•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Impact doit vaincre l'ennui et Orlando

Un joueur tente de lui soutirer le ballon.

Samuel Piette (à droite)

Photo : Reuters / Dennis Schneidler

L'Impact a toujours son triste sort entre ses mains. Parce que devoir se qualifier pour les éliminatoires sans jamais jouer à Montréal, c'est dur pour le moral. Si les joueurs de Thierry Henry gagnent leurs deux derniers duels, ils pourront dire mission accomplie.

Dimanche, il affrontera à son domicile de fortune au Red Bull Arena, à Harrison, au New Jersey, l'Orlando City SC. À la veille de ce duel déterminant sur le dénouement de cette saison éprouvante loin du confort de la maison et du stade Saputo, Thierry Henry s'efforce à garder sa troupe dans un bon état d'esprit.

Sur le plan émotionnel, il faut relever la tête des gars, ou même du staff et même de moi-même, avoue l'entraîneur-chef. Il faut essayer de trouver des solutions.

Durant sa vidéoconférence d'avant-match, il a paru peiné de la situation. Il souhaitait que ses joueurs trouvent l'étincelle pour rebondir juste à temps contre une équipe de premier plan.

Lorsqu'un reporter lui a fait remarquer qu'Orlando ne gagnait pas souvent à l'étranger, sa réponse a été sèche.

On n'est pas chez nous ici. Les deux équipes jouent à l'étranger. Eux, au moins, ils ont une maison. Cela fait une grosse différence dans cette ligue et je sais de quoi je parle. Nous n'avons gagné qu'un seul match à la maison, insiste-t-il pour expliquer en partie la position actuelle de son équipe au classement.

Le Bleu-blanc-noir a disputé 18 matchs à l'étranger et trois au stade Saputo. Le dernier était le 9 septembre.

Depuis un mois, l'équipe est à la dérive.

Le onze montréalais n'a gagné que 2 de ses 11 dernières rencontres, mais occupe tout de même la 9e place au classement de l'Association de l'Est avec 23 points, deux de plus que Chicago, Miami et D.C. United. Puisque le couperet tombe après la 10e place, la marge de manœuvre avec une autre défaite est mince.

On essaie de remettre tout le monde d'aplomb dans l'espoir de commencer ce match contre Orlando de la meilleure des façons parce que c'est un match super important. Si on gagne, on peut déjà se mettre à l'abri. Les résultats (des rivaux de l'Impact) nous ont permis d'avoir encore notre destin entre nos mains, ajoute le technicien français.

L'Impact a ensuite rendez-vous le 8 novembre avec le D.C.United, donc avec un adversaire direct dans cette course pour une participation aux séries.

Henry a aussi confirmé que plusieurs joueurs sont incommodés par des blessures et leur statut pour le match de dimanche est incertain : Clément Bayiha, Zachary Brault-Guillard, Orji Okwonkwo, Maximilliano Urruti et Ballou Tabla.

Ce ne sera pas évident contre une équipe comme Orlando. Ils savent défendre. Plus tu gagnes, plus ça apporte de la confiance. Ils arrivent à gérer ce que j'appelle les moments. Quand ils subissent, par exemple contre Atlanta, ils sont retournés à la mi-temps en menant 2-0 alors qu'ils ont subi toute la première mi-temps. Les grandes équipes dans les championnats arrivent à faire ça.

L'attaquant Bojan reste confiant, même si Orlando est de loin favori pour l'emporter.

Nous avons la confiance, il nous faut les résultats. Orlando nous a battus 1-0 au tournoi estival et nous avait dominés dans la deuxième portion du match. Mais il s'agissait d'un tournoi. Aujourd'hui, c'est une autre réalité. Ça ne se compare pas. C'est une bonne équipe, mais nous en sommes une bonne aussi. Nous avons encore l'occasion de participer aux éliminatoires. Il faut tout faire pour amasser des points.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !