•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ron Fournier offre un puissant plaidoyer contre les bagarres à Tout le monde en parle

Il sourit.

Ron Fournier était le maître des lignes d'écoute sportives.

Photo : Radio-Canada / Karine Dufour

Radio-Canada

Lors de son passage à l’émission Tout le monde en parle dimanche, le nouveau retraité Ron Fournier a affirmé, avec grande insistance, qu’il est temps que la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) interdise les bagarres.

L’ex-animateur y est allé d’un message passionné comme on lui connaît pour demander aux propriétaires des équipes du circuit junior de changer le règlement sur les bagarres.

On n'est pas la Ligue nord-américaine du temps. Faites de quoi! Ça veut dire abolir les bagarres. Et si vous n’êtes pas capable de le faire cette année, je vais vous donner un conseil. Première bagarre, dehors du match, trois matchs de suspension. Deuxième bagarre, 10 matchs et troisième bagarre "out" pour le reste de la saison.

Ron Fournier, ex-animateur de radio

Pour imager son propos, l’ex-animateur a cité les noms de joueurs de hockey considérés comme des bagarreurs et qui sont morts de façon tragique : Todd Ewen, Rick Rypien, Derek Boogard, John Kordick, Steve Montador, Wade Bellack, Marc Potvin, Bob Probert.

Des gars que j’ai arbitrés, a souligné celui qui a travaillé pendant 14 ans dans les rangs professionnels, d'abord dans l'Association mondiale de hockey, puis dans la Ligue nationale.

Il affirme comprendre les propriétaires qui, d’un côté, sont durement touchés par la pandémie et réclament une subvention du gouvernement, mais qui, de l’autre, craignent qu’il y ait moins de spectateurs dans les gradins s’il n’y a plus de bagarre.

Mais c’est fini de se battre, a-t-il insisté.

Ron Fournier considère aussi que la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, a raison de rendre la subvention d’aide conditionnelle à l’abolition des bagarres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !