•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Julian Alaphilippe champion du monde sur route, Michael Woods 12e

Il étend les bras en franchissant le fil d'arrivée.

Julian Alaphilippe

Photo : Getty Images / AFP/MARCO BERTORELLO

Radio-Canada

Julian Alaphilippe a mis fin à une attente de 23 ans pour la France, dimanche, avec une spectaculaire victoire aux Championnats du monde de cyclisme sur route, à Imola, en Italie.

Un Français n’avait plus gagné la course sur route des mondiaux depuis Laurent Brochard en 1997. Alaphilippe a redonné le maillot arc-en-ciel à son pays avec une attaque de grande classe avec environ 11 km à faire. Il a conclu les 258 km avec 24 s d’avance sur ses poursuivants.

Le Belge Wout van Aert a lancé le sprint derrière pour finir 2e devant le Suisse Marc Hirschi, qui a tout juste devancé le Polonais Michal Kwiatkowski pour le bronze.

Après 6 h 38 min 34 s d’effort, Alaphilippe a franchi le fil d’arrivée à l’autodrome d’Imola, le visage tordu par l’émotion. Il réalise le rêve de sa carrière quelques semaines après avoir perdu son père, à la fin juillet.

Je suis arrivé ici avec beaucoup d’ambition, a-t-il déclaré quelques minutes après ce triomphe. C’était une journée de rêve.

L’Ottavien Michael Woods, médaillé de bronze il y a deux ans, a pris le 12e rang à 53 s du vainqueur. Son coéquipier Hugo Houle a fini en 61e position à 19:42 du Français. Alexander Cataford et Guillaume Boivin n'ont pas franchi l'arrivée.

L’équipe a très bien travaillé pour m’aider aujourd’hui, a souligné Woods. Il n'y avait pas de surprise pour moi sur le parcours. Je n’ai juste pas été capable de suivre le petit groupe dans la dernière montée. Ce n’était pas le résultat que j’espérais aujourd’hui.

La victoire a commencé à se préciser pour Alaphilippe dans la dernière portion de la dernière montée. Hirschi venait de prendre la tête et de créer une séparation entre un petit groupe de coureurs et le reste du peloton lorsque le Français a explosé.

Alaphilippe s’est rapidement créé une avance d’une quinzaine de secondes qu’il a maintenue jusqu’au fil d’arrivée.

Alaphilippe a réussi quelque chose d’exceptionnel, a reconnu Woods. Quand il est en forme, c’est un des meilleurs du monde. Et aujourd’hui, il porte le maillot.

Ils avaient été quelques-uns à tenter le coup auparavant. Le peloton a rattrapé la première échappée à quelque 70 km de la fin et est demeuré groupé pour une trentaine de longueurs.

Tadej Pogacar, champion du Tour de France il y a une semaine, a attaqué à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée. Visiblement bien en jambes, le jeune Slovène n’a été rejoint que 18 km plus loin, par le Néerlandais Tom Dumoulin, puis par le reste du peloton.

L’Américain Greg LeMond demeure donc le dernier champion du monde vainqueur la même saison d’un grand tour, en l’occurrence la Grande Boucle. C’était en 1989.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !