•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de Coupes du monde de patinage de vitesse au Canada en 2020

On ne voit que ses patins et ses jambes.

Un patineur de vitesse en action

Photo : iStock

Radio-Canada

L’Union internationale de patinage (ISU) a annoncé lundi l’annulation de six Coupes du monde de patinage de vitesse, dont celles de Montréal et de Laval sur courte piste et celle de Calgary sur longue piste.

L’ISU, apprenait-on en mai dernier, se donnait jusqu’à 10 semaines avant les dates prévues des compétitions pour les reprogrammer ou les annuler. L’épreuve de Montréal devait s’amorcer le 6 novembre, et celle de Laval une semaine plus tard. La Coupe du monde de Calgary était prévue du 11 au 13 décembre.

Les conclusions d’un groupe de travail sur les répercussions de la pandémie de COVID-19 ont mené à ces décisions. En patinage de vitesse sur longue piste, les trois épreuves à l'horaire avant Calgary, soit celles de Tomaszow-Mazowiecki, en Pologne, de Stavanger, en Norvège, et de Salt Lake City, aux États-Unis, sont également annulées.

C’est sûr qu’on est déçus, mais en même temps, on s’y attendait, admet Laurent Dubreuil.

Le vice-champion du monde sur longue piste garde tout de même espoir.

On est en attente pour une ville-bulle, affirme-t-il. Dans le communiqué de l’ISU, ce n’est pas encore exclu comme possibilité. Les Pays-Bas se sont proposés à tenir toutes les Coupes du monde d’automne consécutivement à la même place, à Heerenveen évidemment.

Le concept de bulle sanitaire aux Pays-Bas demeure en effet à l'étude comme solution de rechange à l’organisation de ces Coupes du monde sur longue piste, précise l’ISU.

L’ISU n’a pas fermé la porte. L’ISU a dit étudier la possibilité dans les prochains jours, semaines, voir si c’est faisable. Donc, on a encore une chance. En fait, c’est notre seule chance, notre dernière chance.

Laurent Dubreuil, vice-champion du monde sur longue piste

On espère que ça va aller de l’avant, confie le patineur canadien. C’est sûr que ce sont des sacrifices pour beaucoup de gens et des coûts supplémentaires assurément. Mais quand il y a une volonté d’accomplir des choses, souvent, on est capables. Et c’est un pays où le patinage est important.

Donc, j’y crois. C’est peut-être naïf, mais j’ose y croire, ajoute Dubreuil.

L’ISU n’a pas encore tranché en ce qui a trait aux Coupes du monde de patinage de vitesse sur courte piste prévues à la mi-décembre à Séoul, en Corée du Sud, et à Pékin, en Chine.

Tous les championnats du monde de patinage prévus au calendrier 2020 de l’ISU avaient été annulés en avril dernier.

(Avec les informations de Michel Chabot)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !