•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chemin de Kim Clavel lié à celui d'Oscar Rivas

Une boxeuse à l'entraînement sur un ring

Kim Clavel est championne NABF des mi-mouches.

Photo : Radio-Canada

Jean-François Chabot

Le promoteur Yvon Michel s’attend à ce que sa protégée Kim Clavel puisse livrer un autre combat d’ici la fin de l’année.

Des pourparlers sont en cours avec le promoteur américain Top Rank, qui détient des options sur les deux prochains combats de la championne NABF des mi-mouches.

Clavel a laissé une bonne première impression lors de son passage dans la bulle de Las Vegas, le 21 juillet dernier. Joint par Radio-Canada Sports, Yvon Michel s’attend à ce que la date de la prochaine visite de Clavel au 12e étage de l’hôtel MGM soit inscrite au calendrier d’ici la fin de la semaine prochaine.

Il faut cependant retenir que la suite des choses est intimement liée à celle du poids lourd Oscar Rivas.

On s’était entendu avec Top Rank. Elle devait boxer sur le même gala qu’Oscar Rivas, en novembre ou décembre. Mais on est maintenant en discussion pour que Rivas se batte en championnat du monde, en Angleterre, contre Tyson Fury, le 5 décembre, au Royal Albert Hall de Londres.

Yvon Michel, président de GYM

Le duel très attendu, troisième d’une possible trilogie qui a déjà fait couler beaucoup d’encre entre Fury (30-1, 21 K.-O.) et l'Américain Deontay Wilder (41-1- 1, 41 K.-O.) initialement prévu le 19 décembre, à Las Vegas, est remis aux calendes grecques.

Il a été repoussé quand Fury a exigé que le combat n’ait lieu qu’en 2021. Le nom de Rivas (26-1, 18 K.-O.), classé 8e du monde par le World Boxing Council (WBC), figure aux côtés de celui de l’Allemand Agit Kabayel (20-0, 13 K.-O.), 15e sur le même échelon mondial, comme prochain adversaire potentiel de Fury.

Deux boxeurs dans un ring.

Les boxeurs Oscar Rivas et Dillian Whyte

Photo : Reuters / Andrew Couldridge

Rivas conserve cependant un mauvais souvenir de son dernier passage en sol anglais en juillet 2019. Il avait perdu une décision controversée (la seule défaite de sa carrière) face à Dillian Whyte, alors soupçonné de dopage. Rivas n'a pas boxé depuis.

Par ailleurs, Yvon Michel ne croit pas qu’Arslanbek Makhmudov (11-0, 11 K.-O.), associé à Eye of the Tiger Management, puisse être dans le portrait.

D’abord, Makhmudov n’est classé nulle part. Mais le plus important, c’est qu'il est aligné avec Golden Boy, qui ne fait aucun business chez les poids lourds. Kabayel et Rivas sont considérés parce qu’ils sont tous les deux avec Top Rank.

Yvon Michel

Étant donnée la récente fermeture des gymnases en zone rouge, si Rivas est choisi pour affronter Fury, Yvon Michel discutera avec son équipe et l’entraîneur Marc Ramsay pour déterminer la meilleure façon de préparer son protégé.

Si Rivas n’était pas retenu par le clan Fury, on reviendrait alors au plan initial, qui verrait Rivas se battre à Las Vegas avec Clavel en sous-carte.

La bulle pour Clavel

Il est déjà clair pour Yvon Michel que si Rivas obtient cette chance unique, il ne pourra pas exiger de ses homologues britanniques d’inscrire le nom de Kim Clavel sur la même carte.

C’est donc du côté de Las Vegas que les échanges ont lieu pour dénicher une place pour la boxeuse/infirmière auxiliaire.

Elle est dans les plans pour boxer avec Top Rank cet automne. Si Oscar s’en va à Londres, je vais discuter avec Top Rank pour remettre Kim à l’horaire quelque part. Je pense que ça pourrait se faire en décembre, précise Michel.

Il est encore trop tôt pour savoir si la ceinture NABF de Clavel sera à l’enjeu. Tout dépendra du budget que Top Rank voudra consacrer à ce prochain duel.

La principale intéressée n’attend que le feu vert. En attendant, elle s’entraîne en sachant que comme ce fut le cas pour son combat précédent, elle a encore accès au chalet de ses entraîneurs Danielle Bouchard et Stéphan Larouche dans les Laurentides pour y mener des séances en pleine nature à la manière de Rocky Balboa.

J’ai toujours la possibilité de rester en forme. Ce n’est pas un problème pour moi. On a aussi accès à un gymnase de boxe dans les Laurentides. Je suis déjà dans le gym depuis des mois. Donc, ce n’est pas comme si je partais de zéro. Si j’avais un combat dans trois ou quatre semaines, je serais déjà prête.

Kim Clavel, boxeuse

Elle se croise les doigts pour avoir droit à ce combat supplémentaire d’ici la fin de l’année et peu lui importe pour le moment l’envergure du duel qu’on lui proposera.

J’espère un jour avoir ma chance en championnat du monde. Mais je ne suis pas pressée. Quand le moment arrivera, je veux être prête. S’il me faut un ou deux ou trois autres combats, Yvon (Michel), c’est le pro du développement de carrières. Je lui fais confiance aveuglément, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !