•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La confiance règne au CIO sur la tenue des Jeux de Tokyo

Un homme parle sur scène avec, derrière lui, des jeux de lumière.

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach

Photo : La Presse canadienne / (AP Photo/David Goldman)

Le Comité international olympique (CIO) est de plus en plus sûr que les Jeux olympiques de Tokyo auront lieu. En visioconférence de Lausanne cette semaine, le président Thomas Bach a répondu clairement à la question de Radio-Canada Sports :  Y aura-t-il des Jeux olympiques à Tokyo l’année prochaine, oui ou non?

C’est ce que l’on dit depuis quelque temps. Nous sommes très, très confiants, car nous avons vécu récemment de grands évènements sportifs qui ont été organisés dans de bonnes conditions. Ça nous montre très clairement qu’on peut organiser de grands évènements sportifs même sans vaccin, même sans avoir à notre disposition le test rapide, a-t-il dit.

D’un autre côté, en parlant avec tous les experts du monde scientifique, de l’OMS, des laboratoires de recherche qui sont en train de travailler sur un vaccin, nous sommes très confiants et nous partageons cette confiance avec les organisateurs de Jeux qui eux aussi ont un bon contact avec les experts japonais, avec les autorités sanitaires dans le monde. Alors tout cela, ce sont de bonnes nouvelles qui renforcent notre confiance et nous encourageons tous les CNO (comités nationaux olympiques) et surtout, en particulier, tous les athlètes, à se préparer pour ces Jeux l’année prochaine.

Thomas Bach, président du CIO

Cette réponse pour le moins optimiste contraste avec les incertitudes des derniers mois. Même si certaines déclarations récentes ont pu étonner. John Coates, le vice-président du CIO qui dirige également la commission d’inspection des Jeux de Tokyo, avait annoncé que, COVID-19 ou non, les Jeux auront lieu.

Le président Bach avait renchéri quelques jours plus tard en affirmant qu’un vaccin serait prêt rapidement. La dernière réponse du président du CIO va sans doute rassurer le monde sportif, les diffuseurs et les commanditaires.

Pendant ce temps, au Japon, on s’affaire à trouver des solutions pour réduire les coûts qui ont déjà explosé. Les organisateurs évaluent aujourd’hui le budget à plus de 20 milliards de dollars canadiens, mais les vérificateurs parlent du double.

Le président du CIO a annoncé que les organisateurs avaient trouvé le moyen d’économiser l’équivalent de 372 millions. On veut couper partout : moins d’invités, moins de cérémonies… Des réductions jusqu’aux feux d’artifice et aux billets gratuits. En ce qui concerne les cérémonies d’ouverture et de clôture, les transports, l’hébergement, le village des athlètes, les sites de compétitions et le public, il y a encore beaucoup de scénarios sur la table, a déclaré Thomas Bach.

L’optimisme d’aujourd’hui au CIO peut paraître curieux. Le nombre de cas de COVID-19 a encore augmenté au Japon. Les derniers sondages montrent que la population japonaise est moins prête et prompte à accueillir le monde. Seulement 24 % des répondants souhaitent encore la tenue des Jeux l’année prochaine. Quant à leur coût, si le chiffre des économies projetées peut paraître impressionnant, il ne représenterait qu’à peine moins de 2 % du budget total.

Il faut ajouter à ce bilan que le Japon vit une crise économique jamais observée depuis la dernière guerre mondiale et que c’est le pays qui a le plus de personnes âgées dans le monde. Cela ne rassure absolument pas les experts économiques et scientifiques.

Le président Bach l’a répété : la date de la cérémonie d’ouverture est toujours prévue pour le 23 juillet 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !