•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De mal en pis pour l'Impact, sévèrement défait en Nouvelle-Angleterre

Scott Caldwell et Victor Wanyama

Scott Caldwell (gauche) et Victor Wanyama (droite)

Photo : Associated Press / Steven Senne

Radio-Canada

Rien ne va plus pour l'Impact, qui a subi une troisième sévère défaite en huit jours, mardi, en Nouvelle-Angleterre. Le onze montréalais a baissé pavillon 3-1 devant le Revolution en laissant une impression de déjà-vu.

Encore une fois, l'affrontement a penché en faveur du rival de l'Impact peu avant la pause. Les Montréalais sont rentrés au vestiaire avec un but accordé bien frais dans leur mémoire pour un troisième match d'affilée et n'ont jamais pu s'en remettre.

Henry Kessler a bondi sur un ballon errant dans la surface de réparation, après un coup de pied de coin, pour déjouer Clément Diop et offrir les commandes au Revolution durant les arrêts de jeu.

L'Union de Philadelphie avait également marqué pendant les arrêts de jeu de la première période, dimanche, tandis que les Whitecaps de Vancouver avaient touché la cible deux fois plutôt qu'une, il y a une semaine, entre les 41e et 44e minutes.

Les locaux ont creusé l'écart à la 49e, par l'entremise de Gustavo Bou qui a surpris l'Impact et Diop d'une frappe à l'entrée de la boîte. Diego Fagundez a ensuite porté le coup de grâce aux visiteurs, à la 65e. Le Bleu-blanc-noir ont accordé trois buts ou plus dans quatre duels consécutifs.

Pour l'entraîneur-chef, Thierry Henry, la fatigue commence à se faire sentir.

Nous n’avons pas joué comme on joue d’habitude. On n’a pas pressé comme on presse d’habitude. Ça fait 5 matchs en 10 jours, je m’y perds. Un moment donné, il y a une certaine fatigue, mais il ne faut pas se cacher derrière ça pour expliquer le manque d’agressivité sur les corners et sur certaines actions.

L'attaquant Bojan Krikc, qui disputait son deuxième match après une longue absence, hésitait à se servir de la fatigue comme d'une excuse.

Nous sommes des professionnels, nous devons jouer. Nous avons un calendrier difficile, beaucoup de parties en peu de temps, beaucoup de déplacement, c’est une situation difficile pour tous. Lors des deux derniers matchs, nous ne méritions pas de perdre de cette façon, mais la réalité est que nous avons perdu les trois derniers matchs. Nous devons être forts en tant qu’équipe et affronter les difficultés que nous avons et croire que nous sommes bons et que l'on peut gagner la prochaine partie.

Avec cette autre défaite, l'Impact a glissé au 7e rang dans l'Est, avec 16 points en 13 matchs.

Déjà privé de quelques ressources, l'Impact a perdu les services d'Orji Okwonkwo, blessé à la 27e. L'attaquant semblait être incommodé à une cuisse avant que Thierry Henry le remplace par Lassi Lappalainen.

Alimenté par Emanuel Maciel, de retour au jeu après deux matchs de suspension, le Finlandais a permis aux siens d'éviter l'affront d'un blanchissage, à la 86e, lorsqu'il s'est amené seul devant Thomas Hasal.

Le retrait d'Okwonkwo s'est ajouté à l'absence de dernière minute de Saphir Taïder, incommodé à une cuisse à la suite de la séance d'entraînement de mardi. L'Impact a donc été privé de ses deux premiers marqueurs en 2020 puisque Romell Quioto purgeait sa suspension liée au carton rouge reçu face à l'Union.

Aujourd’hui, ce fut un mauvais match de notre part, a reconnu Samuel Piette. Les matchs précédents, quand on a perdu à Vancouver et à Philadelphie, c’était un peu dans une classe à part. On jouait à 10, on n'a pas nécessairement mal joué ces matchs-là. Faut prendre le match de ce soir comme une erreur de parcours et se retrousser les manches.

Comme c'est le cas depuis le début du mois de septembre, le Bleu-blanc-noir ne tardera pas avant de reprendre le collier puisqu'il renouera avec l'action dimanche contre les Red Bulls de New York, à Harrison, en tant que club visiteur au Red Bull Arena. Il s'agira d'ailleurs d'une sixième rencontre en 15 jours pour les troupiers d'Henry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !