Comité international olympique (CIO) et les organisateurs ont le soutien indéfectible du parti japonais au pouvoir et du gouvernement municipal de Tokyo. Le message s'articule autour du fait que les JO peuvent surmonter les obstacles.

Levée de boucliers

Un léger chuchotement de résistance au monstre olympique se fait toutefois entendre, d'autant plus que le virus se propage partout sur le globe.

On craint de laisser 15 400 athlètes olympiques et paralympiques entrer au Japon, accompagnés par des dizaines de milliers d'officiels, d'entraîneurs, de dignitaires et de membres des médias. Sans parler de la possibilité de permettre aux spectateurs étrangers d'y assister.

Nous devrions discuter de la question pour savoir si les Jeux sont quelque chose que nous devrions poursuivre de cette manière, a affirmé Genki Sudo, un législateur national, dans une entrevue à l'Associated Press.

M. Sudo, un ancien combattant d'arts martiaux mixtes et lutteur, soutient que les Jeux olympiques ne seront pas équitables pour tous les athlètes. Certains peuvent s'entraîner, mais beaucoup ne le peuvent pas à cause de la pandémie. Il a même suggéré en plaisantant que les JO devraient se tenir à distance, comme une réunion sur la plateforme Zoom.

Si l'environnement d'entraînement est si différent, est-ce juste? Ce n'est absolument pas juste, a-t-il ajouté dans son bureau parlementaire.

Environ 57 % des sélections pour Tokyo sont confirmées. Matt Smith, le directeur de la Fédération internationale d'aviron, a indiqué il y a quelques jours que terminer le processus de qualification devenait vraiment urgent.

Tomoko Tamura, un législateur du Parti communiste japonais dans l'opposition, souhaite organiser les Jeux olympiques, mais a ajouté qu'un vaccin sûr pourrait ne pas arriver à temps. Les organisateurs disent qu'ils peuvent présenter l'événement, vaccin ou pas.

Certains ont suggéré que les athlètes en bonne santé ne devraient pas être une priorité pour recevoir un vaccin. Les athlètes peuvent-ils refuser un vaccin et continuer à compétitionner?

Bach persiste et signe

Le Japon a maîtrisé les infections avec moins de 2000 décès attribués à la COVID-19, bien que l'on assiste à une légère augmentation récemment. Les voyageurs étrangers ne sont pas autorisés à entrer dans le pays, mais la mesure va certainement changer pour les athlètes et le personnel olympiques.

Le président du CIO, Thomas Bach, doit rencontrer la semaine prochaine au Japon le nouveau premier ministre Yoshihide Suga, le président du comité d'organisation Yoshiro Mori et probablement tout commanditaire local qui a besoin d'être convaincu que les Jeux olympiques peuvent encore avoir lieu.

Les commanditaires locaux ont injecté 4,34 milliards de dollars canadiens pour financer les Jeux, au moins deux fois plus que tous les événements olympiques précédents, sous l'impulsion de la société de publicité japonaise Dentsu inc.

On a demandé à M. Bach cette semaine si des plans d'urgence pour l'annulation des Jeux olympiques allaient être discutés à Tokyo. Non, a tranché l'homme à la tête du CIO.

Il a annulé une visite en Corée du Sud en octobre en raison de la propagation de la COVID-19 en Europe. Il pourrait être accueilli par un petit comité de résistance à son arrivée à Tokyo.

Vue d'ensemble d'un stade avec des spectateurs dans les estrades et de l'équipement de gymnastique au centre.

Une compétition amicale de gymnastique a eu lieu au Japon pour tester les mesures sanitaires en lien avec la COVID-19.

Photo : Getty Images / Toru Hanai

Une trentaine de manifestants anti-olympiques se sont présentés, dimanche, à l'extérieur de l'épreuve-test de gymnastique. Ils ont distribué des dépliants et ont averti Thomas Bach dans leur document qu'ils seraient là quand il arriverait pour livrer leur message d'annuler les Jeux olympiques.

Sonja Ganseforth, une chercheuse à l'Institut allemand d'études japonaises à Tokyo, a écrit sur le mouvement anti-olympique au Japon. Les manifestants disent que les Jeux ont détourné des milliards de dollars de la reprise après la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011.

En outre, ils s'opposent à l'utilisation de l'argent public et soutiennent que les Jeux olympiques ont abouti au Japon à cause d'un scandale de corruption d'achat de voix du CIO.

Une fois que la décision d'organiser les Jeux olympiques à Tokyo a été prise, beaucoup (de Japonais) ont considéré qu'il était antisocial ou même antipatriotique de protester ouvertement contre les Jeux, a expliqué Mme Ganseforth dans un courriel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !