•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Lakers champions de l'année la plus longue de la NBA

Un homme porte deux trophées dans ses mains.

LeBron James a été nommé joueur le plus utile de la finale pour la quatrième fois de sa carrière. Dans ses mains, le trophée Larry O'Brien, remis à l'équipe championne de la NBA, et le trophée Bill-Russell, remis au joueur le plus utile de la finale.

Photo : Getty Images / Mike Ehrmann

Olivier Paradis-Lemieux

Les Lakers ont dominé le Heat de Miami 106-93 lors du sixième match de la finale de la NBA et ont été couronnés champions pour la première fois depuis 2010, dimanche. LeBron James gagne un premier titre avec Los Angeles, le quatrième de son illustre carrière et le titre de joueur le plus utile de la finale pour la quatrième fois.

[Gagner avec les Lakers], c'est comme jouer pour les Yankees et gagner. C'est comme jouer pour les Cowboys et gagner le Super Bowl, ou les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, les Red Sox de Boston..., a décrit LeBron James.

Avec le retour de Goran Dragic, meilleur pointeur de l'équipe lors des trois premiers tours éliminatoires pour le Heat, qui s'était blessé à la plante du pied lors du premier match de la finale, Miami pouvait espérer forcer un 7e match.

Or, quand Dragic est entré dans le match tard au premier quart, les Lakers possédaient déjà une avance de huit points, mais c'est au deuxième quart que Los Angeles a fait le grand écart en dominant le Heat 36-16. Los Angeles menait par 26 points à la demie et a augmenté son avance jusqu'à 36 points au milieu du 3e quart.

Frank Vogel avait décidé de retirer le centre Dwight Howard de sa formation partante et sans le triple joueur défensif de l'année (2009, 2010, 2011), la défense des Lakers a atteint un autre niveau, étouffant les joueurs du Heat possession après possession. Bam Adebayo a certes terminé la rencontre avec 25 points, mais Jimmy Butler, stratosphérique lors des deux victoires de Miami, a été limité à 12 points après en avoir marqué 40 lors du 3e et 35 lors du 5e match.

Ils sont à peine visibles dans un nuage de confettis.

Rajon Rondo et LeBron James des Lakers de Los Angeles discutent dans les confettis après la victoire.

Photo : Getty Images / Mike Ehrmann

Nous n'avons pas obtenu le résultat souhaité en finale, a dit l'entraîneur-chef du Heat, Erik Spoelstra. Mais j'ai rappelé aux gars que nous allions chérir pour la vie ces souvenirs vécus ensemble. Nous allons nous souvenir de cette année, de cette saison, de cette expérience et de cette amitié dans le vestiaire pour le reste de nos vies.

Le 17e championnat des Lakers leur permet de rejoindre les Celtics de Boston au sommet du palmarès historique de la NBA, l'année même du décès de Kobe Bryant, joueur emblématique de la franchise, cinq fois titré avec elle, et à qui la propriétaire de l'équipe, Jeanie Buss, a dédié le championnat.

Nous avons vécu une tragédie déchirante avec la perte de nos bien-aimés Kobe et Gianna [Bryant]. Que ce trophée nous rappelle que lorsque nous nous unissons, que nous croyons en nous les uns et les autres, des choses incroyables peuvent se produire, a dit la propriétaire des Lakers.

Une quatrième étoile pour LeBron

LeBron James avait gagné ses deux premiers titres avec le Heat, en 2012 et 2013. Il a ensuite gagné son troisième à son retour à Cleveland, avec les Cavaliers, en 2016. Il s'est joint aux Lakers à l'été 2018 après avoir participé aux huit dernières finales de la NBA.

Deux joueurs de basketball

LeBron James enlace Anthony Davis après avoir remporté la finale de la NBA.

Photo : Getty Images / Douglas P. DeFelice

Dimanche, il a inscrit 28 points, 14 rebonds et 11 passes décisives pour conclure la finale avec une moyenne de 29,8 points par match, à sa 17e saison dans la NBA.

Ce titre signifie beaucoup. J'avais dit à Jeanie quand je suis venu ici que je voulais remettre cette franchise à sa place. Nous voulons juste du respect. Rob Pelinka (le directeur général), notre entraîneur Frank Vogel, l'équipe, les amateurs des Lakers veulent du respect et moi aussi je veux du respect, a-t-il déclaré sur le terrain après avoir reçu son titre de joueur le plus utile de la finale.

J'ai toujours cru en LeBron James. Il est le meilleur joueur de basketball que l'univers a jamais vu. Si vous pensez que vous le savez, vous ne le savez pas vraiment avant de l'avoir côtoyé tous les jours, de l'avoir entraîné, d'avoir eu accès à son esprit, ses ajustements, la manière qui dirige le groupe. Vous pensez le savoir, mais vous ne le savez pas vraiment, a raconté l'entraîneur des Lakers, Frank Vogel.

Anthony Davis, qui a signé à l'été 2019 avec les Lakers après la transaction qui l'a envoyé de La Nouvelle-Orléans à Los Angeles, a inscrit 19 points lors du sixième match et a conclu la finale avec une récolte moyenne de 25 points par match.

Danny Green, champion l'an dernier avec les Raptors, gagne quant à lui un troisième titre et comme James, avec une troisième équipe différente. Il avait également aidé les Spurs de San Antonio à s'emparer du trophée Larry O'Brien en 2014.

Une saison d'un an

C'est ainsi que prend fin la saison la plus éprouvante de l'histoire de la NBA, 354 jours après son début le 22 octobre dernier et 486 jours après que les Raptors de Toronto sont devenus champions pour la première fois de leur histoire.

Interrompue le 11 mars en raison d'un premier cas positif de coronavirus dans la ligue, Rudy Gobert du Jazz de l'Utah, la saison avait repris le 31 juillet dernier à Orlando dans une bulle qui aura prouvé son efficacité.

Aucun cas de COVID-19 n'a été diagnostiqué à Orlando, alors que la NBA y est restée trois mois.

Nous sommes libres, libres!, s'est par ailleurs exclamé Danny Green dans les coursives après le sixième match. Les Lakers sont arrivés à Orlando le 10 juillet dernier.

La date de reprise de la prochaine saison n'est toujours pas annoncée. Le commissaire de la NBA, Adam Silver, a affirmé dans les derniers jours qu'elle ne devrait pas se faire avant 2021. En janvier, espère-t-il pour l'instant.

Mais ce qui pourrait compliquer le retour au jeu est que la ligue vise une reprise dans ses marchés, à l'instar de la NFL et les ligues majeures. L'expérience de la bulle a fonctionné, même si elle a failli éclater en raison du boycottage collectif dans la foulée de l'affaire Jacob Blake, mais la NBA est déterminée à retrouver les 30 arénas dans laquelle elle se produit normalement.

Et son public, dont l'intérêt a faibli avec une chute de près de 50 % des cotes d'écoute de la finale en un an avant le sixième match, malgré la présence de la franchise la plus aimée de la NBA, et du joueur-phare des deux dernières décennies : LeBron James, à deux longueurs désormais des six titres de Michael Jordan.

Une foule.

Des partisans des Lakers célèbrent le 17e titre de l'équipe devant le Staples Center de Los Angeles.

Photo : Getty Images / Brandon Bell

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !