•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison peu ordinaire pour les espoirs du Canadien

En action lors d'un match, il contrôle la rondelle sous les yeux attentifs des joueurs adverses à leur banc.

Cole Caufield, premier choix du CH en 2019, sera à surveiller cet automne.

Photo : Crédit: Université du Wisconsin Athletics / Greg Anderson

« Ils sont prêts. The boys are ready ». C’est par cette affirmation dans les deux langues officielles que le directeur du développement des joueurs du Canadien, Rob Ramage, a conclu sa rencontre médiatique de début de saison jeudi.

Ramage est conscient que les jeunes espoirs du Tricolore se retrouvent en territoire inconnu, car plusieurs d’entre eux n’ont pas joué depuis le mois de mars et ne savent pas quand ils pourront recommencer à pratiquer leur sport.

Entre-temps, Ramage et son partenaire Francis Bouillon s’assurent de garder le contact et de veiller à ce que les jeunes poursuivent leur entraînement dans les meilleures conditions.

Je compatis avec eux. Ce sont de bons jeunes. Ils sont dévoués. Ils sont concentrés. Ils veulent devenir des joueurs de hockey. C’est une période difficile pour eux, a-t-il confié.

C’est inquiétant, mais vous savez, ils sont aussi résilients. Je crois à la résilience de l’être humain.

Rob Ramage emprunte aussi les propos du Dr David Scott, le conseiller de psychologie sportive de l'équipe. Quand on est en groupe, c’est plus facile de s’entraîner. Mais, le vrai test de caractère, c’est ce que vous faites quand personne ne vous regarde.

Celui qui est installé à St. Louis, où il a passé 6 de ses 15e saisons dans la LNH, pourra donc suivre les nombreux espoirs américains du CH qui devraient commencer leur saison au cours des prochaines semaines, que ce soit dans les rangs universitaires ou dans la USHL.

Il aura notamment un œil sur Cole Caufield (1er choix du CH en 2019) à l’Université du Wisconsin. Il lui a parlé récemment, de même qu’à son entraîneur, Tony Granato.

Tony n’avait que de bons mots pour Cole, à propos de sa discipline et du leadership qu’il commence à assumer.

Granato lui a dit que Caufield était passé à un autre niveau après le Championnat du monde junior.

Mais c’est important qu’il recommence à jouer, ajoute Ramage.

C’est d’ailleurs le défi pour un grand nombre d’espoirs du Tricolore dont les ligues sont en pause à cause de la pandémie.

L’ancien défenseur est conscient que les espoirs européens de l’organisation qui peuvent jouer, comme Jesperi Kotkaniemi en Finlande, seront certainement avantagés.

Nos gars qui sont là-bas et qui peuvent jouer avec leurs anciennes équipes pour la plupart sont chanceux. Ils sont dans de bons programmes, dit-il. C’est du bon hockey et ils font ce qu’ils aiment.

C’est certainement mieux que d’aller au gym et s’entraîner chaque jour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !