•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alex Cataford savoure son moment au Tour d'Italie

Sur le podium, il lève les bras avec un trophée dans la main droite et un bouquet de fleurs dans la main gauche.

Alex Cataford

Photo : Twitter: Israel Start-Up Nation

Michael Roy

Le cycliste Alex Cataford vit son baptême du feu dans l’un des trois grands tours du circuit WorldTour. Il est le seul Canadien à souffrir au Giro.

L’Ottavien de la formation Israel Start-up Nation en est à sa première année dans le meilleur groupe de cyclistes du monde.

Après avoir bouclé quelques courses par étapes plus tôt cette saison, dont le Tour de Pologne et Tirreno-Adriatico, Cataford vit donc pour la première fois les exigences d’une course de trois semaines.

La plus longue course à laquelle j’ai participé, c’était 10 ou 11 jours. Alors, lors de la deuxième semaine ici en Italie, je vais certainement sentir la différence, a expliqué candidement le jeune homme de 27 ans, lorsque joint en Sicile par Radio-Canada Sports.

C’est vraiment un défi. Il faut prendre soin de soi chaque jour et demeurer très alerte sur la récupération de son corps.

Alex Cataford, cycliste professionnel de l'équipe Israel Start-up Nation

C’est un peu de l’inconnu pour moi et c’est toujours difficile de rouler sans savoir ce qui s’en vient. Mais il y a plusieurs gars d’expérience dans mon équipe, alors je prendrai évidemment beaucoup de leurs conseils, a-t-il poursuivi.

Si le Tour de France est le plus populaire des trois grands tours, le Giro est souvent reconnu comme le plus exigeant.

Je ne suis pas ici pour le classement général, alors je devrai choisir mes journées. Lorsque je pourrai tenter un coup, je donnerai tout, mais sinon je devrai gérer mes énergies pour les conserver le plus possible. Trois semaines sur un vélo, c’est très long.

En l’absence d’un véritable leader en vue du classement général du Tour, Cataford devra épauler certains coéquipiers qui pourraient remporter des étapes au sprint. Il espère surtout avoir la chance d’attraper une échappée lorsque le profil de l’étape le permettra.

J’ai deux rôles sur ce Giro, a-t-il dit. Le premier sera d’aider les sprinteurs de mon équipe lors ces six ou sept jours où ils pourront gagner l’étape. Je vais travailler pour l’équipe afin d’assurer que notre sprinteur soit bien placé pour le final. Pour les autres journées, je vais assurément essayer de sauter dans une échappée pour tenter de faire un résultat personnel.

Se frotter aux meilleurs du monde dans une course si relevée permet assurément aux cyclistes comme lui de se faire un nom au sein du peloton.

J’aimerais une ou deux fois faire un top 5 lors d’une étape. Ça me permettrait assurément de laisser ma marque sur la course et de me faire un nom dans le peloton.

Cataford savoure bien cette première année sur le WorldTour et surtout sa première participation à un grand tour.

J’ai pris un moment lors de la première étape pour penser à où j’en suis dans ma carrière. C’est vraiment un accomplissement pour moi de pouvoir participer à un grand tour. J’apprécie vraiment le moment, a-t-il conclu.

Ses efforts ont été récompensés récemment. Il a signé une prolongation de contrat de deux saisons avec la formation israélienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !