•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bekele absent, le choc des titans n’aura pas lieu au marathon de Londres

Il franchit le fil d'arrivée du marathon de Berlin en septembre 2019.

Kenesisa Bekele

Photo : The Associated Press / Michael Sohn

Radio-Canada

Les deux meilleurs coureurs de l’histoire du marathon avaient rendez-vous à Londres dimanche matin. Dans ce que certains comparaient aux duels Muhammad Ali contre George Frazier à la boxe, le Kényan Eliud Kipchoge et l’Éthiopien Kenesisa Bekele devaient en découdre sur 42,195 kilomètres.

L’affrontement initialement prévu au printemps n’aura finalement pas lieu, puisque Bekele a déclaré forfait vendredi en raison d’une blessure.

J'étais en bonne forme, mais j'ai ressenti un problème dans mon mollet gauche après deux séances d'entraînement rapides et rapprochées au cours des dernières semaines de préparation, a expliqué l'Éthiopien cité dans un communiqué. Depuis, je reçois un traitement tous les jours et je croyais vraiment que je serais prêt. Mais aujourd'hui, c'est pire et je sais maintenant que je ne peux pas courir.

Il s'agit d'un nouveau rendez-vous manqué entre Bekele et Kipchoge. Les deux marathoniens les plus rapides de tous les temps ne se sont plus affrontés depuis deux ans.

Les deux trentenaires, Kipchoge a 35 ans, Bekele 38, détiennent les deux meilleures marques mondiales de l’histoire sur la distance. Kipchoge, qui vise un cinquième titre en cinq présences à Londres, a franchi la distance en 2 h 01 min 39 s à Berlin en 2018.

Il a aussi couru sous la barre mythique des deux heures (1:59:40) dans des conditions de course particulières et avantageuses à Vienne en 2019. Si son chrono n’est pas homologué par les instances mondiales, sa performance a certainement marqué l'imaginaire.

Bekele, lui, a conclu le marathon de Berlin de 2019 en 2:01:41, à peine deux secondes de plus que Kipchoge l’année précédente et dans des conditions météorologiques moins optimales.

Cette course était si importante pour moi, a ajouté Bekele. Mon séjour à Berlin l'année dernière m'a donné beaucoup de confiance et de motivation et j'avais hâte de le montrer à nouveau, j'ai travaillé si dur pour cela. De nombreuses personnes dans le monde attendaient avec impatience cette course et je suis désolé de décevoir mes partisans, les organisateurs et mes collègues concurrents. Je prendrai le temps de récupérer et de retrouver la forme, et j'espère être de retour à Londres l'année prochaine.

Les deux hommes, qui font partie de la société de gestion Global Sports Communication, ont été opposés quatre fois, en 2016 et 2018 à Londres, en 2014 à Chicago et en 2017 à Berlin. Kipchoge s'est chaque fois imposé.

Sans Bekele, ce marathon à huis clos réservé à l’élite mondiale perdra un peu de sa superbe. Il ne serait toutefois pas surprenant, si la météo est clémente, de voir Kipchoge inscrire un bon temps. Le parcours, constitué de 19 boucles d’un peu plus de deux kilomètres dans le parc St. James, est plat et rapide.

Il franchit la ligne d'arrivée.

Eliud Kipchoge a aussi remporté le marathon de Londres en 2015, 2016 et 2018.

Photo : Getty Images / Naomi Baker

Le marathon de Londres a aussi la réputation d’offrir des lièvres de qualité à ses athlètes d’élite, des coureurs dont le mandat est de maintenir un rythme de course élevé pour traîner le peloton vers de bons temps avant de quitter le parcours à un certain point.

Kipchoge pourra notamment compter sur la foulée du Britannique Mo Farah, double médaillé d’or olympique sur 5000 et 10 000 m aux Jeux de Londres et de Rio.

Le Kényan semble intouchable au marathon, fort d’une séquence d’invincibilité qui dure depuis six ans. Il a remporté 11 des 12 courses auxquelles il a participé, dont les 10 derniers.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !