•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bruno Spengler veut retourner aux 24 heures du Mans

Les voitures s'élancent.

Le départ de la 88e édition des 24 heures du Mans

Photo : Getty Images / JEAN-FRANCOIS MONIER

Radio-Canada

Après avoir dû abandonner à la 8e heure de l'épreuve, Bruno Spengler dit vouloir y retourner.

Spengler ne gardera pas que de bons souvenirs de sa première participation à la course d'endurance.

En effet, l'équipage de trois pilotes de la Enso no 4 de l'équipe ByKolles Racing, dans la catégorie Le Mans Prototype 1 (LMP1), a dû abandonner à 22 h 04 à la suite de la perte de l'aileron arrière de la monoplace.

Grosse frayeur pour Spengler au 42e tour de la course qui était alors au volant. Déséquilibré, le Québécois a traversé le bac à gravier et a frappé les pneus de protection, endommageant un peu plus le prototype, déjà privé de son aileron.

Il a pu regagner les puits à faible allure, et l'inspection de la voiture a convaincu l'équipe d'abandonner.

Après la perte de l’aileron arrière en course, nous avons décidé de nous arrêter par sécurité, a précisé Spengler par courriel à Radio-Canada.

Quand on sait que, dans la catégorie LMP1, les vitesses de pointe frôlent les 350 km/h, on peut comprendre la décision de l'équipe autrichienne.

ByKolles Racing n'a pas réussi à compléter les 24 heures du Mans en 11 ans.

Spengler avait déjà eu une mésaventure durant les essais. Il n'avait pas pu éviter un cône de sécurité qui avait été déplacé par une autre voiture. La Enso avait décollé et avait subi des dommages.

Le cône traînait sur la piste à la sortie du virage tertre rouge. Impossible de l’éviter. Il est passé sous la voiture, a dit Spengler.

L'ancien champion de la série DTM (2012), aujourd'hui en IMSA pour BMW, a maintenant brisé la glace au Mans, et espère un jour voir le drapeau à damier.

J’ai adoré le circuit du Mans, et j'espère y retourner bientôt, a conclu le Québécois.

L'Enso CLM à moteur Gibson de l'équipe ByKolles Racing

L'Enso CLM à moteur Gibson de l'équipe ByKolles Racing

Photo : ByKolles Racing

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !