•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tour d'Espagne : Primoz Roglic se rapproche de son but

Le cycliste prend la pose en soulevant le trophée du jour.

Primoz Roglic

Photo : afp via getty images / ANDER GILLENEA

Agence France-Presse

Primoz Roglic, vêtu du maillot rouge de leader, s'est transformé en sprinteur pour prendre la 2e place de la 16e étape du Tour d'Espagne gagnée vendredi, à Ciudad Rodrigo, par le Danois Magnus Cort Nielsen.

C'est une bonne journée, a lancé le Slovène de l'équipe Jumbo, qui a empoché 6 secondes de bonification.

Il a porté son avance à 45 s sur l'Équatorien Richard Carapaz et à 53 s sur le Britannique Hugh Carthy à la veille de la dernière arrivée au sommet et à deux jours de l'arrivée à Madrid.

Il manquait des sprinteurs dans le groupe d'une quarantaine de coureurs, a relevé Roglic. Je me suis dit : ''Pourquoi ne pas y aller?'' Pince-sans-rire derrière son masque, le Slovène a ajouté : Puisque j'ai le maillot vert (du classement par points), je peux sprinter.

C'était plus facile de prendre 6 secondes aujourd'hui que sur l'Angliru, l'arrivée au sommet la plus pentue de la course dimanche dernier, a-t-il rappelé.

Derrière Cort Nielsen, Roglic a devancé de très peu le Portugais Rui Costa, qui a été déclassé ensuite par le jury des commissaires pour un écart dans le sprint. La 3e place est revenue au Néo-Zélandais Dion Smith.

Michael Woods, d’Ottawa, a pris le 48e rang à 1:21 du gagnant. Il est 27e au classement général, à 51:52 du meneur. Le Montréalais James Piccoli a fini 142e rang, avec un retard de 17:48. Il est 124e au cumulatif à 3:30:32.

L'étape s'est jouée au sprint dans la petite ville de Ciudad Rodrigo, près de la frontière portugaise, malgré les efforts de Rémi Cavagna, rescapé d'une échappée de six coureurs qui a compté jusqu'à près de six minutes d'avance.

Le Français, seul en tête à 18 km de l'arrivée, a maintenu une courte avance sur le premier peloton lancé à ses trousses dans le sillage de l'équipe de l'Espagnol Alejandro Valverde. Il n'a été rejoint que dans le dernier faux plat, à 2 km de la ligne.

J'ai tout fait pour gagner une étape, je n'y suis pas arrivé, a dit Cavagna, qui s'était imposé à Tolède, l'an passé, à deux jours de l'arrivée.

Cort Nielsen, 27 ans, s'est imposé pour la troisième fois à la Vuelta après deux succès en 2016. En 2018, il a aussi gagné une étape du Tour de France, à Carcassonne.

Au départ de l'étape, je n'étais pas très confiant en mes chances. Je me demandais si ce serait un sprint. Finalement, j'ai pu tenter ma chance. Je n'étais pas très bien placé après le dernier virage, mais j'ai pu trouver l'ouverture, a déclaré le Danois, qui a enregistré un troisième succès dans cette édition pour l'équipe Education First après Woods (7e étape) et Hugh Carthy (12e étape).

Samedi, la 17e et avant-dernière étape (178 km) se conclut par l'ascension de l'Alto de la Covatilla, classée hors catégorie, où le Britannique Simon Yates, vainqueur final, s'était emparé du maillot de leader en 2018.

La dernière montée, longue de 11,4 km à 7,1 % de pente moyenne, mène à l'altitude de 1965 m.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !