•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIO inquiet de la situation au sein de la Fédération internationale d'haltérophilie

Gros plan des mains d'un haltérophile qui s'apprête à soulever une charge.

La présidente par intérim de la Fédération internationale d'haltérophilie aurait été exclue du conseil d'administration.

Photo : Getty Images / Yegor Aleyev

La Presse canadienne

Le Comité international olympique s'est dit « très inquiet », mercredi, au sujet de la situation au sein de la Fédération internationale d'haltérophilie, à la suite de la publication d'un rapport sur la mise à l'écart de la présidente par intérim.

Le CIO réagissait à un rapport d'Inside The Games affirmant qu'Ursula Garza Papandrea avait été exclue du conseil d'administration lors d'une réunion à laquelle l'Américaine n'avait pas participé. Elle aurait été remplacée par le vice-président Intarat Yodbangtoey, de Thaïlande. La Fédération internationale d'haltérophilie (IWF) n'a pas commenté le rapport.

Cette nouvelle nous parvient alors que les dirigeants de la fédération sont à couteaux tirés au sujet du meilleur moyen de régler le problème de dopage au sein du sport et des allégations de mauvaise gestion financière du président de longue date Tamas Ajan, qui a démissionné en avril.

De nombreuses irrégularités avaient été mises au jour par l’avocat canadien Richard McLaren en juin dernier dans un rapport d’enquête mandaté par l’IWF.

Le CIO est très inquiet d'apprendre, selon certaines sources, la décision qu'aurait prise le conseil de la Fédération internationale d'haltérophilie de remplacer la présidente par intérim, Mme Ursula Garza Papandrea, ainsi que la manière dont cette décision a été prise et le choix du remplaçant, a écrit le CIO dans un communiqué.

Le CIO a entretenu une excellente coopération avec elle durant son mandat, et soutient pleinement les réformes qu'elle a engagées au sein de l'IWF. À ce moment précis, le CIO n'a pas reçu tous les éléments nécessaires pour bien évaluer la situation dans son ensemble.

L'IWF n'a toujours pas commenté la situation et Ursula Garza Papandrea est toujours mentionnée comme présidente par intérim sur son site Internet.

Le CIO a déjà averti l'IWF que la place de l'haltérophilie au sein du programme des Jeux olympiques de Paris en 2024 pourrait être incertaine si elle ne faisait pas de changements au sein de son administration pour lutter contre le dopage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !