•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kilderman, nouveau meneur au Tour d'Italie, Martin, l’homme du jour à la Vuelta

Le cycliste roule sur une route de montagnes enneigées.

Wilco Kelderman, durant son ascension du col du Stelvio.

Photo : afp via getty images / LUCA BETTINI

Agence France-Presse

Le verdict du Stelvio, le grand col du nord de l'Italie, a propulsé le Néerlandais Wilco Kelderman (Sunweb) en tête du Giro, après la 18e étape de 207 km enlevée jeudi aux lacs de Cancano par son coéquipier australien Jai Hindley.

Kelderman, en difficulté dans les deux dernières montées de cette étape-reine, est parvenu toutefois à s'emparer du maillot rose, que portait le Portugais Joao Almeida depuis la troisième étape en Sicile.

Les positions se sont resserrées au classement général, à trois jours de l'arrivée à Milan.

Trois coureurs pointent en 15 secondes, avec Hindley 2e à 12 secondes et le Britannique Tao Geoghegan Hart, 3e à 15 secondes.

Almeida, qui a reculé à la 5e place, a buté sur les interminables lacets du Stelvio, au nombre de 48. Mais, l'équipe Sunweb, qui a durci l'allure pour le mettre en difficulté, a pris un retour de bâton dans cette ascension longue de près de 25 km.

Kelderman a été distancé à 8 km du sommet du Stelvio par Hindley et Geoghegan Hart, qui avait retrouvé en appui l'Australien Rohan Dennis, rescapé d'une échappée lancée en début d'étape.

Dennis a imprimé un rythme infernal jusqu'au sommet, entre les champs de neige à l'altitude de 2758 m, où Kelderman, esseulé, a basculé avec une quarantaine de secondes de retard sur le trio.

L'écart a grandi ensuite jusqu'à ce que le Néerlandais, deuxième du classement général, plafonne au pied de la montée finale vers les lacs de Cancano (8,7 km à 6,8 %) et soit dépassé par l'Espagnol Pello Bilbao et le Danois Jakob Fuglsang.

À l'avant, Geoghegan Hart et Hindley se sont livré un duel qui s'est conclu au sprint en faveur de l'Australien, qui était resté dans sa roue tout au long de la montée.

Bilbao, qui comptait plus d'une minute et demie de retard au bas de l'ascension, s'est rapproché à pour prendre la 3e place de l'étape à 46 s. Il a accédé à la 4e place du classement, à 1 min 19 s de Kelderman, lequel se retrouve en position de gagner le premier grand tour de sa carrière à l'âge de 29 ans.

Hindley, 24 ans, déjà très en vue dimanche dernier dans la montée vers Piancavallo, a enlevé son premier succès à l'échelon WorldTour.

Vendredi, la course revient dans la plaine à l'occasion de la très longue étape (253 km) qui relie Morbegno à Asti.

Trois cyclistes franchissent la ligne d'arrivée.

Dan Martin s'impose dans la 3e étape de la Vuelta devant Primoz Roglic et Richard Carapaz.

Photo : Getty Images / ANDER GILLENEA

Dan Martin remporte la 3e étape du Tour d'Espagne

L'Irlandais Dan Martin (Israël Start-Up Nation) a remporté la troisième étape du Tour d'Espagne, jeudi, au sommet de la Laguna Negra, devant le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) qui conserve son maillot rouge de meneur.

Vainqueur à l'issue d'un sprint en montée entre les principaux candidats au classement général, l'Irlandais de 34 ans consolide sa 2e place au classement général, 5 s derrière Roglic. Il avait déjà levé les bras dans la Vuelta il y a neuf ans.

Son coéquipier, le Québécois James Piccoli, a fini au 71e rang, avec 7:04 de retard. Il est 95e au cumulatif à 41:11 de la tête. Michael Woods (EF Pro Cycling), d'Ottawa, a pris la 32e place du jour et se retrouve au 87e rang, à 38:39 de Roglic.

C’est quand même fou! On est super contents! On a fait un super travail d’équipe aujourd’hui et Dan a fini avec style dans les derniers 400 mètres. Je pense qu’on va célébrer avec un peu de champagne ce soir, a souligné Piccoli après un effort de 166 kilomètres au départ de Lodosa.

Sans surprise, dans un parcours majoritairement plat, tout s'est joué dans la montée finale, l'ascension de la Laguna Negra, inédit col de première catégorie (8,6 km à 5,8 % de moyenne), et surtout dans le dernier kilomètre, avec des pentes allant jusqu'à 10 %.

La 3e place est revenue à l'Équatorien Richard Carapaz (Ineos), déjà 3e du classement général avant le départ de cette 3e étape.

Les trois hommes forts de ce début de Vuelta se sont détachés des autres favoris lors du sprint, le quatrième de l'étape, le Néerlandais Wout Poels concédant 4 secondes.

L'ascension finale a été marquée par des ennuis mécaniques pour deux coureurs, le vainqueur de l'étape de la veille, Marc Soler, 10e du général avant l'étape, et le Colombien Esteban Chaves, 4e du général jeudi matin, qui ont dû changer de vélo dans la montée et ont perdu du temps sur leurs principaux adversaires.

Changement au programme

Par ailleurs, l'arrivée de la sixième étape au col du Tourmalet, prévue dimanche, est annulée en raison des décisions du gouvernement français en lien avec la pandémie de coronavirus, a annoncé l'organisation de la Vuelta qui renonce à traverser le territoire français.

Les deux départements français, dont le peloton devait emprunter les routes, font partie des 38 nouveaux départements où le couvre-feu sera étendu vendredi soir.

La sixième étape, qui devait être l'étape reine de cette Vuelta, part toujours de Biescas dans les Pyrénées aragonaises, mais plutôt que de rejoindre la France par le col du Portalet avant d'enchaîner avec l'Aubisque, puis le Tourmalet, s'achève désormais à la station de ski d'Aramon Formigal.

Avant cette montée finale classée en 1re catégorie, deux autres ascensions sont au programme: l'alto de Petralba (3e cat.) et l'alto de Cotefablo (2e) pour 146 kilomètres au total.

La veille, le Giro avait lui aussi déjà annoncé un changement de parcours, samedi, pour sa 20e et avant-dernière étape qui devait passer par la France avant une arrivée à Sestrières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !