•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Primoz Roglic sacré vainqueur du Tour d'Espagne

Il serre le poing gauche après sa victoire à la Vuelta.

Primoz Roglic

Photo : Getty Images / Oscar Del Pozo

Radio-Canada

Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a remporté la Vuelta pour une deuxième année d'affilée, dimanche, à l'issue de la 18e et dernière étape, à Madrid, remportée par l'Allemand Pascal Ackermann (Bora).

Deuxième du Tour de France il y a six semaines, Roglic a devancé de 24 secondes au classement général l'Équatorien Richard Carapaz (Ineos). Le Britannique Hugh Carthy (Education First) complète le trio de tête.

Vainqueur de quatre manches dans l'édition 2020, raccourcie à 18 étapes contre 21 habituellement en raison de la pandémie, Roglic s'était emparé du maillot rouge de meneur mardi lors du seul contre-la-montre de la course.

Mes coéquipiers ont joué un rôle spécial tout au long de la saison. Nous avons parfois dû pousser, alors que nous n'étions pas en pleine forme. Mais nous avons toujours fait de notre mieux. C'est formidable, je suis très heureux et je suis fier de faire partie de cette équipe.

Primoz Roglic, cycliste de l'équipe Jumbo-Visma

Plus tu gagnes, plus tu sais comment savourer ces moments. Ce sont toujours des scénarios différents, qui sont uniques. C'est simplement formidable de nous retrouver dans cette position, poursuit le Slovène.

Pascal Ackermann, qui avait gagné la neuvième étape à la suite du déclassement de l'Irlandais Sam Bennett, a cette fois-ci devancé à la régulière le coureur de l'équipe Deceuninck.

Deux Canadiens au classement

Le Canadien Michael Woods (Education First Pro Cycling) a terminé cette dernière et ultime étape au 126e rang, mais il est 34e au classement général.

Il avait remporté la septième étape de ce Tour d'Espagne en plus de finir la 14e au 2e rang, tout juste derrière Tim Wellens (Lotto-Soudal).

Quant au Montréalais James Piccoli (Israël Start-Up Nation), qui participait pour la première fois à la Vuelta, il a conclu l'épreuve au 125e rang.

Au terme de cette journée, le cycliste s’est dit épuisé. D'ailleurs, ce qu’il va retenir de ce premier Tour d’Espagne c’est qu’il a trouvé ses limites, physiques et mentales. Les deux étapes en montagnes sont celles qui lui ont donné le plus de fil à retordre.

L’étape 11 et celle d’hier (la 17e) ont vraiment été les plus dures, souligne-t-il. Il y a quelques moments dans la course ou je croyais que je ne pourrais pas finir. J’ai vraiment repoussé mes limites.

Il a aussi vanté la beauté du parcours et de l’arrivée à Madrid. Malgré la pandémie, quelques spectateurs s’étaient déplacés pour l’occasion.

Cette Vuelta a permis à Piccoli de réaliser qu’il est dans la bonne équipe.

On avait une super bonne ambiance, on riait à chaque souper, ajoute Piccoli. On a eu de beaux résultats, notre leader était en forme, il a bien fait au classement général, l’ambiance était vraiment parfaite. Je me rends compte que j’ai trouvé une équipe pour moi. On me donne des conseils et on veut me faire avancer.

Maintenant que la saison est terminée, le Montréalais compte revenir au Québec pour le temps des fêtes. Il ignore encore quelles courses auront lieu lors de la prochaine saison et même les dates des camps d’entraînement.

Bien qu'il soupçonne que le calendrier ne sera pas complet, il est toutefois persuadé qu'il pourra participer à quelques courses.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !