•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Denis Shapovalov réussit son entrée à Paris

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Il serre le poing après avoir gagné un échange.

Denis Shapovalov

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Radio-Canada

Denis Shapovalov a réussi son entrée en scène aux Internationaux de France mardi. Il a défait le Français Gilles Simon en quatre manches de 6-2, 7-5, 5-7 et 6-3.

L'Ontarien de 21 ans est le seul Canadien à avoir survécu au tour initial après les sorties la veille de Félix Auger-Aliassime et de Steven Diez et celle plus tôt en journée de Vasek Pospisil.

Lors de la première manche, Shapovalov, 9e tête de série, n’a guère été embêté par le Niçois de 14 ans son aîné. Il a mis en jeu 77 % de ses premières balles, mais a tout de même perdu son service une fois. Son vieillissant adversaire lui a cependant cédé le sien en trois occasions, alors que son taux de réussite avec ses premières balles n’a été que de 45 %.

Simon, ancien no 6 mondial, a toutefois rebondi en seconde manche en remportant les trois premiers jeux. Il semblait bien lancé et servait pour la manche à 5-3, mais il a perdu son service après cinq balles de manche ratées. Puis, après avoir créé l’égalité 5-5, Shapovalov a de nouveau brisé son rival pour décrocher la manche.

Puis, l’Ontarien est ensuite devenu brouillon au cours de la troisième manche et le vétéran qui en était à sa 15e présence à Roland-Garros en a profité pour conclure l'engagement avec un bris.

Shapovalov a mis fin au match après 3 h 30 min d’efforts.

L'Ontarien a reconnu qu'il ne voulait pas se laisser distraire quand Simon argumentait avec l'arbitre.

Ce n'était vraiment pas évident, surtout quand je servais pour la deuxième manche, à 30-0, a dit Shapovalov. Ils ont parlé assez longuement.

Parfois, c'est dur de rester concentré, mais j'essaie juste de rester dans ma bulle. Je travaille avec un psychologue pour un peu intégrer quelques routines dans mes matchs. Ça m'aide à garder ma concentration, a-t-il ajouté.

Je pense avoir fait du très beau travail à ce sujet parce que des choses comme ça peuvent vous faire sortir de votre zone un peu.

Porté sur l'attaque, Shapovalov, quart de finaliste aux Internationaux des États-Unis, a réussi 55 coups gagnants contre 26 pour son rival, mais il a également commis 65 fautes directes.

Au deuxième tour, il affrontera l’Espagnol Roberto Carballes Baena, 101e du monde.

Je ne le connais pas beaucoup, a dit Shapovalov. Je ne l'ai jamais affronté. Sur cette surface et dans ces conditions, j'ai le sentiment que chaque match peut aller d'un côté ou de l'autre. Ça va être un défi.

L'an dernier, il s'était arrêté au premier tour.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Il s'éponge le front

Vasek Pospisil c. Matteo Berrettini

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Sortie hâtive pour Pospisil

À l'instar de son compatriote Félix Auger-Aliassime, le Canadien Vasek Pospisil n'a pas fait long feu à Roland-Garros. Son parcours en France s'est arrêté d'entrée de jeu à la suite d'une défaite de 3-6, 1-6 et 3-6 contre l'Italien Matteo Berrettini.

En pleine maîtrise au service (avec un 49 points sur 64), la 7e tête de série a aisément maîtrisé Pospisil en 1 h 48 min. Le Britanno-Colombien a obtenu une mince occasion de bris, qu'il n'a pas saisie.

Pospisil n'a jamais remporté un match de premier tour sur la terre battue de Roland-Garros en sept participations au tournoi français.

Par contre, son tournoi n'est pas terminé puisqu'il renoue en double avec l'Américain Jack Sock avec qui il avait remporté Wimbledon en 2014.

Au début du mois, il avait atteint les huitièmes de finale à Flushing Meadows lors de la deuxième levée du grand chelem, un sommet personnel à New York.

Berrettini a rendez-vous avec le Sud-Africain Lloyd Harris au deuxième tour.

Djokovic avec aisance

Le no 1 mondial Novak Djokovic s'est baladé pour son entrée en lice face au Suédois Mikael Ymer, 80e à l'ATP, expédié en trois manches de 6-0, 6-2 et 6-3.

Le Serbe a entamé son match tambour battant. Il a bouclé la première manche en seulement 20 minutes, avec une seule faute directe pour 10 points gagnants et en ne laissant que 7 maigres points à son jeune adversaire.

S'il est toujours resté souverain ensuite, il a toutefois perdu à deux reprises un bris d'avance, en début de deuxième manche, puis dans la troisième, avant de s'imposer en un peu plus d'une heure et demie.

Évidemment, ce n'est pas un Roland-Garros comme d'habitude, mais ça fait vraiment plaisir de jouer devant du public, a dit le Serbe, qui a multiplié les amortis contre Ymer.

Je pense que l'amorti est un coup important cette année, parce que le court est très lourd, très lent. C'est une bonne variation, mais peut-être que j'en ai fait un peu trop, a-t-il ajouté.

Au deuxième tour, Djokovic sera opposé au Lituanien Ricardas Berankis.

S'il venait à être sacré sur la terre battue parisienne, il deviendrait le premier joueur de l'ère moderne, et seulement le troisième de l'histoire, après les Australiens Rod Laver et Roy Emerson, à s'offrir au moins deux fois chacun des quatre trophées du grand chelem.

Tsitsipas de justesse

Dos au mur, le Grec Stefanos Tsitsipas (no 5) a renversé l'Espagnol Jaume Munar, 109e mondial, en cinq manches de 4-6, 2-6, 6-1, 6-4 et 6-4 au premier tour.

Tout récent finaliste malheureux à Hambourg dimanche, Tsitsipas a eu besoin de deux manches pour trouver ses repères sur la terre battue parisienne. Juste assez pour qu'il ne soit pas trop tard.

Le Grec a fini par l'emporter à sa première occasion après plus de 3 h10 min de combat. Ce qui a ravi son père dissimulé sous un masque à l'effigie de son fils en tribunes.

Je n'ai jamais connu de match comme ça avant : rien ne répondait au début, nerveusement, émotionnellement, je n'étais pas là, a expliqué Tsitsipas, visiblement à bout.

Avec de petits ajustements, j'ai essayé de trouver un moyen de m'en sortir. Je suis très fier de moi, de l'effort que j'ai fourni et de l'investissement que j'y ai mis, a-t-il dit.

Au deuxième tour, Tsitsipas affrontera l'Uruguayen Pablo Cuevas (60e).

L'édition 2020 des Internationaux de France se déroule exceptionnellement à l'automne en raison de la pandémie de COVID-19 qui a rendu impossible sa tenue au printemps.

Autres résultats de 1er tour :

  • Ricardas Berankis (LTU) bat Hugo Dellien (BOL) 6-1, 6-4, 6-4
  • Christian Garin (CHI/no 20) bat Philipp Kohlschreiber (GER) 6-4, 4-6, 6-1, 6-4
  • Marc Polmans (AUS) bat Ugo Humbert (FRA) 6-2, 6-2, 3-6, 6-3
  • Roberto Bautista Agut (ESP/no 10) bat Richard Gasquet (FRA) 7-6 (7/5), 6-2, 6-1
  • Attila Balazs (HUN) bat Yasutaka Uchiyama (JPN) 6-2, 6-3, 7-5
  • Lloyd Harris (RSA) bat Alexei Popyrin (AUS) 6-4, 6-4, 7-6 (9/7)
  • Marcos Giron (USA) bat Quentin Halys (FRA) 7-5, 3-6, 6-7 (5/7), 7-5, 8-6
  • Thiago Monteiro (BRA) bat Nikoloz Basilashvili (GEO/no 31) 7-5, 6-4, 6-2
  • Dusan Lajovic (SRB/no 22) bat Gianluca Mager (ITA) 6-4, 7-6 (7/4), 4-6, 6-1
  • Kevin Anderson (RSA) bat Laslo Djere (SRB) 6-2, 6-3, 6-4
  • Alejandro Davidovich (ESP) bat Harold Mayot (FRA) 7-6 (7/5), 6-3, 7-5
  • Andrey Rublev (RUS/no 13) bat Sam Querrey (USA) 6-7 (5/7), 6-7 (4/7), 7-5, 6-4, 6-3
  • Roberto Carballes Baena (ESP) bat Steve Johnson (USA) 6-1, 6-1, 6-0
  • Andrej Martin (SVK) bat Joao Sousa (POR) 7-5, 6-1, 6-2
  • Grigor Dimitrov (BUL/no 18) bat Grégoire Barrère (FRA) 6-3, 6-2, 6-2
  • Pablo Cuevas (URU) bat Henri Laaksonen (SUI) 6-1, 2-6, 6-4, 6-2
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !