•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Plus que jamais le repêchage du Canadien pourrait passer par le Québec

Un joueur de hockey en gros plan est sur une patinoire.

Hendrix Lapierre dans l'uniforme des Saguenéens de Chicoutimi

Photo : Gracieuseté de la LHJMQ

Je ne suis pas de ceux qui reprochent au Canadien de Montréal d’avoir, au fil des ans, levé le nez sur le talent québécois et sur les joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Claude Giroux (2006) Patrice Bergeron (2003) et Simon Gagné (1998) lui sont passés sous le nez, c’est vrai. Mais depuis 20 ans, depuis Marc-André Thinel jusqu’à Rafaël Harvey-Pinard, le CH a repêché 30 joueurs québécois ou issus de la LHJMQ.

La belle occasion

Le Tricolore a souvent exercé ces choix de façon tardive (quatrième tour, cinquième tour, etc.). Mais cette année, l’occasion est belle pour l’équipe de le faire plus tôt, de choisir un Québécois ou un proche cousin dès sa position au premier tour, soit 16e.

Marc Bergevin pourrait aussi céder ce choix, reculer de quelques places avec un échange et repêcher quand même un bel espoir québécois à un rang ultérieur tout en réalisant un bénéfice.

Un peu plus bas, je vous propose une courte liste de candidats, liste accompagnée d’observations de spécialistes du recrutement. Mais d’abord, voyons où ces joueurs se situent réellement dans l’évaluation des recruteurs.

Il retourne au banc de son équipe.

Alexis Lafrenière

Photo : Folio Photo/Iften Redjah

Repêchages simulés

Outre Alexis Lafrenière, promis aux Rangers de New York et vraisemblablement intouchable, le Québécois le mieux classé par la centrale de recrutement de la Ligue nationale est l’attaquant Hendrix Lapierre. La centrale le classe au 13e rang des espoirs nord-américains.

Attention! Les repêchages simulés (mock draft) que j’ai consultés placent au moins six jeunes Européens devant lui. De sorte que Lapierre se retrouverait 19e au combiné (au mieux), ce qui laisse supposer qu’il serait disponible pour le Canadien au 16e rang.

Hendrix Lapierre (Chicoutimi, LHJMQ)

Rang réel projeté : 19e, position : centre gaucher

Lapierre a beaucoup de talent. Sans les blessures qui l’ont affligé, il serait mieux classé. Il n’a joué que 19 matchs l’an dernier. À 17 ans, il avait amassé 13 buts et 32 passes en 48 matchs avec Chicoutimi. Qu’en disent les experts?

Lastwordonsports : un grand risque et de grands espoirs. L’équipe qui le repêchera saura qu’avec lui ça passe ou ça casse.

Mike G. Morreale - NHL.com : il a un grand sens du hockey. C’est un compétiteur et il a des qualités de fabricant de jeu. De tous les joueurs susceptibles de partir au premier tour, il est peut-être celui qui a le plus beau potentiel.

Il patine et tient son bâton dans ses mains.

Jérémie Poirier

Photo : La Presse canadienne / HO

Jérémie Poirier (Saint-Jean, LHJMQ)

Rang réel projeté : 24e, position : défenseur gaucher

Ce 24e rang n’est que statistique. Les reproches qu’on fait à son jeu défensif vont sans doute repousser sa sélection. C’est un excellent patineur qui amasse des points partout où il passe, au Défi des moins de 17 ans, à la Coupe Ivan-Hlinka, dans la LHJMQ, partout! À 17 ans, il en a totalisé 53, dont 20 buts, en 64 matchs avec les Sea Dogs de Saint-Jean. Comme ceux qui suivent, c’est davantage un candidat si le Canadien accepte de repousser sa sélection dans un échange.

Justin Hadded - The Hockey Writers : depuis la ligne bleue jusqu’en zone adverse, son jeu en attaque impressionne. Mais son jeu défensif doit être complètement repensé.

Lastwordonsports.com : avec Poirier, ça passe ou ça casse. Les outils en attaque sont là. Mais ses gaffes en défense peuvent rendre ses entraîneurs complètement fous.

Mavrik Bourque (Shawinigan, LHJMQ)

Rang réel projeté : 29e, position : centre droitier

Il a réussi 25 buts en 54 matchs à son année recrue et 71 points en 49 matchs à sa deuxième année. On lui reproche parfois son manque de vitesse, mais il a les qualités d’un attaquant de la Ligue nationale. D’ailleurs, The Draft analyst le place au 11e rang dans son évaluation.

Un jeune homme avec un uniforme de hockey sourit.

Mavrik Bourque

Photo : Facebook

Sam Cosentino - Sportsnet : Ii a amassé 11 points à ses trois derniers matchs en février. On aurait grandement profité des séries pour voir s’il est en mesure de maintenir un tel rythme quand la pression monte.

Cam Robinson - Dobber Prospects : il voit mieux le jeu que la plupart des joueurs. Très bon à un contre un et très efficace en avantage numérique. Il lui manque un peu de vitesse et de force physique.

Les cousins

Les trois joueurs qui suivent ont leurs racines au Québec même s’ils n’y jouent pas leur hockey junior. Le Tricolore n’y perdrait pas sur le plan de l’identité.

Un homme interpelle l'un de ses coéquipiers pendant une séance d'échauffement sur la patinoire.

Jacob Perreault du Sting de Sarnia cette saison, dans la Ligue junior de l'Ontario

Photo : Radio-Canada / Raphael Guillemette

Jacob Perreault (Stings de Sarnia, Ligue de l’Ontario)

Rang réel projeté :  23e, position :  ailier droit

Il a marqué 39 buts en 57 matchs cette année, mais a conservé une fiche de -34 avec Sarnia, l’une des pires équipes du hockey junior canadien. Il est le fils de l’ancien du Canadien Yanick Perreault. Il est né à Montréal en 2002. Ses qualités offensives ne font aucun doute.

Chris Peters - ESPN : Jacob est l’un des marqueurs naturels du repêchage de 2020. Il possède un tir de la Ligue nationale, et son tir sur réception est mortel.

Kevin Armstrong - The Hockey Writers : une menace offensive au même titre que Byfield, Rossi ou Perfetti qui sont pourtant mieux classés que lui. Sa mauvaise équipe junior peut expliquer sa pauvre fiche en défense. Elle doit aussi rappeler que ses 39 buts, il les a pratiquement fabriqués tout seul.

Thomas Bordeleau (programme de développement US National U-18)

Rang réel projeté : 35e, position :  centre gaucher

Son grand-père Paulin a déjà marqué 42 buts avec les Nordiques de Québec dans l’Association mondiale. Son père Sébastien avait été repêché au troisième tour par le CH en 1993.

Thomas Bordeleau, du collège Esther-Blondin

Thomas Bordeleau

Photo : Ligue midget AAA

Thomas est né au Texas, mais a joué son hockey de développement au Québec, notamment avec les Conquérants des Laurentides et le Collège Esther-Blondin. Il a inscrit 46 points en 47 matchs au sein du programme américain l’hiver dernier. Sa petite taille (1,76 m et 81 kg) ne l’avantage pas. Mais il sait jouer au hockey!

Mathieu Sheridan - The Hockey Writers : un attaquant très talentueux. Ce qui lui manque en gabarit, il le compense par son lancer et son excellente vision du jeu. Il peut créer des chances de marquer à partir de rien.

Seth Appert - NHL.com : il manquait d’engagement. Son style était trop passif. Mais malgré sa petite taille, il a fait des progrès immenses à ce chapitre. Il veut la rondelle. Il a l’intelligence et les outils techniques pour faire partie des meilleurs joueurs offensifs.

Brendan Brisson (Steel de Chicago, USHL)

Rang projeté : 26e, position : centre gaucher

Brendan est américain. Ce qui en fait un cousin? Il est le fils de Pat Brisson, agent de joueur bien connu et ami de Marc Bergevin. Il vient de connaître une excellente saison avec 25 buts et 59 points en 45 matchs.

Il patine, la bouche ouverte, et tient son bâton dans ses mains.

Brendan Brisson

Photo : Steels de Chicago

La centrale d’évaluation de la LNH l’a fait passer du 31e au 20e rang entre la mi-saison et la fin de l’année. Recrue de l’année dans la United States Hockey League (USHL), il a aussi été sélectionné dans la première équipe d’étoiles. Il est inscrit au programme de l’Université du Michigan.

Steve Kourmianos - The Draft Analyst : son équipe était la meilleure de son association. Et ses coéquipiers ont tous largement profité de ses talents de fabricant de jeu et de son travail.

Cam Robinson - Dobber Prospects : il peut amorcer, créer, dessiner ou compléter un jeu. Il est absolument redoutable en avantage numérique depuis le cercle droit.

On verra mardi… ou mercredi.

Les joueurs sont là, la position de sélection aussi. Marc Bergevin et Trevor Timmins peuvent ajouter à leur équipe un joueur qui a, à la fois, de solides aptitudes et des racines québécoises.

J’ai bien hâte de voir comment ils vont manœuvrer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !