•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changement de garde à la présidence de Boxe Canada

Deux boxeurs s'affrontent dans un ring.

Deux boxeurs s'affrontent dans un ring.

Photo : Courtoisie Boxe Canada - Virgil Barrow

Jean-François Chabot

Nouvellement élu à la présidence de Boxe Canada, Ryan Savage se voit non seulement assurer la continuité au sein de la fédération, mais il veut aussi la guider vers un avenir plein de promesses.

Cet ex-membre de l’équipe nationale venait d'effectuer un deuxième mandat de trois ans en tant que vice-président. Il succède à Pat Fiacco, qui occupait le poste depuis 10 ans.

Pat a été un grand mentor. Je me sens à présent à l’aise de prendre les rênes. Pat possède une influence sur la scène internationale que je n’égalerai peut-être jamais. Mais en ce qui a trait à la conduite des choses ici, j’ai confiance de guider Boxe Canada dans la bonne direction, a dit Savage, joint par Radio-Canada Sports dans son bureau d'une firme d'avocats de Winnipeg.

C’est notamment sous la direction de Fiacco que Boxe Canada a déménagé son siège national d’Ottawa dans les bureaux du Comité olympique canadien (COC) à Montréal.

Il a aussi supervisé l’installation du centre de haute performance de l’Institut national du sport (INS) dans les espaces du Parc olympique.

Fiacco œuvre au cœur de la boxe amateur depuis 46 ans. Il demeurera dans l’organigramme de Boxe Canada en tant que directeur de la commission des juges et des officiels.

Gros plan d'un homme en complet

Ryan Savage

Photo : Courtoisie Taylor McCaffrey

Savage parle de collaboration. C’est dans cet esprit qu’il veut faire des services aux membres, ici au Canada, sa priorité, surtout en cette période de pandémie.

Je crois fermement dans la création de comités, dans l’engagement des membres à travailler ensemble sur certaines décisions à prendre. Une des premières choses que je souhaite entreprendre dans mon mandat est de voir à l’implication des provinces face à la situation qui empêche encore certains de nos membres de prendre part à des compétitions. Je veux m’assurer qu’ils puissent le faire bientôt, en toute sécurité et en respectant les mesures sanitaires.

Ryan Savage, président de Boxe Canada

Du côté de l’élite, une annonce sera faite au cours des prochaines semaines entourant la mise en place d’un outil de réalité virtuelle pour la tenue de séances d’entraînement efficaces et à distance.

Je ne veux pas trop en dire, mais avec Daniel Trépanier [directeur du centre haute performance, NDLR], nous avons travaillé des techniques et des outils de réalité virtuelle qui aideront nos athlètes, particulièrement face à la COVID-19 et à l’absence de compétitions, en leur donnant l’impression de livrer un combat. Je pense que ça nous procurera un avantage important, a-t-il souligné.

Changer la perception mondiale

Savage a été membre de l’équipe nationale de 1995 à 2003. Il a représenté le pays dans plus de 40 grands rendez-vous internationaux, dont les Jeux olympiques de Sydney (2000), les Championnats du monde (2001), les Jeux de la Francophonie (2001) et les Jeux du Commonwealth (2002).

En tant qu’ancien boxeur et athlète, Savage souhaite ardemment que les façons de faire en ce qui a trait à la manière de juger un combat et d’en déterminer le vainqueur connaissent de profonds changements.

À la lumière des nombreux scandales ayant marqué les Jeux olympiques de Rio en 2016 et la mise en tutelle de l'Association internationale de boxe amateur (AIBA) par le Comité international olympique (CIO) pour ceux de Tokyo, Savage souhaite que la barre soit redressée une fois pour toutes.

J’espère que les choses seront stabilisées. La situation est extrêmement chaotique et ça dure depuis très longtemps. Les athlètes doivent avoir confiance dans un système. Ils doivent avoir l’assurance que s’ils s’engagent dans le sport pour 8 ou 12 ans pour atteindre un but précis, qu’on ne leur vole pas leur rêve en raison de pratiques corrompues, d’un manque d’honnêteté ou d’intégrité.

Ryan Savage

Pour lui, cela nécessitera un ménage de fond en comble. Il souligne les efforts déployés par son prédécesseur, qui a fait campagne pour déloger les individus qui ont miné la crédibilité de l’AIBA.

Il faut mettre en place les bonnes personnes à la tête de la fédération pour la conduire dans la bonne direction. Ce n’est que de cette façon que l’on pourra rebâtir une confiance, a-t-il conclu.

Le promoteur Yvon Michel a quant à lui été reconduit dans son rôle d’administrateur général. Également joint par Radio-Canada Sports, il a immédiatement reconnu les qualités du nouveau chef de file.

Pat Fiacco a donné un coup de barre important qui a permis d’assainir les finances et de redresser toute l’organisation tant du point de vue des équipes nationales que de la structure organisationnelle. Je connais Ryan Savage depuis longtemps. Il boxait du temps où j’étais l’entraîneur national. Il a aussi dirigé la commission des athlètes avant d’être directeur, puis vice-président. Il est le gars parfait pour poursuivre dans la même direction.

Selon Michel, Boxe Canada s’apprête à renouer avec le succès à l’échelle internationale et aux Jeux olympiques.

Il y a eu une étude exhaustive pour analyser comment s’y prenaient les équipes nationales qui réussissaient à aller chercher des médailles. On a tenté de reproduire ce système-là pour nous aussi gagner des médailles. On pense qu’on a, au sein de l’équipe nationale, des athlètes qui vont être très près d’une médaille. On est convaincus qu’on va ramener des médailles des prochains Jeux olympiques.

Yvon Michel, promoteur et administrateur général de Boxe Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !