•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manuel Osborne-Paradis annonce sa retraite

Le skieur contourne une porte

Manuel Osborne-Paradis dévale la piste de Lake Louise.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le Canadien Manuel Osborne-Paradis raccroche ses skis après 180 courses en Coupe du monde de ski alpin.

Originaire de North Vancouver, l’athlète de 36 ans a fait ses débuts dans le grand cirque blanc en 2005. Au total, il a remporté 11 médailles, dont trois d’or. Ses victoires ont toutes été signées en 2009. L’une de celles-là est celle du super-G de Lake Louise en novembre, quelques semaines avant un second triomphe, cette fois à la descente de Val Gardena.

C’est d’ailleurs lors de la saison 2009-2010 qu’il a connu ses meilleurs moments. Il s’est classé au 4e rang du classement cumulatif de la descente et 9e du super-G.

Une grave chute à Chamonix en janvier 2009 l’a laissé avec une jambe fracturée et l’a tenu à l’écart pendant près de deux ans.

Manuel Osborne-Paradis a réussi un dernier coup d’éclat avant de tirer sa révérence. Il a décroché la médaille de bronze du super-G des Championnats du monde de Saint-Moritz en 2017. Sur le podium, il s’était alors joint à son illustre compatriote Erik Guay, vainqueur de l’épreuve.

Erik Guay et Manuel Osborne-Paradis montrent leurs médailles, sourire aux lèvres.

Erik Guay (gauche), médaillé d'or, et Manuel Osborne-Paradis, médaillé de bronze, après le super-G des mondiaux de Saint-Moritz, en février 2017

Photo : afp via getty images / Joe Klamar

Osborne-Paradis s’est d’ailleurs dit fier d’avoir été membre des Cowboys canadiens, ce groupe de skieurs qui a remporté sept médailles aux mondiaux entre 2009 et 2017. J’ai fait partie de quelque chose de spécial, a dit le nouveau retraité. Ce n’était pas un spectacle solo, nous avons partagé ça ensemble.

Une autre grave blessure à une jambe, subie lors d’un entraînement à Lake Louise en novembre 2018, a mis fin à sa saison et, ultimement, à sa carrière.

Après deux ans d'efforts, il s'est finalement résigné.

Je n’avais plus la force de convaincre l’équipe de croire en moi autant que je crois en moi, a dit Osborne-Paradis. Je n’ai plus l’énergie nécessaire.

J’ai fait de mon mieux pour effectuer un retour. La pandémie et la situation mondiale dans laquelle nous vivons et tout ce qui est hors de mon contrôle, c’est une bataille que je n’ai pas l’intention d’ajouter à la liste. Alors je suis serein.

Celui qui se faisait surnommer Manny a pris part quatre fois aux Jeux olympiques, de 2006 à 2018. Son meilleur résultat fut une 13e place à la descente de Turin. Mais il rêvait d'une autre présence aux JO, ceux de Pékin en 2022.

Le sort en a voulu autrement pour ce père de deux enfants en bas âge. Manuel Osborne-Paradis poursuivra ses études universitaires, mais il ne serait pas surprenant de le voir devenir entraîneur.

Je serais ouvert à ce qu'il se joigne à nous pour guider nos athlètes, a dit Phil McNichol, directeur de la haute performance à Canada Alpin.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !