•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Coyotes offrent une « seconde chance » à un espoir coupable d'actes racistes

Un joueur de hockey tente d'en déjouer un autre.

Mitchell Miller en 2018 lorsqu'il jouait pour l'équipe américaine.

Photo : The Canadian Press / CODIE MCLACHLAN

Radio-Canada

Les Coyotes de l’Arizona doivent s'expliquer pour avoir repêché, le 7 octobre dernier, un joueur qui a été reconnu coupable devant un tribunal de la jeunesse d’avoir intimidé et commis des gestes racistes à l’endroit d’un camarade de classe ayant un trouble du développement.

Mitchell Miller, 18 ans, a été le premier choix des Coyotes au quatrième tour du repêchage.

Lundi, un journal local, The Arizona Republic, a publié une entrevue réalisée avec Isaiah Meyer-Crothers, la victime du hockeyeur, ainsi qu'avec sa mère.

Les faits remontent à 2016. Miller avait alors 14 ans. Il appelait fréquemment sa victime brownie et en plus utilisait le mot en N, un fait corroboré par plusieurs témoins selon le journal.

Il a intimidé Isaiah Meyer-Crothers pendant plusieurs années, allant jusqu’à le battre et à le forcer à manger un bonbon qui avait baigné dans un urinoir. Le trouble de développement d’Isaiah lui donnait à l’époque la maturité d'un enfant de 10 ans.

Mitchell Miller et un autre adolescent ont été accusés après qu’une agression a été captée par une caméra de surveillance. Ils ont plaidé coupables et ont été condamnés à 25 heures de travaux communautaires en plus d’avoir à offrir des excuses écrites à leur victime.

Une plaie toujours vive

Isaiah Meyer-Crothers affirme avoir eu mal au ventre lorsqu’il a vu que Miller avait été repêché.

Tout le monde croit qu’il est cool d’être dans la LNH, mais je ne vois pas comment quelqu’un peut être cool lorsqu’il a intimidé quelqu’un pratiquement toute sa vie, a déclaré le jeune homme à l'Arizona Republic.

Pour être honnête, ça me brise le coeur, a affirmé la mère de la victime, Joni Meyer-Crothers. C’est stupide que les Coyotes n’aient pas regardé un peu dans le passé, mais je ne peux rien y faire.

En fait, les Coyotes étaient au courant de l’histoire et ne s'en cachent pas.

Le directeur général, Bill Armstrong, a souligné qu’il ne faisait pas partie du groupe de recruteurs qui ont sélectionné Miller.

Mitchell a envoyé une lettre à toutes les équipes de la LNH pour les informer de son comportement et pour s'excuser, a déclaré Armstrong. Mitchell a fait une grosse erreur, mais nous lui donnons une deuxième chance. Nous espérons qu’il va utiliser cette plateforme pour faire de la sensibilisation à propos de l’intimidation et pour décourager ce type de comportement.

L’équipe affirme aussi vouloir éduquer le jeune hockeyeur à propos des questions de diversité et d’inclusion.

Le président de l’équipe, Xavier Gutierrez, a aussi affirmé par communiqué qu’il aurait été facile pour les Coyotes de ne pas repêcher Miller comme d’autres l’ont fait. Il dit plutôt vouloir faire partie de la solution en donnant les ressources au jeune homme pour qu’il devienne un ambassadeur contre le racisme et l’intimidation.

Il écoute une femme parler.

Xavier Gutierrez lors d'un événement à Los Angeles en 2019

Photo : getty images for supercharged / Greg Doherty

Xavier Gutierrez est le premier président latino-américain dans la LNH. Il est membre d’un comité dont le mandat est de combattre le racisme dans la ligue en plus de faire la promotion de la diversité.

Les excuses de Mitchell Miller

Le jeune hockeyeur a envoyé un communiqué par l’entremise des Coyotes. Il affirme être très désolé de l’incident survenu en 2016.

J’étais jeune et immature. Je me sens terriblement mal à cause de mes actions. À l’époque, je ne comprenais pas la gravité de mes actions et la façon dont elles pouvaient affecter d’autres personnes. Je me suis excusé à la famille, j’ai suivi une formation sur la diversité culturelle en plus de terminer mes travaux communautaires.

Il ajoute avoir eu beaucoup de temps pour réfléchir au cours des quatre dernières années et vouloir maintenant faire de la sensibilisation contre l’intimidation.

Il lève le bras droit pour saluer la foule après avoir été nommé parmi les étoiles d'un match.

Akim Aliu a joué sept matchs en deux saisons dans la LNH avec Calgary.

Photo : Getty Images / Mike Ridewood

Des excuses et des explications qui n’ont pas convaincu Akim Aliu, ancien joueur dans la LNH qui a fondé avec Evander Kane, entre autres, l’Alliance pour la diversité au hockey (HDA).

En lisant cette histoire, je me dis que le hockey a de sérieux problèmes, a-t-il écrit sur les médias sociaux. Personne n’ose le dire, mais je vais le faire. Un joueur noir ou de couleur n’aurait jamais été pardonné pour ce genre d’histoire, jamais.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !