•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alex Labbé : plus riche, plus vite, plus loin

Alex Labbé

Alex Labbé

Photo : Getty Images / NASCAR

Jean-François Poirier

Alex Labbé poursuit son chemin de croix sur les circuits ovales américains. Le pilote de Saint-Albert se démène plus que jamais pour faire sa place parmi l'élite de la NASCAR avec l'aide d'entreprises québécoises.

Cette année, on a tenu notre bout, lance le pilote de 27 ans. L'équipe m'a gardé dans la voiture à toutes les courses. Au début de la saison, on croyait devoir se contenter d'un calendrier à temps partiel. Mais beaucoup de partenaires québécois se sont joints à l'aventure en cours de route. On a survécu...

Alex Labbé est inscrit au championnat de la série Xfinity. Il conduit une voiture de l'écurie DGM, propriété du Québécois Mario Gosselin, qui compte plus de 300 départs dans cette division, la deuxième en importance aux États-Unis.

Nous sommes toujours les négligés, avoue Labbé. L'équipe ne dispose pas d'un budget comme celles qui roulent devant. C'est trois ou quatre fois moins. Il faut en faire plus avec ce qu'on a.

Le pilote québécois occupe le 17e rang avec une dizaine de courses à disputer, et l'espoir d'une remontée est bien vivant avec l'addition d'une commandite majeure pour quatre épreuves d'ici le 10 octobre.

Bombardier Produits récréatifs (BPR) va me soutenir sous la bannière Can-Am. C'est un retour aux sources parce que cette entreprise m'a accordé son appui lorsque j'ai gagné le championnat de la série NASCAR Pinty's au Canada en 2017. Avec cet argent, on a plus de chance de bien performer. En course automobile, on ne se le cachera pas, l'argent, ça amène de la vitesse.

Alex Labbé reconnaît que de jongler sans cesse avec des contraintes financières représente un lot de tracas qui rend le métier de pilote encore plus essoufflant.

Ce n'est pas l'idéal. Tu veux que le budget soit clos en début de saison pour avoir un meilleur équipement. Tout le monde magasine durant la saison morte. Présentement, les équipes de tête défont leur voiture et en bâtissent des neuves. Nous, on leur achète. Il y a des occasions de se procurer des voitures plus récentes sur le plan technologique. Ainsi, on a plus de chances de bien performer et de se rapprocher des meneurs. L'ajout d'un nouveau commanditaire majeur, ça sert à ça.

Alex Labbé est le seul Québécois à courir à temps plein dans la série NASCAR Xfinity. Aucun autre pilote d'ici n'y était parvenu auparavant. Recruté par l'équipe de prestige Kyle Busch Motorsports, le Beauceron de 19 ans Raphaël Lessard participe aussi en 2020 au Championnat de la série de camionnettes, troisième division de la NASCAR aux États-Unis.

On ne peut pas trop se côtoyer au circuit en raison de la COVID-19. Les pilotes de camionnettes et de la série Xfinity sont toujours gardés à distance. On s'entend très bien. La présence de Raphaël et moi amène un plus grand engouement pour la NASCAR chez nous. Mais le Québec comptait déjà sur une bonne base de partisans purs et durs de courses de stock-car. J'espère que ça va continuer.

L'avenir d'un pilote automobile est toujours difficile à prédire. Faute de budget, tout peut prendre fin si rapidement. Alex Labbé a cependant une idée bien arrêtée.

Présentement, je suis à la meilleure place à ma portée. La série Xfinity est supérieure aux camionnettes. On compétitionne dans le top 15, on se rapproche du top 10. Mario Gosselin fait de gros efforts pour me garder sur la piste. Certains week-ends, on allait au circuit avec l'appui de moins de commanditaires, mais pas à reculons. Mon but, c'est d'être compétitif pour gagner des courses en Xfinity, me battre pour la victoire, courir dans un championnat pour qu'il me reste quelque chose à la fin de l'année. Je pense que c'est réaliste.

Et courir dans la grande ligue avec les pilotes de renom de la série NASCAR en première division?

Il y a beaucoup moins d'ouvertures pour un pilote canadien comme moi. Ce serait vraiment gratifiant de faire partie d'une équipe de pointe. Si je gagnais des courses en Xfinity, ça pourrait m'amener à ce but ultime plus tard. J'aime mieux cependant finir premier en Xfinity que d'aller tourner en 25e ou 30e place en Coupe NASCAR.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !