•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Julian Alaphilippe prend la deuxième étape et le maillot jaune

Il lève le poing droit après sa victoire.

Julian Alaphilippe (à droite)

Photo : Getty Images / POOL/AFP/STEPHANE MAHE

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a remporté dimanche, à Nice, la deuxième étape du Tour de France, disputée sur 186 km de routes sèches dans l'arrière-pays niçois. Il a pris le maillot jaune au Norvégien Alexander Kristoff.

Alaphilippe a terminé l'étape au sprint devant le Suisse Marc Hirschi et le Britannique Adam Yates.

Le Québécois Hugo Houle a franchi la ligne d'arrivée dans un groupe de six coureurs à 21 min 38 s du vainqueur. Il occupe le 121e rang au classement général.

Héros populaire du Tour en 2019 et meneur durant 14 jours, Alaphilippe s'était dit inspiré par ce parcours, au point de postuler ouvertement pour le maillot jaune à l'arrivée sur la Promenade des Anglais. Promesse tenue.

Le Français a attaqué sur les forts pourcentages de la montée d'Eze, à 13 km de la ligne. Rejoint très vite par Hirschi, un jeune Suisse de 22 ans prometteur pour ses débuts dans la Grande Boucle, puis par le Britannique Adam Yates, Alaphilippe a basculé au sommet du col des Quatre Chemins avec une vingtaine de secondes d'avance.

Le groupe des favoris s'est rapproché dans les derniers hectomètres quand le trio de tête s'est observé. Alaphilippe, fébrile, tendu, a résisté au retour de Hirschi et a atteint son premier objectif.

C'est toujours spécial de gagner sur le Tour et c'est une année particulière, a-t-il souligné. Je n'ai pas gagné une course depuis le début de saison. J'ai continué à travailler dur, je suis resté sérieux malgré des moments durs. Je voulais juste dédier cette victoire à mon papa [décédé fin juillet, NDLR]. Ça me tenait à cœur.

L'étape a été ouverte par une échappée de sept coureurs (Sagan, Pöstlberger, Cosnefroy, Pérez, Asgreen, Skujins, Gogl).

Le peloton du Tour de France avait pris le départ de l'étape sous un ciel bleu azur contrastant avec l'orage de la veille, qui a provoqué une succession de chutes avant la victoire de Kristoff.

Pour les 172 autres coureurs, dont Houle, le retour au calme était le bienvenu au moment de s'attaquer à ce parcours de moyenne montagne avec les premiers cols.

Benoît Cosnefroy est passé en tête au sommet du premier col notable de ce Tour, celui de la Colmiane, imité par un autre Français, Anthony Pérez, en haut du col de Turini, haut lieu du rallye de Monte-Carlo. Mais l'écart n'a pas dépassé les trois minutes sur un peloton qui a maîtrisé la situation.

Le porteur du maillot jaune, Kristoff, a été distancé dans le Turini, classé en première catégorie. Trop dur (14,9 km à 7,4 %) pour le sprinteur norvégien et ses 78 kg qui a laissé partir le peloton sur les routes devenues sèches de l'arrière-pays niçois dans cette étape présentant 3685 m de dénivelé positif.

La jonction a été réalisée au pied du col d'Eze, à 40 km de l'arrivée, avant que le Belge Dries Devenyns, au service de Julian Alaphilippe, dicte l'allure durant la montée puis laisse les responsabilités à l'équipe Jumbo.

Alaphilippe s'est ensuite appuyé sur le Luxembourgeois Bob Jungels au pied de la seconde montée, en prélude à son attaque décisive.

Le Français sera donc en jaune pour la troisième étape qui mènera les coureurs, lundi, de Nice à Sisteron (198 km).

Trois coureurs faisaient défaut par rapport à la liste des inscrits. Outre l'Allemand John Degenkolb (Lotto), déclaré hors délai par le jury des commissaires samedi, son coéquipier belge Philippe Gilbert et l'Espagnol Rafael Valls (Bahrain) n'ont pas pris le départ.

Gilbert, qui a passé tard en soirée samedi un examen d’imagerie par résonance magnétique, souffre d'une fracture sans déplacement de la rotule gauche. Le Liégeois, l'un des coureurs les plus titrés dans les classiques, devra observer une période d'immobilité de deux à trois semaines, suivant les précisions de son équipe.

Valls, pour sa part, souffre d'une fracture du fémur droit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !