•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les athlètes canadiens veulent amender la règle antimanifestation du CIO

Plusieurs membres de la délégation canadienne à la cérémonie d'ouverture des Jeux de Rio en 2016.

Des athlètes canadiens ont été consulté au sujet d'une réforme possible de la règle 50 de la Charte olympique.

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Radio-Canada

La Commission des athlètes (CA) du Comité olympique canadien (COC) a fait part lundi de ses recommandations au sujet de modifications qui pourraient être apportées à la règle 50 de la Charte olympique sur les démonstrations ou manifestations politiques pendant les Jeux.

Ces recommandations émergent d'une consultation de la Commission des athlètes du Comité international olympique (CIO) avec des athlètes du monde entier.

La règle 50 interdit toute démonstration de propagande politique, religieuse, raciale ou publicitaire sur les sites de compétitions des Jeux.

En juin dernier, le président du CIO, Thomas Bach, s’était montré ouvert à un débat sur les manifestations durant les Jeux, mais n’avait pas donné son accord pour réformer cette règle, ratifiée en 1896.

Des athlètes de plusieurs pays ont par la suite protesté, en plaidant qu'elle constitue une violation des droits de la personne.

Depuis, la commission des athlètes du COC a consulté les athlètes du pays sur cette question en réalisant notamment un sondage.

La Commission des athlètes du CIO et le CIO sont ouverts à la possibilité de modifier la règle 50, a déclaré dans un communiqué Rosie MacLennan, double championne olympique de trampoline et vice-présidente de la CA du COC. Nos recommandations font partie de leur processus plus large qui comprend la contribution de nombreuses commissions des athlètes de comités nationaux olympiques et de la communauté internationale des athlètes.

Avant de faire nos recommandations, nous avons sollicité un vaste éventail de commentaires du plus grand nombre d'intervenants possible afin de contrebalancer les différents points de vue, de communiquer celui de la majorité et de mettre en évidence les questions sur lesquelles les athlètes canadiens n'avaient pas vraiment de points de vue collectifs.

Les résultats indiquent que les opinions des athlètes du pays varient du maintien de la règle 50 à son abolition complète. Les recommandations n'ont donc été faites que dans les cas où il y avait une majorité claire.

Ainsi, sept recommandations de la Commission des athlètes du COC ont été soumises à la Commission des athlètes du CIO afin de modifier la règle 50 :

  1. Établir deux règles distinctes pour exprimer des opinions : l'une concernant celles qui sont relatives à des questions commerciales telles que les emblèmes, la publicité et les installations commerciales, et l'autre concernant les démonstrations, les manifestations et la propagande.
  2. Définir clairement les termes utilisés dans la règle 50, y compris ce qui constitue une démonstration, une manifestation et de la propagande.
  3. Établir des dispositions pour ce qui est considéré comme une manifestation acceptable selon les valeurs et les principes de l'Olympisme.
  4. Établir des paramètres clairs pour ce qui est considéré comme une démonstration acceptable, pacifique et respectueuse des autres athlètes et pays.
  5. Maintenir et/ou mettre en place des lieux neutres ou protégés qui permettent une démonstration pacifique qui n'interfère pas avec la compétition.
  6. Définir et décrire clairement les conséquences et les degrés de violation relatifs aux démonstrations, aux manifestations et à la propagande.
  7. Explorer d'autres possibilités de célébrer l'unité et l'inclusion en prenant position contre le racisme et la discrimination.

Nos recommandations se concentrent sur la demande d’une plus grande clarté et un plaidoyer pour que la Commission des athlètes du CIO examine et définisse des moyens significatifs de manifester pacifiquement tout en respectant les autres athlètes et pays, en garantissant la non-ingérence avec la compétition et en protégeant contre les manifestations qui sont contraires aux valeurs de l'Olympisme ou qui sont nuisibles, trompeuses, discriminatoires ou fondées sur la haine, a déclaré Oluseyi Smith, président de la Commission des athlètes du COC.

Les athlètes canadiens seront invités à participer à un sondage mondial à l’automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !