•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matthew Wolff mène à l'Omnium des États-Unis à l'aube de la ronde finale

Matthew Wolff en action

Matthew Wolff en action

Photo : Getty Images / Gregory Shamus

Agence France-Presse

L'Américain Matthew Wolff (-5) a créé la surprise samedi à l'Omnium des États-Unis avec une troisième carte de 65, soit cinq coups sous la normale, pour s'échapper en tête, à Mamaroneck.

Son compatriote Bryson DeChambeau (-3) le suit avec deux coups de retard à l'aube de la ronde finale.

Wolff n'a commis qu'un boguey au 16e fanion après 5 oiselets dans les 9 premiers trous. Et au 18e, il a ajouté un dernier oiselet, en bénéficiant d'un rebond heureux de sa balle sur la bordure de l'herbe longue.

C'est vraiment un parcours difficile, mais je m'en suis bien sorti, a dit Wolff. Je me suis senti bien dans mon jeu, dans tous ses aspects. J'ai pourtant touché que deux allées (sur 14), mais chaque fois, quand j'étais dans l'herbe longue, j'ai eu l'occasion d'être dans la zone graduée, donc j'ai pu bien frapper la balle.

Je vais devoir atteindre l'allée plus souvent dimanche si je veux espérer gagner, a néanmoins affirmé le 36e mondial, champion universitaire l'an passé avec Oklahoma State, qui dispute seulement son deuxième tournoi majeur.

DeChambeau a été le seul à s'accrocher. Après deux bogueys aux deux premiers trous, il a réussi trois oiselets aux 7e, 16e et 17e fanions, avant de rater la normale d'un rien au 18e, là où justement Wolff a terminé avec force.

À quatre coups du meneur, le Sud-Africain Louis Oosthuizen (-1), qui a remis une carte de 68 grâce à quatre oiselets venus effacer deux bogueys, complète le trio de tête.

Lors de son premier événement majeur, il y a un mois au Championnat de la PGA à San Francisco, Wolff s'était déjà distingué en finissant 4e d'un tournoi enlevé à la surprise générale par un autre jeune, Collin Morikawa, 23 ans.

C'est aux dépens de ce dernier et de DeChambeau que Wolff avait décroché son premier titre au Minnesota en juillet 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !