•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président du FC Barcelone démissionne

Il est derrière un lutrin.

Le président du FC Barcelone, Josep Maria Bartomeu

Photo : Getty Images / AFP/Lluis Gene

Agence France-Presse

Josep Maria Bartomeu a finalement démissionné. Le président du FC Barcelone, en conflit avec la vedette Lionel Messi et visé par une motion de censure, a quitté mardi son poste cinq mois avant les prochaines élections, abandonnant un Barça en pleine crise sportive et budgétaire.

C'est l'épilogue de longs mois de violentes secousses, dans une ambiance de fin de règne, et trois jours après le clasico de Liga perdu 3-1 face au Real Madrid samedi dans un Camp Nou vide.

Bartomeu a cédé à la pression et a fini par présenter sa démission, alors qu'il avait déclaré lundi ne pas avoir de raisons de démissionner. Pourtant, c'est arrivé

Cela met un terme à six années de présidence pour cet ancien bras droit du président Sandro Rosell (2010-2014), qui avait succédé au pied levé à son ancien mentor visé par la justice espagnole.

J'apparais aujourd'hui pour vous communiquer ma démission et celle du reste du comité de direction. C'est une décision réfléchie, sereine, conjointe et approuvée par tous mes collaborateurs, a déclaré Bartomeu en conférence de presse.

Après des jours d'incertitude, sur fond de désaccords sur la date et les modalités d'organisation du vote portant sur la motion de censure endossée par des milliers de socios (supporteurs-actionnaires), Bartomeu et son comité de direction ont décidé de présenter leur démission, qualifiant la posture de leurs opposants d'irresponsable et celle du gouvernement régional catalan d'incompréhensible.

Une commission de gestion transitoire, aux pouvoirs limités, devra désormais gérer l'organisation des nouvelles élections sous trois mois à partir de sa création.

Fin de règne mouvementée

Il met ainsi fin à une situation délétère qui dure depuis janvier 2020, avec la défaite en demi-finale de Supercoupe d'Espagne puis le limogeage dans la foulée de l'entraîneur Ernesto Valverde, qui ont amorcé la lente chute de l'illustre FC Barcelone.

En février déjà, l'image de Bartomeu a été grandement écornée : le président démentait alors être à l'origine d'une campagne de calomnies visant des figures du club sur les réseaux sociaux et dont le but aurait été d'améliorer son image.

La radio Cadena Ser montrait pourtant que le Barça avait versé un million d'euros en six factures distinctes à l'entreprise I3 Ventures pour manipuler l'opinion publique sur les réseaux sociaux. Les socios étaient scandalisés. En avril, six membres du conseil d'administration démissionnaient, sur fond de désaccords sur le mode de gestion de Bartomeu.

Et la pandémie du nouveau coronavirus n'a pas interrompu la crise. Dans un club déjà endetté (311 M$ CA de dette nette depuis 2019), la crise sanitaire a débouché sur de nouvelles pertes estimées à 311 millions de dollars.

Le Barça s'est séparé pendant l'été de quelques gros salaires du vestiaire : Arthur, Ivan Rakitic, Arturo Vidal, Luis Suarez... Et le club a demandé des efforts au reste de l'effectif.

Il marche sur le terrain après la défaite de son équipe.

Lionel Messi a la mine basse.

Photo : Getty Images / Pool

Le coup décisif est venu en août. Bartomeu s'est retrouvé affaibli après une première moitié d'année catastrophique, puis une déroute historique 8-2 contre le Bayern de Munich en quarts de finale de la Ligue des champions à Lisbonne.

Quelques jours plus tard, coup de tonnerre : Messi, emblématique capitaine et légende du Camp Nou, annonçait au club qu'il souhaitait partir.

Bartomeu a refusé et l'a obligé à rester selon les termes de son contrat, jusqu'à l'été 2021, en posant un ultimatum à l'Argentin. Si Messi dit publiquement que son problème est Bartomeu, alors il démissionnera. Messi ne l'avouera jamais publiquement et se ravisera.

L'opinion publique s'est toutefois rangée, dans une large majorité, derrière La Pulga, qui critiquait ouvertement ses dirigeants dans une entrevue retentissante. Il n'y a pas de projet, rien. Ils ne font que jongler et boucher des trous au fur et à mesure que les choses arrivent, avait-il lancé.

Bartomeu, réélu à la surprise générale avec 54 % des voix en juillet 2015 dans la foulée d'un somptueux triplé Liga-Coupe-Ligue des champions, n'ira donc pas au bout de son mandat marqué par de nombreux trophées (4 Ligas, 4 Coupes du Roi...), mais autant de scandales, comme les enquêtes judiciaires sur les conditions du transfert de Neymar.

Et le comble, pour ce père de deux enfants et chef d'entreprise de 57 ans, sera de voir le Barça entamer sa reconstruction grâce aux graines qu'il a lui-même plantées, l'entraîneur Ronald Koeman et le jeune prodige Ansu Fati (18 ans le 31 octobre) en tête.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !