•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je suis très fier » : Hugo Houle 7e de la 12 étape du Tour de France

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Hugo Houle

Michael Roy

Acteur important d’un groupe parti à la chasse du vainqueur du jour Marc Hirschi (Sunweb), le Canadien Hugo Houle (Astana) a terminé 7e de la 12e étape du Tour de France jeudi.

Il s’agit de son meilleur résultat dans une étape d'un grand tour et du meilleur résultat d’un Québécois au prestigieux Tour de France.

C’était vraiment difficile à la fin. Il y avait des attaques, du stop and go. J’ai souffert quelques fois, mais je n’ai aucun regret. Le fait de garder une belle place au sprint pour faire un top 10 au Tour de France, c’est très, très bon pour moi. C’est le meilleur résultat de ma carrière, alors je suis très content, a indiqué Houle à Radio-Canada Sports.

Avec 40 km à parcourir à l’étape de 218 km, la plus longue de la Grande Boucle, qui ralliait Chauvigny à Sarran-Corrèze, Houle s’est immiscé dans un groupe de poursuite d’une douzaine de cyclistes.

À plusieurs occasions, des attaques ont éclaté, dont quelques-unes de Julian Alaphilippe, mais chaque fois le Québécois est parvenu à s’accrocher au groupe pour l’accompagner jusqu’au fil d’arrivée.

Trop fort, le Suisse de 22 ans, qui a attaqué à 28 km de l'arrivée dans l'ascension du Suc au May, une côte sévère qui domine le massif des Monédières, n’a jamais été rattrapé par ses poursuivants qui se sont engagés dans un sprint afin de déterminer les positions finales de l’étape.

Hugo Houle en action au Tour de France

Hugo Houle en action au Tour de France

Photo : Compte Twitter d'Astana

Houle a franchi la ligne d’arrivée à 52 s de Hirschi, mais à 5 s de Pierre Rolland (B&B Hotels - Vital Concept), 2e, et à quelques roues de la 3e position de Soren Kragh Andersen (Sunweb).

Honnêtement, je suis surtout fier de la façon dont j’ai couru. Le résultat aussi, mais des fois, tu peux faire 7e d’un sprint sans travailler aussi fort pour y arriver. Aujourd’hui, dans les 30 derniers kilomètres, il y avait vraiment un groupe de costauds. Il fallait les jambes pour les suivre. Quand je me suis retrouvé là-bas, j’ai vu qu’on était environ seulement 10 coureurs et que j’avais réussi à passer, a raconté Houle.

Je regardais les noms des gars sur les maillots et je me disais que c’était une belle petite gang ça. J’étais très fier de moi à ce moment-là, a-t-il ajouté.

Le cycliste de Sainte-Perpétue connaît jusqu’à maintenant une Grande Boucle irréprochable.

En plus d’assurer la sécurité de son leader Miguel Angel Lopez, de le ramener devant lors des bordures causées par le vent comme lors de la 10e étape, Houle a terminé six fois dans le top 20 depuis le départ à Nice.

Il est en 56e position du classement général, à 1 h 13 min 51 s du maillot jaune Primoz Roglic.

À son premier Tour de France, Hirschi, lui, avait déjà tutoyé la victoire à deux reprises après sa 2e place dès la seconde étape et sa 3e dimanche dernier lors de la 9e étape où le Slovène Roglic s'est hissé au sommet du classement.

Cette étape n’a causé aucun remous au haut du classement. Roglic devance toujours le champion en titre Egan Bernal (à 21 s) et le Français Guillaume Martin (à 28 s).

Vendredi, la 13e étape, entre Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme) et le Puy Mary (Cantal), présente le dénivelé le plus important de cette édition, 4400 mètres, au long des 191,5 kilomètres. Sept ascensions figurent sur le parcours qui se conclut par la montée jusqu'au Pas de Peyrol, très raide dans sa partie finale et classée en première catégorie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !