•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Impact, le Toronto FC et les Whitecaps termineront la saison aux États-Unis

Il surveille la séance d'entraînement de son équipe.

Thierry Henry

Photo : The Canadian Press / Ryan Remiorz

Les trois équipes canadiennes de la MLS poursuivront leur exil jusqu'à la fin de la saison. L'Impact de Montréal, le Toronto FC et les Whitecaps de Vancouver disputeront tous leurs prochains matchs locaux aux États-Unis à cause de la fermeture de la frontière canado-américaine au moins jusqu'au 21 octobre.

L'Impact a récemment élu domicile à Harrison (New Jersey), le Toronto FC a opté pour East Hartford (Connecticut) et les Whitecaps se sont dirigés vers Portland (Oregon) afin de poursuivre leurs activités dans le circuit Garber pendant la crise sanitaire.

C'est un désavantage pour les équipes canadiennes. On a besoin de se retrouver chez nous, de voir nos familles. Ce n'est pas évident en plus avec cette quarantaine. Mais nous sommes des professionnels, on doit faire avec.

Zachary Brault-Guillard, défenseur de l'Impact de Montréal

Le onze montréalais disputera donc ses cinq duels locaux restants au Red Bull Arena, un stade qu'il partage avec les Red Bulls de New York. L'organisation n'a présenté que deux matchs au stade Saputo durant la pandémie, le 28 août et le 9 septembre, dans le cadre du Championnat canadien.

Le TFC s'est pour sa part installé au Rentschler Field, domicile de l'équipe de football des Huskies de l’Université du Connecticut (UConn), qui a renoncé à sa saison dans la NCAA en raison des craintes liées à la COVID-19. Au même titre que le Bleu-blanc-noir, les Whitecaps séjournent dans la demeure d'un club de la MLS, dans leur cas au Providence Park des Timbers de Portland.

La situation rappelle celle des Blue Jays de Toronto, qui ont pris la direction de Buffalo au milieu de l'été après s'être vu refuser leur demande, par le gouvernement fédéral, de tenir des matchs du baseball majeur au Centre Rogers cette année.

L'Impact et le Toronto FC affronteront uniquement des adversaires de l'Association de l'Est d'ici la fin du calendrier, le 8 novembre, tandis que les Whitecaps croiseront le fer avec des rivaux de l'Ouest. Les éliminatoires s'achèveront quant à elles le 12 décembre avec la tenue de la finale de la Coupe MLS.

Calendrier de l'Impact en fin de saison :

  • 23 septembre c. le Revolution, à la Nouvelle-Angleterre
  • 27 septembre c. les Red Bulls, à New York
  • 3 octobre c. le Fire de Chicago, à New York
  • 7 octobre c. le Crew, à Columbus
  • 11 octobre c. l'Union, à Philadelphie
  • 14 octobre c. le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, à New York
  • 17 octobre c. l'Inter Miami CF, à New York
  • 24 octobre c. le New York City FC, à New York
  • 27 octobre c. le Nashville SC, à New York
  • 1er novembre c. l'Orlando City SC, à New York
  • 8 novembre c. le D.C. United, à Washington

La ligne d'arrivée à l'horizon

Moins de sept semaines séparent les équipes du circuit Garber de l'aboutissement d'une campagne hors du commun, divisée en 5 segments inégaux, qui comprend 23 rencontres au lieu de 34. Lorsque le ballon sera mis en jeu mercredi contre le Revolution à Foxboro, l'Impact se lancera dans un marathon de 11 duels en seulement 47 jours.

C'est l'histoire de notre saison. Ç'a un impact sur notre récupération et sur notre jeu, a dit Thierry Henry. On voudrait travailler sur différentes tactiques présentement, mais on ne peut pas le faire, car on joue aux trois jours.

L'option de rentrer à Montréal afin de s'adonner à des entraînements au Centre Nutrilait entre les matchs ne peut être considérée par la direction montréalaise puisque le club devrait se placer en quarantaine si elle rentrait au bercail. Tant Brault-Guillard qu'Henry sont demeurés vagues mardi, en visioconférence, lorsqu'ils ont été questionnés au sujet d'un éventuel retour au Canada.

Les terrains extérieurs du Centre Nutrilait de Montréal, où les joueurs de l'Impact s'entraînent habituellement.

Les terrains extérieurs du Centre Nutrilait de Montréal, où les joueurs de l'Impact s'entraînent habituellement.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Mine de rien, les Montréalais ont franchi la mi-parcours de leur saison chamboulée par le coronavirus. Rappelons que les deux matchs disputés avant le déclenchement de la pandémie, les trois lors de la phase de groupes de la relance à Orlando et les six du Championnat canadien sont tous comptabilisés au classement de la MLS.

Henry et ses protégés amorceront ainsi la seconde portion de leur calendrier installé au 6e échelon dans l'Est avec une récolte de 16 points en 12 confrontations, qui se traduit par un dossier de 5-6-1. Une simple unité devant le Revolution (3-3-6), son prochain opposant, et deux de plus que les Red Bulls de New York (4-6-2), qu'ils affronteront dimanche.

Une possible surcharge de travail guette toutefois l'effectif de Henry, déjà fort occupé en septembre, avec sept rendez-vous au programme d'octobre, autant que le mois précédent.

Ce serait bien, parfois, d'avoir l'occasion de jouer un match à 11 joueurs parce que, si tu mènes [...], tu peux faire rentrer des jeunes de l'Académie, a indiqué le tacticien français, en référence aux nombreux cartons rouges qui pleuvent sur l'Impact par les temps qui courent.

Ça change la donne quand tu te retrouves à 10 joueurs, et je dirais que c'est ce qui nous a amputés dans quelques situations, a ajouté Henry. Mais bon, c'est comme ça, il faudra essayer de trouver une solution.

Justement, les gestes d'indiscipline de Rudy Camacho (37e minute) contre les Whitecaps à Vancouver et de Romell Quioto (15e minute) face à l'Union de Philadelphie ont été suivis d'une expulsion et, surtout, d'une domination nette au pointage de 7-1 en faveur de leurs adversaires, menant à de douloureux revers.

Des actions vivement condamnées par Henry qui ont coupé court aux aspirations du onze montréalais lors d'un choc décisif au tour préliminaire du Championnat canadien et pendant sa rentrée américaine au New Jersey. L'Impact s'est ainsi montré incapable de conclure avec une formation complète pour une troisième rencontre d'affilée, une tendance qu'Henry veut expressément défaire.

J'espère qu'il n'y aura pas un quatrième match... On s'est parlé, on va essayer d'éviter ça. J'ai rarement vu une équipe perdre les pédales en menant. Généralement, c'est quand tu perds. Mais bon, nous ça nous est arrivé.

État des troupes, selon les informations de l'Impact

  • Anthony Jackson-Hamel (genou) ne s'entraîne pas avec le groupe, mais se trouve avec l'équipe.
  • Ballou Jean-Yves Tabla (adducteur) n'est pas au New Jersey.
  • Steeven Saba (pied) n'est pas au New Jersey, se rapproche d'un retour à l'entraînement.
  • Maximiliano Urruti (genou) s'entraîne avec le groupe.
  • Mathieu Choinière (cheville) n'est pas au New Jersey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !