•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bras de fer Roglic-Carapaz se poursuit dans la 8e étape de la Vuelta

Il pose ses mains sur sa bouche en franchissant la ligne d'arrivée sur son vélo.

Primoz Roglic

Photo : Getty Images / ANDER GILLENEA

Agence France-Presse

Primoz Roglic a fait plier Richard Carapaz, mercredi, au sommet de l'Alto de Moncalvillo lors de la huitième étape du Tour d'Espagne pour revenir à une dizaine de secondes de l'Équatorien, toujours meneur au classement général.

Le Slovène de Jumbo-Visma a placé son attaque un peu avant la flamme rouge et son rival d'Ineos-Grenadier a été le seul capable de le suivre.

S'en est suivi un bras de fer dans les pentes inédites de l'Alto de Moncalvillo, une montée de 8,3 km, mais raide avec sa moyenne de 9,2 %.

Les deux favoris à la victoire finale se sont rendus coup pour coup et, à ce jeu, c'est Roglic, le grand battu du Tour de France, qui a remporté l'étape de 164 km et cette nouvelle manche.

C'était un mano a mano fantastique et ça va être comme ça un moment, dit Carapaz dans son maillot rouge.

Roglic, tenant du titre de la Vuelta, a repris 17 secondes à l'Équatorien, qui s'est affirmé comme son plus grand rival sur le chemin d'un éventuel doublé et qui ne détient plus que 13 secondes d’avance.

C'est toujours bien de gagner du temps, mais c'est surtout génial de s'imposer, a ajouté le Slovène, qui s'est rassuré après sa défaillance dimanche dans la montée vers Formigal.

L’Irlandais Daniel Martin (Israel Start-Up Nation) a talonné les deux protagonistes, mais il a flanché dans les derniers hectomètres et a cédé 19 secondes au Slovène. Une performance qui lui permet toutefois de conserver sa 3e place au classement général avec un recul de 28 s.

Vainqueur de la septième étape la veille, le Canadien Michael Woods s’est pointé au 20e échelon avec 3 min 23 s de retard sur le vainqueur. Son compatriote James Piccoli a conclu au 120e rang à 20:25. Au classement général, Woods figure en 38e position, à 42:39, tandis que Piccoli est 116e, à 1:42:16.

Dans le brouillard, la pluie et le froid, il avait lâché plus de quarante secondes à Carapaz, déjà vainqueur du Tour d’Italie en 2019, sous les couleurs alors de Movistar.

L'équipe espagnole, dans son propre tour, est la grande perdante de la journée. Son chef de file Enric Mas a cédé près d'une minute à Roglic même si sa formation a mis à contribution Alejandro Valverde dès le pied de l'ascension.

Des efforts que le champion du monde de 2018, deuxième carte de Movistar, a payés avec une minute et demie de débours à l'arrivée.

La neuvième étape, jeudi, entre Castrillo del Val et Aguilar de Campoo, dans le nord du pays, devrait offrir une accalmie aux favoris. Ses 158 km de plaine sont l'une des rares occasions pour les sprinteurs dans cette Vuelta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !