•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : il y aura des vaccins début 2021, croit le président du CIO

Un homme en complet devant un mur blanc avec les anneaux olympiques

Thomas Bach, président du CIO

Photo : Getty Images / Fabrice Coffrini

« Nous avons des nouvelles très encourageantes concernant le développement d’un vaccin. Pas seulement un vaccin, mais des vaccins. » Voilà l’étonnante déclaration du président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, lors de la réunion par visioconférence du comité de coordination des Jeux de Tokyo jeudi dernier.

Le président de l’instance suprême du monde du sport en a même ajouté : Au cours des deux premiers mois de l’année prochaine, nous disposerons de différents vaccins. Ils seront disponibles à des doses très importantes.

Pour justifier ses dires, il a affirmé être en contact avec des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’industrie pharmaceutique. Selon lui, ils seraient unanimes sur le fait qu’un vaccin sera prêt au début de l’année prochaine.

Jusqu’ici, les études cliniques les plus avancées sont au stade 3 et on ne parle pas encore de disponibilité pour le public. C’est en Angleterre, à la célèbre Université d’Oxford, que les recherches seraient les plus avancées.

On peut se demander alors pourquoi cet optimisme soudain est né chez le président du CIO. Aurait-il des informations privilégiées que même certains chefs d’État ont du mal à avoir?

Dans ses propos, le président Bach entre même dans les détails du vaccin contre la COVID-19, quand il précise que des centaines de millions de doses seraient disponibles avant l’ouverture des Jeux de Tokyo.

Un porte-parole du CIO a confirmé à Radio-Canada Sports que le président avait effectivement tenu ces propos.

Depuis des mois, Thomas Bach ne nous avait pas habitués à de telles sorties. On lui reprochait même de souffler le chaud et le froid avec des propos pour le moins évasifs.

Dans sa lettre à la nation sportive du mardi 22 septembre, intitulée Olympisme et coronavirus, le président du CIO s'est félicité de la reprise des activités sportives dans le monde. Il a suivi avec beaucoup d’intérêt la façon dont certains grands événements sportifs ont été relancés sous forme de bulles. Cependant, le Tour de France lui a redonné confiance quant à la tenue des prochains Jeux olympiques de Tokyo, même sans vaccin.

Nous constatons également que la pratique du sport est possible en toute sécurité, même avec les restrictions imposées actuellement. Cela devrait nous donner à tous confiance dans nos préparatifs pour les événements à venir, y compris les Jeux olympiques Tokyo 2020.

Il poursuit sa lettre débordante d’optimisme en déclarant :

Dans ce contexte, nous étudions le potentiel que présentent les nouvelles méthodes de détection pour l'organisation d'événements en toute sécurité. En plus des méthodes actuelles, de nombreux tests dits rapides sont actuellement disponibles sur le marché ou en cours de développement. Outre cette bonne nouvelle concernant les tests, la communauté médicale et scientifique envoie des signaux très encourageants quant à la disponibilité de vaccins homologués dans les prochains mois, peut-être même avant la fin de l'année.

Les déclarations du président du CIO semblent contraster avec les incertitudes qui planent toujours.

Le Japon tient à ses Jeux

Le nouveau premier ministre Yoshihide Suga a affirmé samedi être déterminé à organiser les Jeux de Tokyo l'été prochain comme preuve que l'humanité aura défait la pandémie.

Le rendez-vous olympique de 2020 a été reporté à 2021 en raison de la crise du coronavirus.

Dans un discours préenregistré devant l'Assemblée générale de l'ONU, le premier ministre Suga a déclaré qu'il allait tout faire pour présenter des Jeux qui seront sécuritaires.

Des sondages ont montré que la majorité des entreprises japonaises et du public ne croit pas que les Olympiques seront, ou devraient, être avoir lieu en 2021. Un sondage publié en juin par le télédiffuseur japonais NHK indiquait que les deux tiers des commanditaires n'étaient pas convaincus de vouloir prolonger leur partenariat pour une année supplémentaire.

Il est crucial pour le budget de l'événement que les commanditaires domestiques confirment leur engagement. Les organisateurs n'ont toujours pas trouvé un moyen pour confirmer que les quelque 15 400 athlètes, entraîneurs et officiels seront en sécurité même sans un vaccin ou un médicament pour lutter contre la COVID-19.

Avec les informations de l'Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !