•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les arénas et les piscines, derniers refuges intérieurs des sportifs

Deux enfants patinent ensemble.

Les arénas de Montréal offrent présentement plus de temps pour le patinage libre.

Photo : Radio-Canada

Michel Chabot

Les citoyens des villes du Grand Montréal peuvent encore profiter des dernières journées douces de l’automne pour faire des activités sportives extérieures, mais quand la météo sera moins clémente, plusieurs voudront se rabattre sur des installations qui permettent de bouger à l’intérieur. Or, les choix sont peu nombreux, du moins jusqu’à ce que le gouvernement du Québec change ses recommandations en matière de distanciation sociale.

Les amateurs de patinage libre de l’île de Montréal seront les mieux servis au cours des prochaines semaines/mois puisque plusieurs arénas offrent au moins trois plages horaires, sept jours par semaine.

Mais il faut savoir que des restrictions sont imposées. Ce sera le cas minimalement jusqu’au 28 octobre, et possiblement pour plus longtemps encore.

Plusieurs établissements limitent le nombre de patineurs à 20 ou à 25 par séance et demandent de réserver une place en ligne. C’est le cas à l’aréna Doug-Harvey dans Notre-Dame-de-Grâce, où les préposés se chargent de contrôler les entrées.

C’est vraiment important de s’assurer que les personnes ont réservé, dit Sonia St-Laurent, chef de division, sports, loisirs et développement social dans l’arrondissement Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce. On laisse quand même un petit pourcentage de personnes qui n’ont pas pu réserver accéder à la patinoire s’il reste de la place.

Comme le temps froid n'est pas encore venu, les limites sont rarement atteintes, nous dit-on. Mais la situation pourrait évoluer si la météo devient plus capricieuse.

Cela dit, les vestiaires sont fermés dans les arénas de la ville. Il faut donc enfiler ses patins dans les gradins où des pastilles sont disposées afin que la distanciation soit observée. Par contre, les toilettes demeurent accessibles.

Dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, les arénas Clément-Jetté et Saint-Donat proposent également du bâton-rondelle, ni plus ni moins que du hockey libre, pour les 6 à 12 ans et leurs parents.

Ce ne sont pas des matchs, loin de là, les gens viennent et ils lancent au filet, c’est comme une pratique libre, spécifie Cathy Durocher, chef de division en sports, loisirs et développement social de cet arrondissement. Ce ne sont pas tous les arrondissements qui le font. Nous, ça fait déjà plusieurs saisons qu’on l’offre et c’est vraiment une activité très prisée de la part des citoyens.

L’achalandage n’y est pas excessif si bien qu’on ne prend pas encore de réservations en ligne. Et selon ce que nous avons appris, les résidents des autres arrondissements peuvent aussi s’y rendre.

L’aréna Francis Bouillon, offrira aussi l’activité bâton-rondelle à sa réouverture le 2 novembre, une fois que les travaux d’installation d’un nouveau système d’éclairage auront été exécutés.

D’autre part, les usagers semblent bien collaborer jusqu’ici avec les employés des arénas quant aux différents règlements à observer.

Les citoyens sont très respectueux des consignes, assure Mme Durocher. La pandémie touche tout le monde, alors les gens ne sont pas surpris qu’on demande le port du masque et le lavage des mains.

La meilleure façon est de se renseigner au sujet des horaires et des mesures sanitaires est de se rendre sur le site Internet de chacun des arénas avant de s’y rendre.

Cet outil (une carte) fréquemment mis à jour par la ville (Nouvelle fenêtre) s’avère également très pratique pour faciliter la tâche des citoyens.

Les nageurs bien servis

Sur cette carte, on retrouve également une trentaine de piscines qui sont ouvertes pour les différentes activités aquatiques, telles que le bain libre pour tous, pour les familles ou pour les adultes.

À la piscine du Père-Marquette, dans Rosemont–La Petite-Patrie, on offre même des heures de nage en longueur, tout comme à la piscine communautaire Notre-Dame-de-Grâce qui réserve aussi, chaque jour en semaine, une heure de natation en longueur pour les aînés. La limite est fixée à 25 baigneurs à la fois.

Vue de corridors de natation vides d'une piscine intérieure.

Les piscines intérieures de Montréal sont ouvertes aux baigneurs.

Photo : Radio-Canada / Scott Neufeld

Bref, en cliquant sur les différentes icônes de la carte interactive, on découvre aisément les horaires de chaque piscine ainsi que les précautions qui y sont préconisées, telles que le port du masque et les mesures d’hygiène et de distanciation.

Sur le site de la piscine Édouard-Montpetit (Mercier–Hochelaga-Maisonneuve), par exemple, on découvre que l’accès aux vestiaires est limité tout comme à celle du Centre sportif Côte-des-Neiges, où les casiers ne sont cependant pas disponibles.

Nous, à Côte-des-Neiges, le vestiaire est très petit, précise Mme St-Laurent. Donc c’est sûr que nous avons besoin de périodes de battements pour son utilisation. Ça nous oblige à avoir des périodes d’arrêts de 30 minutes entre les périodes de baignade pour permettre aux gens d’entrer et sortir.

On recommande donc aux usagers d’arriver avec leur maillot sous leurs vêtements.

Du côté de Laval, les piscines demeurent ouvertes. On y offre des bains libres limités à 25 personnes à la fois et les cours de natation sont également maintenus.

La limite de 20 participants s’applique au patinage libre dans les arénas de la municipalité.

À Longueuil, incluant Greenfield Park et Saint-Hubert, les patineurs sont aussi les bienvenus, mais les adeptes de natation ne peuvent s’adonner à leur sport favori puisque les piscines de la ville sont fermées jusqu’à nouvel ordre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !