•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naomi Osaka, blessée, déclare forfait pour Roland-Garros

Elle s'étire de tout son long pour frapper la balle.

Naomi Osaka

Photo : Getty Images / Al Bello

Agence France-Presse

La Japonaise Naomi Osaka, lauréate des Internationaux des États-Unis, a annoncé jeudi qu'elle déclarait forfait pour Roland-Garros, du 27 septembre au 11 octobre, en raison d'une blessure persistante à une cuisse.

Malheureusement, je ne pourrai pas jouer à Roland-Garros cette année. Ma cuisse me fait encore mal et je n'aurai pas le temps pour me préparer à la terre battue, a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Ces deux tournois étaient trop proches l'un de l'autre pour que je puisse les enchaîner cette année, a ajouté celle qui a remporté le 12 septembre à New York son troisième tournoi du grand chelem.

Deux semaines séparent ces deux tournois majeurs puisque Roland-Garros a été reprogrammé en raison de la pandémie de coronavirus qui a mis sous cloche la saison pendant quatre mois, voire six pour certains joueurs et joueuses, comme Osaka, qui n'ont fait leur retour à la compétition qu'à la fin août.

La Japonaise, 3e mondiale, a d'abord disputé le tournoi de Cincinnati, délocalisé dans la bulle de Flushing Meadows, parvenant à se hisser jusqu'en finale. Mais, blessée à l'adducteur gauche, elle a renoncé à la disputer pour préserver son physique et ses chances en vue des Internationaux des États-Unis qui démarraient dans la foulée.

Bien lui en a pris, puisque 15 jours plus tard, elle a inscrit une deuxième fois son nom au palmarès en battant la Bélarusse Victoria Azarenka en finale. Elle s'était déjà imposée en 2018 avec ensuite les Internationaux d'Australie en 2019.

À 22 ans, Osaka a aussi pris une autre dimension en dehors des courts avec son activisme dans la lutte contre le racisme.

Après la mort de Jacob Blake, elle a suivi le mouvement de boycottage lancé par les Bucks de Milwaukee pendant les éliminatoires de la NBA et a refusé de jouer sa demi-finale de Cincinnati.

La WTA et les organisateurs du tournoi s'étant montrés à leur tour solidaires en annulant les matchs prévus ce jour-là, puis elle est finalement revenue sur sa décision.

Aux Internationaux des États-Unis, elle a maintenu sa volonté de réveiller les consciences dans le microcosme feutré du tennis en portant, à son arrivée sur le court lors de chacun de ses sept matchs, un masque avec le nom d'une personne noire victime de violences policières aux États-Unis.

Seulement 5000 spectateurs par jour

Le tournoi de Roland-Garros accueillera un maximum de 5000 spectateurs par jour au lieu des 11 500 annoncés il y a 10 jours par les organisateurs.

La situation sanitaire en région Île-de-France a conduit la préfecture de police de Paris à limiter le nombre de spectateurs pouvant accéder au stade Roland-Garros pendant le tournoi à 5000 par jour sur l’ensemble du site de 12 hectares, ont confirmé les organisateurs en fin de journée jeudi.

Au début juillet, Roland-Garros avait fixé la barre à 20 000 spectateurs par jour avant de rouvrir sa billetterie, soit de 50 à 60 % du nombre habituel maximal.

Une première fois, la Fédération française de tennis (FFT), qui organise le tournoi, avait dû revoir ses ambitions à la baisse de moitié en raison de la dégradation de la situation sanitaire en France et de l'impossibilité de déroger à la règle gouvernementale d'une jauge maximale de 5000 personnes en zone rouge.

Dans ces conditions, la FFT avait présenté une option intermédiaire qui reposait sur le découpage en trois secteurs indépendants et autonomes de son stade autour de ses trois courts principaux, Philippe-Chatrier (5000 spectateurs), Suzanne-Lenglen (5000) et Simonne-Mathieu (1500)

Cette option avait alors été validée par les autorités françaises et qualifiée de responsable et raisonnable à cette date par le directeur général de la FFT, Jean-François Vilotte.

Puis, à 10 jours de son ouverture et à 4 seulement du début des qualifications, voilà Roland-Garros de nouveau contraint de resserrer les boulons, un durcissement qui intervient après que le ministre de la Santé Olivier Véran eut décrit l'épidémie de COVID-19 comme à nouveau très active dans le pays jeudi après-midi en conférence de presse.

Au total, en 15 jours de compétition – la semaine de qualifications a lieu à huis clos –, ce sont seulement 75 000 spectateurs qui pourront assister au tournoi, très loin des près de 520 000 accueillis en 2019 tout au long de la quinzaine parisienne.

Économiquement, ce n'est pas du tout un détail pour la FFT et le tennis français, très largement financés par Roland-Garros, à hauteur de 80 % en 2019 (255,4 millions d’euros d’un budget total de 325 millions pour la FFT). La billetterie génère près de 20 % des recettes du tournoi.

Habituellement programmé à la fin mai, Roland-Garros avait été remis à l'automne à la surprise générale, sous l'impulsion unilatérale de ses organisateurs, dès la mi-mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !