•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je suis content d’avoir fait ma marque » - Hugo Houle

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Hugo Houle en action au Tour de France

Hugo Houle en action au Tour de France

Photo : Compte Twitter d'Astana

Alexandre Couture

Meilleur résultat québécois de l’histoire avec une 7e place dans une étape, cinq fois dans les 15 premiers et une 47e position au classement général : Hugo Houle est reparti des Champs-Élysées avec la conviction d’avoir rempli sa mission au Tour de France.

Joint lundi chez lui à Monaco, où il vient tout juste de mettre les pieds après trois semaines dans la Grande Boucle, le Québécois redescend tranquillement de son nuage.

On avait un souper d’équipe hier soir. Puis ce matin, j’ai pris l’avion, je suis rentré chez moi, dit-il avec la voix teintée de fatigue. On n’a pas eu vraiment de répit depuis. Aujourd’hui, ça va être le premier vrai repos si on veut. C’est plus relax, un petit down, après cette dose d’adrénaline dans les dernières semaines.

L’athlète de Sainte-Perpétue a impressionné à sa deuxième présence au mythique Tour de France. Il a réussi une 7e place lors de la 12e étape, à l’issue d’un effort colossal pour rester dans un prestigieux groupe de tête composé de plusieurs grosses pointures du cyclisme mondial.

Je regardais les noms des gars sur les maillots et je me disais que c’était une belle petite gang, ça, avait-il lancé après l’étape. J’étais très fier de moi à ce moment-là.

Hugo Houle version 2.0

L’an dernier, il avait terminé 91e au cumulatif, avec un top 15 individuel, un monde de différences au Tour de France. L’expérience acquise en 2019 et sa condition physique impeccable des derniers mois lui ont permis de se dépasser cette année.

Premièrement, au niveau de l’entraînement, je me sentais plus costaud, je monte plus de cols, mes parcours d’entraînement sont plus difficiles. J’ai roulé beaucoup ici, beaucoup de montées, durant le confinement. J’avais accès à un super beau terrain d’entraînement.

Ensuite, c’est évident que l’expérience que j’ai pu acquérir dans la dernière année, côté positionnement dans le peloton, on apprend à toutes les courses, je me sens de plus en plus à l’aise. Je prends de meilleures décisions. C’est encourageant pour la suite de voir que je progresse encore, que je continue à m’améliorer.

Un peloton compact

Hugo Houle devant ses adversaires au Tour de France.

Photo : Instagram Hugo Houle

Sa tenue quasi irréprochable n’est pas passée sous silence au sein d'Astana, l’équipe qui l’a recruté pour appuyer le meneur Miguel Angel Lopez. Le Colombien a finalement conclu en 6e place.

L’équipe était très heureuse de ma performance, du travail que j’ai pu accomplir pour mon leader Lopez. C’est un peu pour ça qu’on m’a amené au Tour de France, pour mes qualités de travaillant, précise-t-il. Ils savent que je suis une valeur sûre.

J’ai encore livré la marchandise cette année, ils étaient très fiers de moi. Je suis content d’avoir fait ma marque une fois de plus, et je pense que j’ai gagné dans ma réputation dans le peloton par mon bon travail et ma discipline à travers les trois semaines.

Hugo Houle

Les performances du seul Canadien en lice ne sont également pas passées inaperçues de l’autre côté de l’Atlantique. Il a senti un engouement certain dans les dernières semaines pour son sport.

J’ai senti beaucoup d’intérêt, un beau support des gens via les réseaux sociaux ou avec la plateforme qui disputait le Tour, FloBikes, explique-t-il. Je suis content de voir que les gens ont apprécié le Tour. Si je peux aider à faire mieux comprendre le sport, ce sera mission accomplie pour moi. C’est un plaisir de courir et de transmettre ma passion aux gens au Québec.

Le spectacle Pogacar et la suite des choses

Comme des centaines de milliers d’amateurs de cyclisme dans le monde, Hugo Houle a été renversé par la performance de Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates) lors du contre-la-montre de l’avant-dernière étape samedi.

Le Slovène, qui a fêté son 22e anniversaire lundi au lendemain de son titre au Tour de France, a marqué l’imaginaire en s’emparant du maillot jaune à la veille de la rentrée parisienne.

Un très bon suspense et une très grosse performance de Pogacar, à 21 ans, qui rapporte trois maillots à la maison. Respect, on n’est pas près de revoir ça de sitôt, avance Houle. Ç’a été un Tour qui a été très difficile, ç'a roulé très vite. Il n'y a pas eu vraiment de journées faciles.

Chapeau à lui pour avoir enlevé les honneurs devant une équipe qui était très solide, Jumbo-Visma. À un certain moment, c’était presque victoire acquise pour eux, la façon qu’ils contrôlaient la course, ils ont tiré une bonne leçon qu’il faut toujours se méfier de l’adversaire tant que ce n’est pas fini.

Houle a assisté au coup d’éclat de Pogacar sur un écran géant dans l’autobus qui le ramenait à l’hôtel après son contre-la-montre.

Tout le monde était un peu abasourdi par ce qui se passait, on était impressionnés. Et, en même temps, on était déçus pour Primoz Roglic. Ç’a été toute une journée, on était sur nos sièges et on attendait de voir les résultats jusqu’à la toute fin. Ç’a été quand même un choc de voir Pogacar reprendre autant de temps.

Hugo Houle
Tadej Pogacar

Tadej Pogacar

Photo : afp via getty images / CHRISTOPHE ENA

Cette performance phénoménale de Pogacar a été le point d’orgue d’une édition du Tour de France unique. Le risque de propagation de la COVID-19 a forcé les dirigeants à limiter les classiques attroupements de partisans aux quatre coins de la France.

Pour Houle, l’organisation somme toute réussie de la Grande Boucle servira d’exemple pour les prochaines grandes compétitions de l’année.

On était très isolés, mais c’était tellement bien organisé qu’on ne sentait pas tellement la différence. Le Tour de France s’est bien déroulé, ça va peut-être inciter les autres organisateurs à aller de l’avant. Je l’espère.

Hugo Houle n’aura pas à attendre longtemps avant de retrouver son guidon. Celui qui a choisi de faire l’impasse sur le Giro sera de retour sur sa selle de vélo dimanche aux mondiaux de cyclisme sur route. Il y retrouvera une autre Canadien qui a brillé dans les dernières semaines, l’Ottavien Michael Woods.

Dimanche, pour ma fête, je vais aller me faire un 260 kilomètres aux Championnats du monde avec un 5000 m de dénivelé, je m’en vais avec l’équipe canadienne en soutien à Michael Woods, qui est très en forme, comme on l’a vu au Tirreno, lance-t-il avec un sourire en coin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !