•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Lightning inspiré par la présence de Stamkos et inspirant

Ils célèbrent un but.

Steven Stamkos et Patrick Maroon

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Alexandre Gascon

Deux cent dix jours sur la touche, sept mois d’absence, sept secondes en possession de la rondelle, un but. Indéniablement, la brève, mais fulgurante, prestation du capitaine Steven Stamkos a inspiré ses coéquipiers à gagner le troisième match de la finale de la Coupe Stanley. Mais, dans cette équipe, qui inspire qui au juste?

Galvanisé par le retour au jeu de Stamkos, absent depuis le 25 février, le Lightning de Tampa Bay n’a fait qu’une bouchée des Stars de Dallas mercredi soir, à Edmonton, pour l’emporter 5-2.

Il fallait voir la réaction des joueurs lorsqu’il a donné l'avance 2-0 à son équipe en débordant Esa Lindell avec une apparente facilité de laquelle on saura, quelques instants plus tard, qu’elle était feinte, déguisée.

L’irruption de joie était perceptible à travers les écrans en dépit de ce bruit de foule ambiant dont on nous abrutit.

Les applaudissements étaient plus forts [que d’habitude]. Ça fait quoi, des mois? Nous sommes là, à regarder un joueur revenir au jeu et réussir ça sur la plus grande scène au moment le plus important de l’année. Tu dois admirer ça. C’est pas mal plaisant, a lancé l’entraîneur Jon Cooper.

Au bout du compte, Stamkos a eu la rondelle sur la lame de son bâton pendant exactement sept secondes dans ce troisième match de la finale, ce qui lui a suffi pour marquer d’un tir parfait. Il a effectué cinq présences sur la glace, les cinq présences les plus efficaces que tu verras dans la Ligue nationale, foi de Cooper. Mais cinq présences néanmoins.

Le capitaine des Floridiens a retraité au vestiaire avant la fin du premier engagement, visiblement en douleur, et n’est revenu au banc que pour encourager ses coéquipiers, à l’instar de ce que Zdeno Chara avait fait, mâchoire fracturée, en finale en 2019.

Dans cette saison qui semble ne jamais finir, a ajouté Cooper, la résilience du capitaine, son passage comme une étoile filante dans cette rencontre, a insufflé de l’énergie à une formation que l’on a sentie à bout de souffle au début de la finale.

Il a travaillé tellement fort pour pouvoir jouer. De le voir tous les jours aussi positif, même s’il ne joue pas, c’était important pour nous. De le voir marquer, c’était pas mal inspirant pour l’équipe, a laissé tomber Brayden Point.

Pas mal inspirant pour l’équipe, certainement. Mais, ultimement, c’est cette équipe qui en impose, en inspire assurément plus d’un, Stamkos le premier tel qu’il l’a lui-même confirmé mercredi.

Je vois les gars tellement dédiés pour accomplir le but ultime, c’est inspirant.

Steven Stamkos

Dans la bulle depuis deux mois, bien des choses se sont déroulées en coulisses dans le cas de Stamkos, qu’il sera heureux de partager quand tout sera terminé. Même s’il ne peut plus chausser les patins, avec ou sans lui, le Lightning a montré qu’il était prêt à tout renverser sur son passage.

Allez vers le tableau des séries

Les meilleurs au rendez-vous

Le match aurait pu être fort différent si l’attaquant des Stars Denis Gurianov avait profité de son échappée en début de rencontre. Freiné dans son élan par le défenseur Victor Hedman, auteur de trois points et d’une autre performance étincelante, Gurianov n’a même pas pu tirer.

Quelques instants plus tard, Nikita Kucherov a profité d’une bévue de Miro Heiskanen à sa ligne bleue pour déjouer Anton Khudobin.

À 2-0, la marmite chauffait drôlement, mais les Stars sont revenus dans le coup par l’entremise de Jason Dickinson en désavantage numérique. Dallas a décoché 14 tirs contre 4 après le but de Stamkos et semblait en voie de revenir dans le match.

Une punition à Alexander Radulov en fin de premier engagement a contrecarré les plans.

Il n’en fallait pas plus au Lightning pour ouvrir ses ailes. Les hommes de Cooper ont enlisé les Stars en deuxième période, les dominant 21-4 au chapitre des lancers. Tour à tour, Victor Hedman, Brayden Point et Ondrej Palat ont touché la cible.

En incluant Kucherov, les quatre premiers pointeurs du Lightning ont réussi un filet, tandis que Tyler Seguin (aucun but en 12 matchs) et Alexander Radulov (1 but en 8 matchs), parmi d’autres, peinent à retrouver leur touche.

Le trio de Palat, Point et Kucherov a amassé 30 points lors des 9 derniers matchs, contribuant à près des deux tiers (64,3 %) des filets de leur équipe sur cette période. Intouchable.

Le gardien Anton Khudobin a cédé sa place à Jake Oettinger après la deuxième période. Khudobin a accordé 5 buts sur 29 lancers.

La série se corse drôlement pour les Texans qui auront besoin de leur gardien au sommet de son art pour les quatrième et cinquième matchs de cette finale disputés en 24 heures vendredi et samedi.

À ce point-ci, on se demande qui pourra arrêter un Lightning aussi inspiré.

En rafale

Avec son 10e but, Hedman détient maintenant seul le troisième rang pour le plus de buts par un défenseur en un tournoi éliminatoire dans toute l’histoire de la ligue. Paul Coffey (12) et Brian Leetch (11) le devancent. Le Suédois a récolté trois points, a marqué le but gagnant et a privé les attaquants des Stars de temps et d’espace. Bref, il a contrôlé le match du début jusqu’à la fin.

Son exécution est toujours bonne, quand on a besoin d’énergie, d’un but en prolongation, d’un jeu défensif. Son sens du jeu est toujours bon. Mais j’imagine que quand tu fais juste de grandes choses pendant tout le match, ton exécution sera toujours bonne, a dit Cooper.

À l’inverse, le synchronisme de Radulov dans ce duel n’aurait pu être moins bien calibré. L’ancien du CH a écopé de deux punitions paresseuses, l’une d’entre elles menant au but gagnant de Hedman. Dallas est l’équipe la plus punie (115 punitions) depuis le début des séries et compte trois joueurs parmi les cinq premiers pour les punitions mineures. Mattias Janmark détient la tête (15), mais Radulov lui souffle dans le cou (11).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !