•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alliance Sport-Études s’inquiète pour la motivation des jeunes

Les judokas s'empoignent.

Catherine Beauchemin-Pinard se bat contre Aimi Nouchi.

Photo : Gabriela Sabau

Depuis 35 ans, l’Alliance Sport-Études accompagne des athlètes de haut niveau dans leur cheminement scolaire postsecondaire. En collaboration avec 46 cégeps et 9 universités québécoises, l’organisme subventionné par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur encadre 1400 étudiants vers la diplomation.

Au moins 300 des 1400 athlètes ont répondu en moins de 24 heures à un sondage maison, non scientifique, pour tenter de mesurer l’impact des mesures sanitaires sur leur motivation scolaire et sportive. Le constat n’est pas surprenant.

Vingt-quatre pour cent d'entre eux disent qu'ils ne vont pas très bien ou pas bien du tout. Et 45 % affirment que les mesures entament beaucoup ou énormément leur motivation à l'entraînement. Près de la moitié confie que l'arrêt des sports et l'école à distance nuisent beaucoup ou énormément à leur motivation scolaire.

Les réponses ont par ailleurs été soumises avant que le gouvernement du Québec prolonge ses contraintes sanitaires lundi en fin d’après-midi. Le directeur de l’Alliance Sport-Études n’a pas été surpris.

On se doutait que les jeunes n’allaient pas bien ces temps-ci et notre sondage a confirmé nos craintes comme quoi la motivation pour les études et le sport en a pris un coup, dit Sébastien Fyfe. C’est un portrait assez sombre qui se dégage du sondage. Et ce qui m’inquiète, c’est la façon dont les résultats vont évoluer dans les prochaines semaines.

Ce qui trouble aussi le directeur, c’est que les athlètes qui reçoivent le soutien de l’Alliance Sport-Études sont généralement plus motivés que les autres étudiants.

Matériel scolaire

Matériel scolaire

Photo : iStock

Ils sont plus motivés à la fois dans leur parcours sportif et académique parce que ce sont des jeunes qui visent les plus hauts sommets dans les deux domaines, souligne M. Fyfe. Si eux ont perdu leur motivation sportive et scolaire, j’imagine que c’est encore pire pour des milliers de jeunes qui ne sont pas aussi bien encadrés qu’eux. Je m’inquiète vraiment pour la suite des choses.

Front commun avec SportsQuébec

Sébastien Fyfe est l’un des 125 cosignataires d’une lettre ouverte publiée par SportsQuébec mardi. La lettre implore le gouvernement québécois d'inclure la reprise du sport organisé dans son prochain plan de déconfinement.

L’Alliance Sport-Études, comme les fédérations qui ont aussi soutenu l’initiative, demande de faire partie de la solution. L’organisme veut collaborer avec le gouvernement, plutôt que de le confronter, comme l’a fait lundi une coalition de propriétaires de salle de sports, en menaçant d’ouvrir illégalement leurs portes.

Nous sommes convaincus que le sport organisé fait partie de la solution pour la santé publique et pour la santé en général, explique-t-il. Le monde du sport a montré cet été et continue de montrer qu’il y a une façon de poursuivre le sport en étant consciencieux pour limiter la propagation du virus. Je pense qu’on peut être créatif et y arriver.

On comprend que la priorité est de limiter les décès et on est bien d’accord avec ça, mais je pense qu’on doit voir le sport comme une solution à court et moyen terme pour nous donner une société encore plus en santé à long terme, ajoute-t-il.

Au-delà des médailles et des victoires, le sport est un formidable véhicule pour progresser dans le parcours scolaire selon lui.

Avant la pandémie, on prenait pour acquis bien des choses dont les sports et le contact avec les enseignants, dit M. Fyfe. On prend conscience de la valeur de ces choses sur notre développement et la richesse de nos vies. On travaille le plus possible à ramener ce qui est essentiel au bien-être. Le sport et les études dans les meilleures conditions en font partie.

Le directeur de l’Alliance Sport-Étude conclut que le parcours est bien souvent aussi important que la destination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !