•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux de Tokyo : le fils de Lamine Diack lié à un paiement suspect

Un homme en entrevue

Papa Massata Diack

Photo : AFP / Seyllou

Associated Press

Une firme de consultants travaillant pour le comité de candidature olympique de Tokyo a versé environ 370 000 $ US (491 000 $ CA) au fils du membre influent du CIO Lamine Diack avant et après que la capitale japonaise eut été choisie en 2013 pour accueillir les Jeux de 2020, selon l'agence de presse Kyodo.

Le paiement ferait partie des deux millions de dollars transférés par le comité de candidature à Black Tidings, une firme de consultants basée à Singapour, mais fermée.

Tsunekazu Takeda, le président du Comité olympique japonais à l'époque, a reconnu avoir signé ce paiement.

Il a nié tout acte répréhensible, mais le problème l'a contraint à démissionner de ses fonctions en 2019 au milieu de l'enquête des autorités françaises. Il s'est également retiré du Comité international olympique.

Papa Massata Diack a dit que l'argent qu'il avait reçu provenait d'une entente de commandite en Chine et n'avait rien à voir avec Tokyo, ajoute l'agence Kyodo.

Les paiements sont de nouvelles informations basées sur des reportages du Consortium international des journalistes d'enquête et de plusieurs agences de presse, dont Kyodo.

On estime que Lamine Diack avait une influence sur les membres africains du CIO. Tokyo a remporté le vote final lors d'un congrès à Buenos Aires, en Argentine, devant Istanbul.

Lamine Diack, 87 ans, est l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme. Il a été condamné la semaine dernière en France en ce qui a trait au scandale de dopage russe.

Les Jeux olympiques de Tokyo ont été reportés à l'année prochaine en raison de la pandémie de COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !