•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tournoi-bulle de la LHJMQ commence à prendre forme

Un couple marche sur la Place Jean Beliveau, face au Centre Videotron, Québec, par une douce soirée d'été.

Le Centre Videotron n'a présenté qu'un seul match des Remparts de Québec cette saison, le 3 octobre, lors d'une visite des Tigres de Victoriaville.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Les soupirs de soulagement ont fait place à l'enthousiasme au cours des derniers jours dans plusieurs marchés de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Sept équipes reprendront sous peu le collier dans un environnement sanitaire, à Québec, après avoir été contraintes, pour la majorité d'entre elles, de suspendre leurs activités durant plus d'un mois.

Entraîneurs, joueurs et dirigeants ont accueilli à bras ouverts la décision favorable de la Direction de santé publique du Québec à l'égard du projet de bulle sécurisée entrepris par le circuit Courteau. Essentiel pour assurer la continuité d'un calendrier qui s'est déjà vu amputé d'un fort lot de matchs, le concept permettra aux équipes qui sont situées en zone rouge de retrouver un semblant de normalité.

Toutefois, plusieurs détails restent à être achevés. Mardi, le président de la LHJMQ, Gilles Courteau, s’est contenté de confirmer que les coûts de ce tournoi seraient importants, mais sans plus. Il assure toutefois que la subvention de 12 millions de dollars que le gouvernement du Québec a octroyée à la ligue à la mi-octobre ne servira pas à l’organisation du tournoi à Québec, mais qu'elle ira directement aux équipes.

Les sept équipes qui s'affronteront au Centre Vidéotron sont en isolement depuis le 3 novembre dernier, et les joueurs et membres de l’organisation qui se rendront à Québec devront subir un test de dépistage contre la COVID-19 trois jours avant leur départ.

Ils seront ensuite testés de nouveau tous les trois ou quatre jours. Trois hôtels de Québec seront aussi mis à contribution pour héberger tout ce beau monde, et il sera interdit aux différentes équipes de se côtoyer.

Un système de transport sera mis en place afin que ces gens puissent se rendre des hôtels à l'aréna sans se mêler à la population. Des traiteurs seront également dépêchés pour préparer les repas aux occupants dans la bulle.

Le Phoenix de Sherbrooke ne pourra pas participer à ce tournoi-bulle, même si l’Estrie passera en zone rouge jeudi. La raison est que l’équipe ne pourra respecter l'isolement préventif de 14 jours.

Questionné pour savoir si un autre tournoi du genre pourrait avoir lieu en 2021, Gilles Courteau n’a pas voulu se mouiller.

On va vivre le premier événement, a-t-il déclaré. Aux termes de l’événement, on va faire un post-mortem et, ensuite, prendre le temps de discuter avec la santé publique pour partager avec eux et recevoir leurs commentaires. Je ne peux pas faire de promesses qu’il y aura d’autres événements similaires.

Les joueurs retrouvent leur motivation

Les Tigres de Victoriaville seront du nombre des équipes qui éliront domicile dans la Capitale-Nationale du 17 au 27 novembre prochain. Bien impatients de renouer avec l'action, les joueurs conservent un moral relativement bon et une chimie très bonne, qui est probablement attribuable au rendement de 4-0 enregistré avant la mise en veilleuse de leur saison, considère le directeur général Kevin Cloutier.

Le Colisée Desjardins, domicile des Tigres de Victoriaville

Le Colisée Desjardins, domicile des Tigres de Victoriaville

Photo : Les Tigres de Victoriaville

Les joueurs étaient évidemment très contents de la nouvelle; ils peuvent revenir à l'entraînement en ayant un objectif. Ils veulent tous jouer au hockey, c'est le but de la chose. C'est beau de s'entraîner et encore s'entraîner, mais à un moment donné, tu veux compétitionner contre d'autres équipes. Ils ont quelque chose de le fun qui s'en vient à l'horizon.

On demande beaucoup aux jeunes depuis le début; ils sont arrivés en août, ils font des sacrifices, ils ne voient pas leur famille, ils portent des masques en tout temps quand ils viennent à l'aréna... À part leur famille de pension, ils ne voient pas beaucoup de monde. Eux autres, leurs petites récompenses, c'est de jouer des matchs, et ils auront cette chance prochainement.

Kevin Cloutier, directeur général des Tigres de Victoriaville

Il s'agit là de propos que partage le directeur des opérations des Saguenéens de Chicoutimi, Serge Proulx, qui salue du même souffle la résilience affichée par les joueurs lors des derniers mois. Ils ont besoin d'avoir un objectif : celui de jouer. Ils s'entraînent depuis tellement de semaines, ils font tous les sacrifices nécessaires pour respecter ce qui en est.

Or il y a une ombre au tableau : un résultat positif au coronavirus a été recensé chez un membre du personnel des Saguenéens, a annoncé la LHJMQ samedi, si bien que leurs activités ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre. Leur présence à Québec est désormais compromise.

On ne sait pas si on va pouvoir y être en raison d'un cas isolé de COVID-19 chez nous, indique Serge Proulx. On devra attendre les prochains jours avant de savoir si on pourra participer au tournoi.

Des joueurs de hockey s'exercent près du gardien des Saguenéens.

Les Saguenéens de Chicoutimi n'ont disputé que cinq matchs en six semaines d'activités depuis le coup d'envoi de la saison, le 2 octobre.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Un classement dépareillé

Pendant que l’Armada de Blainville-Boisbriand et les Remparts de Québec n’affichent que deux matchs au compteur – le dernier a été joué il y a belle lurette, le 4 octobre –, les six formations de la Division des Maritimes ont sans exception atteint la dizaine de rencontres.

Le calendrier officiel des affrontements n'a pas encore été communiqué aux organisations qui migreront vers le Centre Vidéotron. L'horaire respectif de tout un chacun comprendra 6 rencontres en 11 jours, un rythme soutenu et inhabituel dans les rangs juniors majeurs; rien toutefois pour inquiéter l'homme à la tête des opérations hockey des Tigres depuis 2016.

Ils ont beaucoup d'énergie présentement, puisqu'ils n'ont pas joué depuis longtemps, et il n'y aura pas de long voyagement en autobus, rappelle Kevin Cloutier, faisant référence aux rencontres fréquentes impliquant des équipes éloignées. Je ne vois aucun problème concernant le nombre de matchs par rapport au nombre de jours; au contraire, les joueurs sont très excités. Je ne vois pas vraiment d'embûches.

J'ai vu des gars tout sourire; d'ailleurs, lundi matin, j'en ai vu arriver [à l'entraînement] encore plus tôt qu'à l'habitude, renchérit l'entraîneur-chef et directeur général des Olympiques de Gatineau, Louis Robitaille, notant à son tour les sacrifices faits par ses protégés depuis leur retour sur la glace en août.

Le Centre d'excellence Sports Rousseau de Boisbriand, domicile de l'Armada, de la LHJMQ.

Le Centre d'excellence Sports Rousseau de Boisbriand, domicile de l'Armada, de la LHJMQ

Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

L’entraîneur-chef de l’Armada de Boisbriand, Bruce Richardson, reconnaît que quelques-uns de ses joueurs sont un peu rouillés. L’équipe a été frappée par une importante éclosion de COVID-19 en octobre dernier : 20 joueurs et membres du personnel ont reçu un résultat positif au coronavirus.

Certains joueurs n’ont repris l’entraînement que la semaine dernière, et l’entraîneur ne s'attend pas à ce que tout soit parfait lors des premiers matchs. Toutefois, il confirme que les hockeyeurs ont retrouvé leur motivation depuis l’annonce.

Je peux vous dire que dans les entraînements, il y a eu beaucoup d’enthousiasme et d’énergie, souligne Bruce Richardson. Ils voient la lumière au bout du tunnel et ils ont très hâte de partir pour Québec et jouer des matchs.

Plusieurs points logistiques sont encore à fignoler d'ici au 17 novembre. N'empêche, on sait déjà qu'un local d'études sera attribué pour chacune des équipes, de sorte que les joueurs puissent poursuivre leurs apprentissages à distance et de manière virtuelle.

Avec les informations de Jonathan Jobin, de Félix St-Aubin et de Josie-Anne Taillon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !