•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michael Woods 2e de la 14e étape du Tour d'Espagne

Deux cyclistes se font la lutte dans le sprint final.

Tim Wellens devance Michael Woods à l'abord de la dernière ligne droite.

Photo : afp via getty images / MIGUEL RIOPA

Radio-Canada

Le Canadien Michael Woods a pris la 2e place de la 14e étape du Tour d'Espagne remportée, mercredi, par le Belge Tim Wellens sur un parcours de 204 km entre Lugo et Orense.

Au cœur d'une échappée à sept coureurs au 40e kilomètre après une heure de course, Woods (EF Pro Cycling) a maintenu la cadence jusqu'à un duel acharné avec Wellens (Lotto-Soudal).

C'est dans les 300 derniers mètres, dans un sprint en montée, que la victoire s'est jouée en faveur du Belge. Il gagnait ainsi sa deuxième étape de cette Vuelta. Il avait remporté la cinquième. C'est le 30e succès de sa carrière et son 4e dans un grand tour.

Je savais que la ligne était dans un virage, mais je pensais que c’était moins étroit que ça, a souligné Woods en entrevue. J’ai pris la décision d’être en tête de course avec 300 mètres à faire, mais Wellens a fait une bonne attaque et il a pris cette position. J’ai essayé de le dépasser, mais le virage arrivait trop tard et je n’étais pas capable de le dépasser, même si j’avais les jambes.

Déjà gagnant de la septième étape, Michael Woods se trouve au 27e rang du classement général, à 50 min 25 s du meneur, le Slovène Primoz Roglic (Jumbo), qui conserve le maillot rouge après avoir fini en tête du peloton de chasse, en 10e place, à 3 min 44 s du vainqueur. Le Tchèque Zdenek Stybar a complété le podium.

Même s'il était fier d'avoir tout donné dans cette étape difficile, Woods s'est dit un peu déçu d'avoir terminé 2e, d'autant plus qu'il s'agissait, à quatre jours de l'arrivée à Madrid, de l'une des dernières occasions d'aller chercher un bon résultat individuel.

Mais maintenant, il faut qu’on soit tous là pour Hugh [Carthy], a reconnu Woods, en référence au leader d'EF Pro Cycling actuellement 3e au classement général. Et pour le reste de la course, mon but est d’être toujours avec lui.

L'autre Canadien en lice, James Piccoli (Israel Start-Up Nation), est 115e au général et accuse près de 3 heures de retard après avoir pris la 84e place mercredi.

Une étape animée

L'échappée a réussi à prendre tambour battant. Les sept coureurs se sont assuré une marge supérieure à cinq minutes d'avance avant que l'écart se réduise légèrement sous l'impulsion de l'équipe Bora et, surtout, d'Astana.

Quand la formation kazakhe a coupé son effort, la française Total Direct Energie a pris le relais pour ramener l'écart à moins de deux minutes à 25 km de l'arrivée, mais sans parvenir à réaliser la jonction avec le groupe de tête.

Stybar, suivi par l'Espagnol Marc Soler, a pris l'avance dans une descente à l'entrée des 15 derniers kilomètres. Wellens est vite revenu sur le duo, mais les trois coureurs ont été rejoints par les poursuivants (Woods, van Baarle, Arensman) au pied de la côte d'arrivée.

Je savais que je devais prendre le dernier virage en première position, a dit Wellens. J’ai senti Woods revenir, mais la ligne d’arrivée était juste là et je l’ai franchie en premier.

Toute la journée, j’avais l’impression que Dylan van Baarle était le plus en forme. C’est vraiment un bon rouleur. Mais quand nous avons accéléré un peu, Woods et Soler avaient vraiment de bonnes jambes. Je craignais un peu Woods dans le sprint, mais j’ai bien fait de lancer le sprint en premier. Et je savais que je devais rester à l’intérieur dans le virage.

Jeudi, la 15e étape, la plus longue de l'épreuve avec 230,8 kilomètres, relie Mos et Puebla de Sanabria, près de la frontière portugaise à l'ouest de la Castille et Léon.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !