•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kwiatkowski remporte la 18e étape du Tour de France

Les deux hommes célèbrent leur succès en croisant la ligne d'arrivée ensemble.

MIchal Kwiatkowski (à droite), tout juste devant son coéquipier Richard Carapaz

Photo : AP / Stephane Mahe

Agence France-Presse

L'équipe Ineos Grenadiers a sauvé son honneur dans le Tour de France. Le Polonais Michal Kwiatkowski a remporté la 18e étape, la dernière dans les Alpes, jeudi, à La Roche-sur-Foron, au lendemain de l'abandon du vainqueur sortant, le Colombien Egan Bernal.

Kwiatkowski est arrivé bras dessus bras dessous avec un autre coureur de la formation britannique, l'Équatorien Richard Carapaz, vainqueur du dernier Giro.

Ce dernier, aux avant-postes dans les trois étapes alpines, se console en s'emparant du maillot à pois.

Le détenteur du maillot jaune, le Slovène Primoz Roglic (Jumbo), a gardé intact son avantage de 57 secondes sur son dauphin et compatriote Tadej Pogacar, à trois jours de l'arrivée à Paris.

Le leader d'Astana, Miguel Angel Lopez, a terminé avec eux au sein du peloton. Il a ainsi conservé sa 3e place à 1:27 de la tête. Son coéquipier Hugo Houle considère que l'équipe a offert une belle performance.

Nous étions tous devant jusqu’à la montée finale, où les meneurs se sont expliqués, a dit Houle. On a bien épaulé Miguel pour le mettre dans les meilleures dispositions possible au pied de cette montée, et il a répondu présent encore une fois aujourd’hui en arrivant avec les meilleurs.

Houle, lui, a pris le 41e rang de l'étape, à 13:11 du vainqueur. Le Québécois est 47e au cumulatif à un peu plus de 2 h 30 min du meneur.

Après deux éprouvantes étapes de montagnes de suite, le cycliste de 30 ans dit encore bien se sentir même s'il en a arraché la veille.

J’ai plus souffert hier. Je me sentais un peu moins bien, je n’étais pas dans une super journée. Aujourd’hui, évidemment, c’était très difficile, j’ai souffert, mais j’avais de bonnes sensations. Donc, c’était quand même agréable, j’étais dans le groupe de tête.

Hugo Houle

J’ai eu une belle journée malgré le fait que je sois très fatigué à ce moment-ci de la compétition, mais mon corps réagit très bien et j’ai encore un bon niveau d’énergie sur le vélo malgré ces trois semaines qui ont été très intenses.

Dans cette étape de 175 km, Ineos a obtenu son premier succès depuis le départ, son premier aussi dans une étape de la Grande Boucle depuis la victoire du Britannique Geraint Thomas à L'Alpe d'Huez le 19 juillet 2018.

Champion du monde en 2014, Kwiatkowski, 30 ans, a enlevé sa première étape dans le Tour qu'il dispute pour la septième fois. Mais le Polonais, l'un des grands coureurs du peloton, a joué un rôle majeur dans les trois dernières victoires (Froome, puis Thomas, Bernal enfin) de la formation britannique, anciennement Sky.

Deux courses ont eu lieu à distance lors de cette dernière journée alpestre, l'une pour le gain de l'étape, l'autre pour le classement général.

À l'avant, un quatuor a fini par se dégager après le premier col, Cormet de Roselend. La chute du Suisse Marc Hirschi dans la descente du col des Saisies a laissé ensuite l'Espagnol Pello Bilbao pris en tenaille entre Carapaz et Kwiatkowski.

Sur les pentes très raides de la montée vers le plateau des Glières, 6 km à 11,2 % de moyenne, Bilbao a lâché prise à quelque 37 km de l'arrivée. Ses deux compagnons ont creusé ensuite l'écart pour rallier l'arrivée ensemble, avec 1:51 d'avance sur le Belge Wout Van Aert, le plus rapide des poursuivants.

Dans le groupe des candidats au podium, l'Espagnol Mikel Landa a pris l'avance. L'allure dictée par Van Aert, transformé en grimpeur, a poussé plusieurs coureurs du top 10, dont Yates, Uran et Valverde, à la rupture et provoqué l'échec de la tentative de Landa.

Roglic, titillé par Pogacar, a tenu à sortir en tête du secteur empierré suivant la montée, dans lequel Richie Porte a été retardé à cause d'une crevaison. L'Australien, 4e du classement, est parvenu à rentrer dans le final. Il accuse un retard de 3:06 sur Roglic et de 1:39 sur Lopez et la dernière place sur le podium.

Rien n'est donc encore dans la poche pour Lopez, comme l'explique Hugo Houle.

Il reste un gros morceau samedi. Richie Porte est un excellent coureur au contre-la-montre, donc il faut se méfier. Je pense qu’il n’est pas battu encore, donc il va y avoir une bonne lutte pour la troisième position, ça, j’en suis certain.

Hugo Houle

Vendredi, la 19e étape s'adresse aux sprinteurs et aux baroudeurs, en conclusion des 166,5 km menant de Bourg-en-Bresse à Champagnole. La journée n'a rien d'une formalité.

Je ne penserais pas que ce soit si simple que ça, estime Houle. Évidemment, il y a moins de montées, mais il y a encore une victoire d’étape à aller chercher et Peter Sagan n’a toujours pas gagné. Les Bora, on les a vus très agressifs depuis les derniers jours. Le final se prête à une espèce d’élimination des sprinteurs les plus dangereux, je pense au maillot vert (Sam Bennett) ou encore à Caleb Ewan.

Donc, je suis certain que Bora va rouler très très fort pour rendre la course extrêmement difficile. Pour nous, ce sera de bien suivre et de protéger Miguel (Lopez) et de s’assurer qu’il rentre en sécurité à bon port et d’essayer qu’il se repose un peu pour le contre-la-montre de samedi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !