•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nairo Quintana assure être un coureur « propre »

Il pédale et des spectateurs, derrière des barrières, l'encouragent.

Nairo Quintana lors de la 13e étape du Tour de France

Photo : Getty Images / BENOIT TESSIER

Agence France-Presse

Le Colombien Nairo Quintana a assuré mardi être un coureur « propre » après l'ouverture d'une enquête pour des soupçons de dopage pendant le Tour de France au sein de son équipe Arkéa-Samsic.

Je veux dire qu'aucune substance dopante n'a jamais été retrouvée [...] Je n'ai rien à cacher et n'ai jamais rien eu à cacher [...] J'ai été pendant toute ma vie sportive un coureur propre, a déclaré le cycliste dans un communiqué.

Après une perquisition des enquêteurs de l'Office central de luttes contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP), à Méribel, lors de la 17e étape du Tour de France, Arkéa-Samsic est toujours au cœur d'une enquête préliminaire ouverte par le pôle santé publique du parquet de Marseille, même si les gardes à vue de deux membres de l'équipe ont été levées mardi en début de nuit.

Les intéressés ont été laissés en liberté, a précisé Dominique Laurens, la procureure de la République de Marseille mercredi matin, dans un communiqué, au sujet du médecin et du kinésithérapeute de l'équipe placés en garde à vue lundi matin, notamment pour administration et prescription à un sportif, sans justification médicale, de substance ou méthode interdite dans le cadre d'une manifestation sportive.

Le parquet de Marseille n'a pas précisé si le médecin placé en garde à vue est le praticien colombien à qui Arkéa-Samsic avait fait appel pour remplacer son médecin titulaire, absent de la Grande Boucle pour des raisons de santé.

Plusieurs coureurs de l'équipe ont également été entendus en audition libre de suspect, avait dit Mme Laurens mardi soir dans un précédent communiqué. Les coureurs entendus, qui ne sont pas nommés par la procureure, sont soupçonnés d'avoir détenu sans justification médicale une substance ou méthode interdite pouvant avoir servi de dopage.

Selon des précisions fournies à l'AFP par une source proche du dossier confirmant des informations du Journal du dimanche et de L'Équipe, la perquisition de l'OCLAESP visait plusieurs coureurs de l'équipe Arkéa-Samsic, dont le Colombien Dayer Quintana, le frère de Nairo, et des membres de l'équipe médicale.

La magistrate avait annoncé lundi l'ouverture d'une enquête préliminaire, évoquant notamment la découverte de nombreux produits de santé dont des médicaments dans leurs affaires personnelles, mais également et surtout une méthode pouvant être qualifiée de dopante.

Si les gardes à vue ont été levées, l'enquête continue bel et bien. Elle est toujours en cours, a insisté mercredi matin Me Laurens dans son communiqué, précisant que des investigations et des auditions [devaient] être réalisées avant d'aboutir à une décision du ministère public sur la base des éléments recueillis.

Sollicité par l'AFP à propos de cette enquête, le directeur général de l'équipe bretonne a déclaré que bien évidemment il soutenait ses coureurs. Mais si [...] des éléments venaient confirmer la véracité de pratiques de dopage, l'équipe se désolidariserait immédiatement de tels actes et prendrait sans attendre les mesures qui s'imposent pour mettre fin aux liens pouvant les unir avec des méthodes inacceptables et toujours combattues.

Les peines maximales encourues par les soignants sont de 5 ans de prison et de 75 000 euros (48 000 $ CA) d'amende. Les coureurs risquent 5 ans de prison et 375 000 euros (585 000 $ CA) d'amende pour transport et détention illicites de substances vénéneuses.

Cette affaire est la première notable depuis plusieurs années sur le Tour de France après de longues années marquées par des descentes de police, pendant l'épreuve, depuis l'affaire Festina en 1998.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !