•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après les ESPY, Kim Clavel fait le Time

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'arbitre lève le poing de la boxeuse en signe de victoire.

Kim Clavel lors de sa victoire dans la bulle de Las Vegas

Photo : Mikey Williams/Top Rank

Jean-François Chabot

Quatre mois après avoir reçu le prix Espy Pat-Tillman pour son engagement communautaire aux ESPY, la boxeuse Kim Clavel est l’objet d’un reportage du prestigieux magazine américain Time.

Dans son édition du 7 octobre, la publication y évoque la décision de l’athlète québécoise de 30 ans de joindre l’effort de guerre contre la COVID-19, en mars dernier.

L’article signé par Sean Gregory s’inscrit dans une série consacrée, depuis 2014, à ces femmes de tous les domaines qui font une différence autour d’elles en faisant preuve de leadership.

Sur son compte Facebook vendredi, la principale intéressée a parlé de cette expérience comme une grande fierté.

Son promoteur Yvon Michel a qualifié d’unique ce nouvel hommage rendu à la boxeuse-infirmière auxiliaire. Pour lui, Kim Clavel est, de tous ses protégés, celle qui s’est le plus démarquée hors du ring.

Parlant de ring, Clavel est toujours en attente d’un prochain défi, elle qui fut la première pugiliste du Québec à se rendre dans la bulle Top Rank, à Las Vegas.

Elle a en poche un contrat pour deux autres combats sous l’égide du promoteur américain qui a visiblement apprécié sa prestation contre Natalie Gonzalez, le 21 juillet dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !